RABIER BENJAMIN (1869-1939)

« Il est certain que nul mieux que Benjamin Rabier ne paraît au courant de tout ce qui se passe chez les animaux, nul n’a dessiné et ne dessine de plus amusante façon les scènes de leur vie quasi humaine.» En une phrase, qui figure dans sa préface au catalogue d’une exposition d’aquarelles de Benjamin Rabier à la galerie d’art Deplanche en 1910, Guillaume Apollinaire avait dit l’essentiel.

Né à La-Roche-sur-Yon le 30 décembre 1864 (et non 1869, comme on le trouve souvent, Benjamin Rabier s’étant rajeuni de cinq ans dans un article autobiographique paru dans un numéro spécial de la revue L’Album en 1902), « l’homme qui fait rire les animaux » – défini ainsi par l’historien d’art François Robichon – place ses dessins à partir de 1891 dans les nombreux journaux humoristiques de l’époque. Il est également fonctionnaire aux Halles de Paris, un poste qu’il n’abandonnera qu’en 1910, le succès venu. En 1898, il publie son premier livre important, Tintin-Lutin (texte de Fred Isly), aventures d’un jeune garçon à la houppe blonde : certains y verront l’une des sources du Tintin d’Hergé, mais ce lien reste hypothétique, car Hergé ne se souvenait pas d’avoir lu cet album. C’est en 1906 que paraît son œuvre maîtresse, constamment rééditée depuis : une version illustrée des Fables de La Fontaine. Son talent pour dessiner les animaux dans des situations amusantes se confirme en 1907-1908 dans Histoire comique et naturelle des animaux, une publication bihebdomadaire de trente et un numéros qu’il réalise entièrement.

En 1917, le ministère de la Guerre fait appel à lui pour que figure sur les camions de ravitaillement une vache hilare, baptisée « la Wachkyrie » pour se moquer des Walkyries, les divinités de la mythologie germanique qu’avaient fait connaître en France les opéras de Richard Wagner. Ce dessin donnera l’idée au fromager Léon Bel de lancer en 1921 un nouveau produit, qu’il appelle « La Vache qui rit ». Benjamin Rabier dessine en 1923 l’emblème de la marque, une vache rouge qui, selon un procédé de mise en abyme, porte des boucles d’oreille [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « RABIER BENJAMIN - (1869-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benjamin-rabier/