HIÉROGAMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dieu d'Israël est un dieu mâle. (Il est pensé comme père.) Mais il n'a pas de déesse parèdre. Et, paternité mise à part, il est sans attributs sexuels. Les paganismes sont moins réservés. La sacralisation du sexe y joue un rôle important. Les divinités ont elles-mêmes une vie conjugale, familiale et sentimentale (parfois orageuse). Les mariages entre dieux et déesses (hiérogamies) ne sont pas seulement des anthropomorphismes. Ce sont des hymens théogoniques et cosmogoniques : ils ont pour but d'expliquer soit la génération de dieux dérivés, soit l'engendrement de l'Univers. En outre, ils ont valeur paradigmatique : ils servent de modèle, de justification et de consécration aux mariages humains. Enfin, ils entraînent une mythique complexe d'union aux dieux ou déesses. Les fidèles se vouent à ceux-ci de façon contradictoire : tantôt par abstinence et chasteté, tantôt par accouplement mystique. Le mariage avec le dieu ou avec la déesse peut s'accomplir en esprit. (Ces noces de l'âme ont gardé un sens, même en contexte chrétien.) Il peut être consommé dans la chair, grâce aux représentants des dieux ou déesses, prostitués sacrés (des deux sexes), ou bien prêtres et prêtresses. En dépit de ces apparences, cette nuptialité céleste et réaliste ne tire probablement sa signification ni de la sensualité ni de l'érotisme. On s'unit à la divinité pour avoir commerce avec la puissance, avec la source de vie, de salut, de création et de procréation. On a la conviction qu'elle se donnera si on se donne à elle, si on s'abandonne. (La symbolique sexuelle exprime ici l'échange d'amour mais aussi la mort à soi par défaillance, ivresse, extase.) La preuve que l'union mystique n'est pas vulgairement à base de jouissance, de dépravation (et n'est pas liée exclusivement à des cultes de fécondité) est fournie par le fait qu'une même religion, par exemple celle de Babylone, admet la continence au même titre que la luxure (l'une et l'autre réglées, ritualisées) comme signes des épousailles divines. Le christianisme a fait évoluer la sensibilité religieuse. Mais son éloge de la virginité, des fiançailles spirituelles ou du mariage mystique (purement mystique, celui-là) est bien une réaction à la sexualité, par sublimation, dit-on. On peut ajouter : par reprise de la vieille intuition qui veut que l'offrande au dieu, l'offrande de soi corps et âme, signifie un amour sans réserve, absolu.

—  Henry DUMÉRY

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  HIÉROGAMIE  » est également traité dans :

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le culte »  : […] La vie quotidienne des dieux était ordonnée à l'image de celle des rois ; on offrait à la divinité quatre repas par jour : le grand et le petit repas du matin, le grand et le petit repas du soir ; chacun d'eux se composait de boissons fermentées, de pains, de fruits et de viande ; ils n'étaient pas purement symboliques ; le menu journalier des quatre grandes divinités d' Uruk exigeait 243 pains fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-assyro-babylonienne/#i_13352

ÉLEUSIS

  • Écrit par 
  • Marie DELCOURT
  •  • 2 031 mots

Dans le chapitre « L'arcane »  : […] Les mystes avaient le devoir de ne rien révéler de ce qu'ils avaient fait, vu et entendu dans la salle. Furent condamnés, sous ce chef, Alcibiade, Andocide, Diagoras, et, en 200 avant J.-C., deux Acarnaniens furent mis à mort pour être entrés en fraude parmi les mystes. La personne même de Korè était arrhètos , ineffable ; les rites étaient aporrhèta , soumis au secret. Celui-ci fut bien gardé. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleusis/#i_13352

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les formes cultuelles »  : […] La première moitié du millénaire voit le développement de formes cultuelles qui resteront caractéristiques de l'hellénisme : mystères, concours athlétiques ou hippiques, oracles, drames. Souvent héritées du passé, elles ne sont pas toujours adaptées aux structures nouvelles, notamment à la polis  : ainsi les mystères conduisent à un salut personnel ; Delphes et Olympie sont panhelléniques, donc in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_13352

HÉRA

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 505 mots
  •  • 1 média

Épouse légitime de Zeus , le souverain des dieux, dont elle est aussi la sœur, Héra est la puissance du mariage. Les relations d'Héra et de Zeus ne sont pas les mêmes en dehors que dans le mariage. Frère et sœur, ils s'unissent en secret, furtivement, soit dans l'île de Samos où leurs amours sont abritées pendant trois cents ans, soit dans les profondeurs du palais occupé par le vieux couple de pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hera/#i_13352

TONGBIN [LU T'ONG-PIN]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 377 mots

Saint taoïste de la Chine moderne. Sa biographie n'est faite que de légendes, on ignore même s'il a existé. Lü Tongbin est pourtant considéré comme patriarche de presque toutes les écoles taoïstes depuis le xiii e  siècle. Ayant échoué, bien que doué pour l'étude, aux concours impériaux de qinshi (docteur), il rencontre un prêtre taoïste qui lui fait vivre, dans un rêve qui dure le temps de faire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lu-tongbin-lu-t-ong-pin/#i_13352

MÉSOPOTAMIE - La religion

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Jean-Jacques GLASSNER
  •  • 6 449 mots

Dans le chapitre « Le culte officiel »  : […] Comme la propre idée foncière que l'on se faisait des dieux en Mésopotamie, le culte officiel rendu à ceux-ci était tiré du modèle royal, calculé et transposé, magnificence en plus, des services que les rois et leur entourage attendaient de leurs sujets. Dans cette religion anthropomorphiste, tous ces services étaient d'ordre matériel : on devait représenter les dieux et les loger, les meubler et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-la-religion/#i_13352

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « HIÉROGAMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hierogamie/