Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HERGÉ GEORGES REMI dit (1907-1983)

Du général de Gaulle, qui selon André Malraux, dans Les Chênes qu'on abat, déclara : « Mon seul rival international, c'est Tintin ! », au philosophe Michel Serres, qui écrivit : « J'ai plus appris en théorie de la communication dans Les Bijoux de la Castafioreque dans cent livres théoriques mortels d'ennui et stériles de résultats », les témoignages abondent sur la place exceptionnelle que l'œuvre d'Hergé a occupée dans l'imaginaire collectif de la seconde moitié du xxe siècle. Aucune autre bande dessinée au monde n'a été aussi commentée, n'a fait l'objet d'autant d'ouvrages – un phénomène éditorial seulement comparable, dans le domaine de l'histoire culturelle contemporaine, à la masse de livres sur les Beatles publiés dans les pays anglo-saxons.

Une parution hebdomadaire

Hergé

Hergé

Le créateur qui influença le plus la bande dessinée francophone, le Belge Georges Remi, dit Hergé, est né le 22 mai 1907 à Bruxelles. Ses premiers dessins sont publiés dès 1922, et c'est en 1924 qu'il adopte son pseudonyme, formé à partir de ses initiales inversées (R.G.). Très engagé dans le scoutisme, il publie de 1926 à 1929, dans le mensuel Le Boy-Scout belge, Les Extraordinaires Aventures de Totor, chef de patrouille des Hannetons, récit naïf, avec le texte placé sous l'image, sur les tribulations en Amérique d'un jeune chef scout qui préfigure Tintin.

En 1928, le quotidien bruxellois Le XXe Siècle demande à Hergé de créer un supplément hebdomadaire pour la jeunesse. Dans ce journal catholique, très marqué à droite (où Hergé se lie un moment avec un reporter, le futur chef fasciste Léon Degrelle), Hergé lance Le Petit Vingtième, et y dessine à partir du 10 janvier 1929 une histoire – avec, cette fois, le texte dans des bulles –, Tintin au pays des Soviets. Avec les aventures satiriques du jeune journaliste Tintin et de son chien Milou dans la Russie stalinienne, Hergé vient de créer, à son insu, la bande dessinée qui deviendra le grand classique européen du genre.

En 1930, au terme de ce premier épisode, la direction du journal demande à Hergé d'envoyer son reporter fictif au Congo belge, afin d'y exalter l'œuvre des missionnaires : c'est Tintin au Congo (1930-1931), récit souvent jugé raciste par la suite, mais que personne alors ne perçut comme tel. Après la satire du communisme, Hergé se moque dans Tintin en Amérique (1931-1932) du capitalisme, autre contre-modèle de l'extrême droite chrétienne. Puis il s'éloigne de l'esprit burlesque de ces trois épisodes initiaux dans Les Cigares du pharaon (1932-1934), marqué par l'irruption du fantastique et la création de la paire de détectives stupides, Dupond et Dupont, et surtout dans Le Lotus Bleu (1934-1935), sa première œuvre maîtresse, défense et illustration de la Chine, brutalement occupée par le Japon. Après les aventures sud-américaines de L'Oreille cassée (1935-1937) et écossaises de L'Île Noire (1937-1938), Hergé revient à une veine plus politique dans Le Sceptre d'Ottokar (1938-1939), inspiré par l'annexion de l'Autriche par Hitler (le dictateur s'appelle Müsstler, contraction de Mussolini et Hitler).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Hergé

Hergé

Autres références

  • CENTENAIRE D'HERGÉ

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 1 075 mots
    • 1 média

    La bande dessinée a succombé à la mode des célébrations d'anniversaire, ce qui est sans doute l'un des signes qu'elle est devenue un moyen d'expression comme les autres. Dès lors, il n'est pas surprenant qu'Hergé, qui aurait eu cent ans le 22 mai 2007, ait fait l'objet de nombreuses manifestations...

  • TINTIN (Hergé)

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 192 mots

    Le 10 janvier 1929 est une date majeure de l'histoire de la bande dessinée francophone : c'est ce jour-là que débuta – dans Le Petit Vingtième, supplément pour enfants du quotidien bruxellois Le XXe Siècle – la parution de Tintin au pays des Soviets, premier épisode des aventures...

  • BANDE DESSINÉE

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 22 793 mots
    • 15 médias
    À Bruxelles, en 1929, s’inspirant de la technique graphique de Benjamin Rabier (1864-1939) et de Zig et Puce d'Alain Saint-Ogan, Hergé (Georges Remi, 1907-1983) commence les aventures du jeune reporter Tintin et de son chien Milou. La série devient rapidement populaire en Belgique, mais n’est...
  • BRUXELLES CAPITALE DE LA BANDE DESSINÉE (expositions)

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 1 008 mots

    À l'automne de 2009, alors que Lutèce fêtait le cinquantenaire de la création d'Astérix (cérémonie à l'université de Paris-XIII, apposition d'une plaque sur l'immeuble HLM de Bobigny où, en août 1959, René Goscinny et Albert Uderzo eurent l'idée du personnage, exposition...

  • CORTO MALTESE. SOUS LE SOLEIL DE MINUIT (J.D. Canales et R. Pellejero)

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 1 039 mots
    ...La notion de « série » en tant que juxtaposition d’épisodes de même nature avait déjà été mise à mal par de grands auteurs eux-mêmes, comme Hergé ou Pratt, ce qui est une réponse aux détracteurs de Sous le soleil de minuit. Dans Tintin, il n’y a rien de commun entre Le Lotus Bleu (aventure...
  • JACOBS EDGAR-PIERRE (1904-1987)

    • Écrit par Dominique PETITFAUX
    • 1 536 mots
    • 1 média
    Hergé, qui publie alors Tintindans le quotidien Le Soir, lui demande de devenir son assistant en 1943. Jusqu'en 1947, Jacobs travaille étroitement avec lui à la mise en couleurs de Tintin et à la refonte d'albums en noir et blanc édités avant la guerre. Il collabore même au dessin et au scénario...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi