SPENCER HERBERT (1820-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Passage de la physique mécaniste à la métaphysique de l'inconnaissable

L'unification théorique à laquelle Spencer est ainsi parvenu doit beaucoup à la Correlation of Physical Forces de W. Grove, ouvrage, d'ailleurs cité par Carpenter, antérieur d'un an au mémoire de Helmholtz Sur la conservation de la force (1847), dont Ostwald a dit toute l'influence qu'il a exercée au xixe siècle sur l'histoire des idées. Sans doute pouvait-il également attribuer à Humboldt une certaine influence sur le développement de sa pensée : il lut avec attention le Kosmos pendant ses années de maturation. Mais si son entreprise reçut des travaux de Wallace et de Darwin (L'Origine des espèces, datant de novembre 1859) une confirmation éclatante, elle n'emprunte rien à la philosophie positiviste d'Auguste Comte qui, comme on sait, rejeta l'évolution organique des espèces et prit parti pour Cuvier dans le débat qui opposa ce dernier à Lamarck. Récusant à juste titre cette filiation, Spencer ne semble pas avoir admis la réelle parenté qui, en revanche, unit sa théorie de la connaissance impliquée par sa conception de la force à celle de Kant dont il critiqua vivement l'analyse des catégories de l'espace et du temps qui la fonde. Il entendait, comme il l'indique dans l'Autobiographie, faire adopter le point de vue évolutionniste « sans affirmer aucune croyance métaphysique ou théologique ». De là, la partie préliminaire des Premiers Principes (où, ménageant l'esprit de son époque, il répudiait également le matérialisme) consacrée à l'inconnaissable, partie qui, paradoxalement, pensa-t-il, attira l'attention des lecteurs au détriment des chapitres suivants. En fait, l'agnosticisme de Spencer manifeste bien l'aspect de compromis que revêt son œuvre où la science et la religion sont réconciliées et la dynamique et la statique réunies. En effet, s'il reprit à son compte la distinction kantienne des effets et des causes en assignant comme but à la science, qui ne peut connaître la nature de l'énergie de la force, l'étude des manifestations de l'inconnaissable, il se sépara radicalement de Kant en affirmant que les généralisations empiriques que sont les lois dégagées de l'accumulation des données n'ont pas un caractère de probabilité, mais bien de nécessité. On comprend qu'il se soit, de préférence à Kant, référé à Hamilton et à Mansel, qui font de l'infini, que la raison est impuissante à atteindre, l'objet de la religion, bien qu'ils lui confèrent une origine surnaturelle alors que lui-même le faisait dériver d'une conscience imprécise.

En cherchant à expliquer mécaniquement l'univers, conçu comme un ensemble de rapports dynamiques, comme un organisme vivant, au sein duquel la différenciation de plus en plus parfaite aboutit à une coordination de plus en plus harmonieuse, Spencer réalisait la synthèse de la philosophie réformatrice du xviiie siècle et de l'idéalisme allemand du début du xixe siècle. Seule, ainsi que Berthelot l'a remarqué, la confusion de la force mécanique, simples rapports mathématiques entre les changements physiques, et de la force inconnaissable, principe commun de l'esprit et de la matière, pouvait le permettre.

Or, il n'est pas indifférent de rappeler, outre sa lecture critique de Bentham, qu'il eut connaissance de la vision organiciste contenue dans le System des transzendentalen Idealismus de Schelling par l'ouvrage, également cité par Carpenter, de S. T. Coleridge, Hints Towards the Formation of a More Comprehensive Theory of Life (1848), et que la notion d'individuation qu'il tient de ce dernier est incluse dans celles de développement (Entwicklung) et de différenciation (Differenzierung) du romantisme allemand. Mais, tandis que, chez Schelling, l'évolution universelle est l'expression de l'idéalisme transcendantal, l'absolu idéal se confondant avec l'absolu réel, elle apparaît chez Spencer comme la synthèse des évolutions particulières préalablement étudiées qui, toutes, obéissent à la même loi.

