HODJA ou HOXHA ENVER (1908-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1908 à Gjirokastër, Enver Hodja (ou Hoxha) dirigea l'Albanie de 1945 à 1985. Fils d'un commerçant tosque de religion musulmane, il bénéficia, en 1930, d'une bourse du gouvernement albanais pour l'université de Montpellier. À Paris, il entreprit sa formation politique auprès d'un petit groupe de communistes albanais en exil. En 1933, il devint le secrétaire particulier du consul honoraire d'Albanie à Bruxelles, où il étudia également le droit.

Enver Hodja, 1973

Photographie : Enver Hodja, 1973

Le communiste albanais Enver Hodja (1908-1985), en 1973. Porté au pouvoir par les élections de 1945, il restera l'homme fort du pays jusqu'à sa mort. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

En 1936, Enver Hodja regagne une Albanie où sévissent la pauvreté et les divisions séculaires entre le Nord, guègue et montagnard, et le Sud tosque, zone de latifundia. Professeur à Tirana, puis au lycée français de Korçë, Hodja est renvoyé à cause de ses activités politiques. Le débit de tabac qu'il tient alors sert surtout aux réunions antifascistes du groupe qu'il constitue dès 1938 avec les intellectuels tosques Pandi Kristo, Koço Tashko, Nako Spiru et Koçi Xoxe, d'origine prolétarienne. Avec l'invasion italienne de 1939, Hodja est convaincu de la nécessité de libérer le pays pour l'unifier ensuite.

Chargés par le Komintern d'aider les communistes albanais à s'organiser, Miladin Popović et Dušan Mugoša, émissaires du Parti communiste yougoslave, trouvent à leur arrivée en Albanie, en 1941, une situation de lutte acharnée entre différents groupes. Le 8 novembre 1941, tous sont réunis pour former le Parti communiste albanais, dont Enver Hodja devient le secrétaire « provisoire ». Tous, à l'exception de Zjarri (le Feu), jugé trop nationaliste par les Yougoslaves.

À la conférence de Pezë, en 1942, Hodja organise le Front de libération nationale en intégrant quelques éléments non communistes. Mehmet Shehu l'appuie dans la liquidation des groupes antistaliniens, en particulier Të Rinjtë (les Jeunes), dissidents du Groupe de Korçë. En juillet 1943, Hodja prend la direction de l'armée de libération. Il devient, en outre, chef du gouvernement provisoire en 1944. Porté au pouvoir par 93 p. 100 des électeurs, le 2 décembre 1945, le Front démocratique, dirigé par le Parti communiste, entreprend avec l'aide des Yougoslaves une série de réformes sociales et économiques. Il s'attaque également aux prêtres musulmans, orthodoxes et catholiques, taxés d'intelligence avec les puissances ennemies. La résistance des catholiques au nord et de la minorité grecque au sud ouvre une longue période de difficultés et, dans le cas des catholiques, de répression et d'emprisonnement. De 1945 à 1948, Hodja doit faire face aux visées yougoslaves sur l'Albanie. Le ministre de l'Intérieur Koçi Xoxe défend, au sein du parti, la fusion complète des économies des deux pays. Seul Nako Spiru, qui se suicidera quelques mois plus tard, a le courage de s'opposer ouvertement au point de vue de Xoxe. Hodja temporise jusqu'à faire son autocritique, tout en poursuivant des négociations secrètes avec les Soviétiques. La rupture entre Staline et Tito sauve in extremis Hodja, Shehu et leurs partisans. Xoxe est jugé et exécuté en 1949. En 1953 ne resteront du comité central d'origine que trois membres, dont Enver Hodja. L'aide soviétique, qui avait commencé en 1948, s'accroît après une visite de Hodja à Moscou en 1949. La mort de Staline ouvre, en 1953, la voie à d'autres périls. Malgré de nouvelles purges en 1955, la fronde atteint son comble en 1956 ; dans la ligne du XXe congrès du Parti communiste soviétique, des communistes albanais s'en prennent au culte de la personnalité, à la suprématie de la langue tosque sur la langue guègue... En outre, pour prix de son rapprochement avec Moscou, Tito demande l'élimination de ses principaux ennemis, dont Hodja. Celui-ci est sauvé par les événements de Hongrie en 1956, mais élimine la communiste Liri Gega, enceinte, ainsi que tous les opposants déclarés.

Dès 1956, Pékin, à la recherche d'alliés dans le bloc soviétique, accroît son aide à Tirana. Hodja fait état, en 1960, d'un complot gréco-yougoslave, fomenté avec l'aide de la 6e flotte américaine. Malgré les contacts probables entre la marine soviétique basée au large de Vlora et des officiers albanais, il ne met pas l'U.R.S.S. en cause, tenant sans doute encore à la ménager, jusqu'au point de non-retour que marque, en juin 1960, la conférence de Bucarest. Hysni Kapo y affirme son soutien à Moscou au nom du gouvernement albanais.

