SPENCER HERBERT (1820-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La généralisation de la loi de Baer

C'est en rendant compte pour la Westminster Review de la troisième édition (1851) des Principles of Physiology General and Comparative de W. Carpenter que Spencer repéra l'énoncé de la loi de Baer et son application à la biologie animale ainsi qu'à la biologie végétale. « Ajoutée à ma réserve d'idées générales, écrit-il dans son Autobiographie, cette idée [que le développement de tout organisme consiste en un changement de l'homogène à l'hétérogène] ne resta pas longtemps latente, je l'étendis bientôt à certains phénomènes de l'ordre super-organique. » On en trouve, en effet, la première extension dans les essais sur La Philosophie du style (oct. 1852), où Spencer indique que le progrès dans le style doit produire une hétérogénéité croissante dans les modes d'expression, dans L'Art de l'éducation (mai 1854), qui montre que le développement de l'esprit consiste en une progression de l'homogène à l'hétérogène et de l'indéfini au défini, et dans La Genèse de la science (juill. 1854), étude née d'un désaccord fondamental sur la classification contienne des branches du savoir à laquelle était opposée l'idée d'une hétérogénéité croissante du corps général des sciences à l'intérieur duquel l'intégration et la différenciation marchent de pair. Avec Les Principes de psychologie que Spencer publiait en 1855, la théorie générale de l'évolution, précédemment ébauchée dans Les Manières et la mode (avr. 1854), où l'auteur s'interrogeait sur l'origine des conventions sociales auxquelles les individus se soumettent sans protester, était appliquée à la genèse de l'esprit dont il était prouvé qu'il évolue de la même manière (naturelle) que l'organisation corporelle.

Il restait à trouver les raisons de l'universalité de la croissante hétérogénéité constatée à tous les niveaux. Passant, dans son essai sur Le Progrès (avr. 1857), de l'induction à la déduction, Spencer interprétait le changement de l'homogène en hétérogène comme le résultat de l'incessante multiplication des effets, puis l'expliquait dans Les Lois ultimes de la physiologie (oct. 1857) par l'instabilité de l'homogène, avant de faire dériver ces deux lois, vers la fin de l'année 1857, des principes physiques qu'exprime la loi de la persistance de la force : l'indestructibilité de la matière et la continuité du mouvement. Au cours des quatre années suivantes, Herbert Spencer établissait successivement la persistance des relations entre les forces, la transformation et l'équivalence des forces, la continuité de direction et le rythme du mouvement qui suit les lignes de moindre résistance. Il aboutissait finalement en 1862 à la formulation de la célèbre loi de l'évolution qui présente toutes les transformations constituant l'évolution et la dissolution (l'état d'équilibre atteint au terme de la croissante hétérogénéité ne pouvant se prolonger indéfiniment) comme des conséquences de la redistribution continue de la matière et du mouvement : « L'évolution est une intégration de matière accompagnée d'une dissipation de mouvement pendant laquelle la matière passe d'une homogénéité indéfinie, incohérente à une hétérogénéité définie, cohérente et pendant laquelle le mouvement retenu subit une transformation analogue » (Premiers Principes). La seule précision, mais capitale et souvent négligée, qu'il devait apporter à cet énoncé lors de la refonte (1867) du chapitre des Premiers Principes consacré aux conditions essentielles de l'évolution est que la formation d'un agrégat cohérent (intégration) est le trait universel de l'évolution, tandis que l'augmentation de l'hétérogénéité (processus secondaire) ne s'ensuit pas nécessairement. Désormais, la voie était tracée : il lui fallait « montrer les phénomènes de l'évolution dans un ordre synthétique ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Autres références

«  SPENCER HERBERT (1820-1903)  » est également traité dans :

ANCÊTRES CULTE DES

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Universalis
  •  • 3 192 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie de Spencer »  : […] C'est Herbert Spencer (1820-1903) qui, le premier parmi les modernes, a fortement souligné l'importance des ancêtres dans l'histoire des religions. En effet, pour le philosophe anglais, le culte des ancêtres serait à l'origine même de la religion. Le « sauvage » considère comme surnaturel ou divin tout ce qui dépasse l'ordinaire : le chef remarquable par sa force ou sa bravoure, le magicien célè […] Lire la suite