En tant que généralisation des connaissances obtenues par voie expérimentale, l'évolutionnisme devait donc constituer la première synthèse philosophique construite à partir de données scientifiques et inductives. Il revenait à la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Autres références

«  SPENCER HERBERT (1820-1903)  » est également traité dans :

ANCÊTRES CULTE DES

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE, 
  • Universalis
  •  • 3 192 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie de Spencer »  : […] C'est Herbert Spencer (1820-1903) qui, le premier parmi les modernes, a fortement souligné l'importance des ancêtres dans l'histoire des religions. En effet, pour le philosophe anglais, le culte des ancêtres serait à l'origine même de la religion. Le « sauvage » considère comme surnaturel ou divin tout ce qui dépasse l'ordinaire : le chef remarquable par sa force ou sa bravoure, le magicien célè […] Lire la suite

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La complexité des structures »  : […] Durkheim le trouvait dans l' organisation, la structure et la morphologie de ces sociétés ; sa théorie de la formation des collectivités primitives, qui sur certains points reprenait celle de Spencer, est restée classique, mais n'a pas réussi beaucoup mieux que celle de Spencer à se dégager d'une hypothèse évolutionniste particulière. Pour Spencer, l'archaïsme se caractérisait par la simplicité e […] Lire la suite

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 165 mots
  •  • 2 médias

Le mot attitude vient du latin aptitudo. Son sens primitif appartient au domaine de la plastique : « Manière de tenir le corps. [Avoir] de belles attitudes », dit Littré. Du physique le terme se transpose au moral : « L'attitude du respect » ; puis il déborde le moral pour indiquer des dispositions diverses : « Le gouvernement par son attitude a rassuré les amis de la paix », dit encore Littré. L […] Lire la suite

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Les xviii e et xix e  siècles se caractérisent par un essor de la pensée scientifique, certaines sciences telles que la médecine et les sciences naturelles connaissent un grand dynamisme. À une époque où les explications rationnelles sont préférées aux préceptes religieux, ces sciences incarnent la modernité et acquièrent une incontestable autorité. Certaines notions « scientifiques » circulent, […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expliquer et déduire »  : […] Au paradigme relationnel se rattache la conception nomologico-déductive de l'explication que l'on croit due à E. Goblot, mais qui est antérieure. En analysant une explication, on y découvre un ou plusieurs énoncés décrivant des conditions particulières, et un énoncé général, de forme implicative, qui est la loi. Ainsi : « Cette pierre est un corps, tous les corps tombent, donc cette pierre tombe.  […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Sociologie

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 6 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La démarche néo-évolutionniste »  : […] Les théories du développement se relient souvent aux théories évolutionnistes caractérisant la pensée scientifique de la seconde moitié du xix e  siècle ; elles les modifient sans toujours éliminer leurs insuffisances et réduire leurs erreurs ; elles ont néanmoins le mérite de poser les problèmes du développement en termes de transformation et de processus. L'économiste Walt W.  Rostow a tenté de […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 252 mots

Dans le chapitre « De la biologie à la philosophie de l'histoire »  : […] L'évolutionnisme est sans doute devenu possible à partir de la révolution scientifique moderne. Dès le xvii e  siècle, certains penseurs ont cherché à reconstituer le processus de formation de l'univers à partir d'un donné matériel initial. Au xviii e  siècle apparaissent des conceptions déjà évolutionnistes de l'histoire ou de la genèse des facultés de l'homme et du développement des sociétés hum […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] C'est à partir de la publication par Darwin de son ouvrage sur l'évolution des espèces (1859) que se sont développées sous leur forme la plus systématique les études postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dans la sociologie et l'anthropologie. Ce sont ceux d […] Lire la suite

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondateurs de l'organicisme »  : […] Au début du xix e  siècle, l'organicisme a d'abord été conçu comme une réponse aux doctrines universalistes et individualistes de la Révolution française : instrument du conservatisme social, il a été utilisé aussi bien par Edmond Burke que par Joseph de Maistre ou Louis de Bonald. Grâce à lui, tous trois ont pu mettre l'accent sur l'unité organique du corps social, qui justifie la prééminence de […] Lire la suite

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 635 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Énoncés et démonstrations »  : […] En tant que loi objective inscrite dans les choses, nécessaire à la nature, étendue du domaine scientifique et technique au plan moral et social, enveloppant changements, transformations, devenir et impliquant un sens défini, une orientation, le progrès a reçu sa dimension proprement sociologique dans la France des Lumières, où il est demeuré associé à des aspirations plus ou moins confuses. On ne […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « SPENCER HERBERT - (1820-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-spencer/