Après la rupture des relations diplomatiques entre l'U.R.S.S. et l'Albanie le 25 novembre 1961, l'aide chinoise se substituera totalement à l'aide soviétique. De 1961 à 1978, Hodja, qui ne s'est rendu à Pékin qu'une fois, en 1956, tente de suivre les méandres de la politique chinoise, comme en témoigne son livre Réflexions sur la Chine, paru après la rupture. Il s'interroge sur le rôle du parti dans la révolution culturelle, qu'il essaie pourtant d'adapter à la situation albanaise des années 1970. Il prendra ombrage des références exclusives à la pensée de Mao, au détriment des enseignements de Lénine et, surtout, de Staline ! Mais, surtout, l'aide militaire que la Chine apporte à la Roumanie comme son rapprochement avec la Yougoslavie et la position de Pékin sur une alliance militaire de l'Albanie avec ces deux pays alarment Hodja au point que, en 1975 et 1976, il destitue Beqir Balluqu, ministre de la Défense, Petrit Dume, chef d'état-major, ainsi que tous les ministres qui avaient appuyé le point de vue chinois sur une orientation de Tirana vers l'exportation d'industrie légère dans le cadre de l'ouverture au marché mondial. Après la parution d'Impérialisme et Révolution, dans lequel Hodja affirme que la pensée de Mao n'a jamais été marxiste, les Chinois interrompront leur aide économique à Tirana. Après la mort de Hysni Kapo, en 1979, Mehmet Shehu se « suicide » dans des conditions mystérieuses le 18 décembre 1981. Dans Les Titistes, Hodja explique, en 1982, que Shehu, président du Conseil depuis 1954, a toujours été un espion à la solde des Yougoslaves, des Soviétiques et des Américains. Annonçant qu'une tentative de débarquement a été déjouée au large des côtes albanaises, Hodja soude une fois de plus l'opinion albanaise contre l'ennemi yougoslave, en pleine polémique sur le Kosovo, et détourne l'attention de la collectivisation des derniers lopins privés. Après un remaniement ministériel considérable, il conforte Ramiz Alia dans sa situation de dauphin.

Apparaissant rarement en public et voyageant peu, Hodja fut un polémiste et un rédacteu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignante, chercheur à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  HODJA ou HOXHA ENVER (1908-1985)  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'occupation italienne (1939-1944) »  : […] Une assemblée fantoche, réunie dès le 12 avril 1939, offrit la couronne au roi d'Italie, Victor-Emmanuel III . Les mesures d'« union » entre les deux pays aboutissaient à une véritable colonisation de l'Albanie et toute une organisation fasciste était mise en place. Pour se faire accepter, les Italiens se lancèrent dans de grands travaux (bonification des terres, travaux publics, érection de bâtim […] Lire la suite

ALBANIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 2 299 mots

L'archéologie n'était pas une discipline neutre dans les anciens pays communistes de l'Est : aussi bien la volonté d'écrire une histoire officielle, à la fois nationale et dans le vent de la philosophie du régime, que celle de remodeler le paysage en éliminant les monuments jugés obscurantistes au profit de ceux qui célébraient l'avènement de la société nouvelle se sont exprimées dans le domaine […] Lire la suite

ALIA RAMIZ (1925-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 547 mots

Homme d'État albanais né le 18 octobre 1925 à Shkodër, Ramiz Alia fut président de la République albanaise (1982-1992) et dirigeant du Parti communiste albanais (1985-1991). Né de parents musulmans originaires de la région albanophone du Kosovo (alors en Yougoslavie), Ramiz Alia fait ses études secondaires dans une école française à Tirana, capitale de l'Albanie. Durant la Seconde Guerre mondiale […] Lire la suite

KADARÉ ISMAÏL (1936- )

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHAMPSEIX
  •  • 2 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'esquive à la subversion »  : […] Ismail Kadaré affirme avoir écrit, en trois mois, Une Ville sans enseignes (1959), pour se prouver à lui-même qu'il est capable de bâtir un roman. Il y montre l'ennui qui règne dans une petite ville et l'amoralité de jeunes enseignants staliniens et zélés. Ceux-ci, cherchant à prouver que les premiers textes en albanais ne sont pas de nature religieuse mais que le plus ancien est un écrit laïc et […] Lire la suite

LA POUPÉE (I. Kadaré) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHAMPSEIX
  •  • 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une demeure fantasque »  : […] Le livre laisse une large place à la maison d'enfance de Gjirokastër, si importante dans l'imaginaire de l'écrivain. Cette ville du sud de l'Albanie possède encore des maisons-forteresses. Celle de la famille Kadaré, vaste et déserte, est dotée d'une citerne souterraine, de caves, d'escaliers dérobés et même d'un cachot ! Chaque membre de la famille entretient un rapport très personnel avec cette […] Lire la suite

SHEHU MEHMET (1913-1981)

  • Écrit par 
  • Éric VIGNE
  •  • 812 mots

Dirigeant albanais. Né le 10 janvier 1913, d'origine tosque (ethnie du Sud) comme la plupart des fondateurs du Parti communiste albanais, Mehmet Shehu, après des études à l'American Vocational School de Tirana, avait fréquenté le collège militaire de Naples, d'où il fut exclu pour ses activités politiques. En 1938, il s'engagea dans les Brigades internationales en Espagne et combattit comme offic […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne-Marie AUTISSIER, « HODJA ou HOXHA ENVER - (1908-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hodja-hoxha/