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La complexité des structures »  : […] Durkheim le trouvait dans l' organisation, la structure et la morphologie de ces sociétés ; sa théorie de la formation des collectivités primitives, qui sur certains points reprenait celle de Spencer, est restée classique, mais n'a pas réussi beaucoup mieux que celle de Spencer à se dégager d'une hypothèse évolutionniste particulière. Pour Spencer, l'archaïsme se caractérisait par la simplicité e […] Lire la suite

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 165 mots
  •  • 2 médias

Le mot attitude vient du latin aptitudo. Son sens primitif appartient au domaine de la plastique : « Manière de tenir le corps. [Avoir] de belles attitudes », dit Littré. Du physique le terme se transpose au moral : « L'attitude du respect » ; puis il déborde le moral pour indiquer des dispositions diverses : « Le gouvernement par son attitude a rassuré les amis de la paix », dit encore Littré. L […] Lire la suite

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Les xviii e et xix e  siècles se caractérisent par un essor de la pensée scientifique, certaines sciences telles que la médecine et les sciences naturelles connaissent un grand dynamisme. À une époque où les explications rationnelles sont préférées aux préceptes religieux, ces sciences incarnent la modernité et acquièrent une incontestable autorité. Certaines notions « scientifiques » circulent, […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expliquer et déduire »  : […] Au paradigme relationnel se rattache la conception nomologico-déductive de l'explication que l'on croit due à E. Goblot, mais qui est antérieure. En analysant une explication, on y découvre un ou plusieurs énoncés décrivant des conditions particulières, et un énoncé général, de forme implicative, qui est la loi. Ainsi : « Cette pierre est un corps, tous les corps tombent, donc cette pierre tombe.  […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démarche néo-évolutionniste »  : […] Les théories du développement se relient souvent aux théories évolutionnistes caractérisant la pensée scientifique de la seconde moitié du xix e  siècle ; elles les modifient sans toujours éliminer leurs insuffisances et réduire leurs erreurs ; elles ont néanmoins le mérite de poser les problèmes du développement en termes de transformation et de processus. L'économiste Walt W.  Rostow a tenté de […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 252 mots

Dans le chapitre « De la biologie à la philosophie de l'histoire »  : […] L'évolutionnisme est sans doute devenu possible à partir de la révolution scientifique moderne. Dès le xvii e  siècle, certains penseurs ont cherché à reconstituer le processus de formation de l'univers à partir d'un donné matériel initial. Au xviii e  siècle apparaissent des conceptions déjà évolutionnistes de l'histoire ou de la genèse des facultés de l'homme et du développement des sociétés hum […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] C'est à partir de la publication par Darwin de son ouvrage sur l'évolution des espèces (1859) que se sont développées sous leur forme la plus systématique les études postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dans la sociologie et l'anthropologie. Ce sont ceux d […] Lire la suite

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondateurs de l'organicisme »  : […] Au début du xix e  siècle, l'organicisme a d'abord été conçu comme une réponse aux doctrines universalistes et individualistes de la Révolution française : instrument du conservatisme social, il a été utilisé aussi bien par Edmond Burke que par Joseph de Maistre ou Louis de Bonald. Grâce à lui, tous trois ont pu mettre l'accent sur l'unité organique du corps social, qui justifie la prééminence de […] Lire la suite

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 635 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Énoncés et démonstrations »  : […] En tant que loi objective inscrite dans les choses, nécessaire à la nature, étendue du domaine scientifique et technique au plan moral et social, enveloppant changements, transformations, devenir et impliquant un sens défini, une orientation, le progrès a reçu sa dimension proprement sociologique dans la France des Lumières, où il est demeuré associé à des aspirations plus ou moins confuses. On ne […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « SPENCER HERBERT - (1820-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-spencer/