Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KHORĀSĀN ou KHURĀSĀN ou KHORASSAN

Situé dans l’est de l’Iran, le Khorasan (ou Khurasan) était la plus grande province du pays jusqu’en septembre 2004, où il a été divisé en trois nouvelles provinces lors d’un redécoupage territorial  : le Khorasan e-Shomali (du Nord, 28  434 km2 et 811  572 hab. au recensement de 2006) dont la capitale est Bojnurd, le Khorazan e-Jonubi (du Sud, 69  555 km2 et 636  420 hab.) avec Birjand pour capitale et le Khorasan e-Razavi (144  681 km2 et 5  593  000 hab.), dont la capitale, Mechhed (ou Mashhad), est la deuxième ville d’Iran (2  427  300 hab. en 2006). Les limites du Khorasan ont naguère débordé largement le cadre des trois actuelles provinces iraniennes, puisqu’il alla jusqu'à englober la Transoxiane (russe actuellement), le Hārat (afghān) et le Sīstān (irano-afghān) ; pour les géographes arabes, le Khorāsān (littéralement « pays du Soleil levant ») s'étendait pratiquement jusqu'à l'Inde. Le cœur en est constitué par la grande vallée du Khorāsān, ou vallée de Mechhed, fossé d'effondrement allongé du sud-est au nord-ouest où coulent en sens inverse le haut Atrak (vers la Caspienne) et le Kashaf Rūd (vers le Tedjen au sud-est).

Agriculture traditionnelle en Iran - crédits : G. Pavia/ De Agostini/ Getty Images

Agriculture traditionnelle en Iran

Ce lieu de passage de toutes les grandes invasions centre-asiatiques, caractérisé par ses hautes plaines steppiques insérées entre des chaînons montagneux orientés du nord-ouest au sud-est (prolongements de l'Elbourz et des chaînes caucasiques), dont l'altitude dépasse parfois 3 000 mètres, a été sujet à des séismes souvent violents. Bien irriguées, les hautes plaines du Nord et du Nord-Est permettent la culture intensive des céréales (et maintenant de la betterave à sucre). Les massifs arrosés sont propres à l'élevage et les vallées abritées aux cultures fruitières très diversifiées ; comme ailleurs en Irān, les villages et les cultures s'étalent le long des piémonts. Malgré un début de mise en valeur, la région reste assez peu peuplée, et ses ressources naturelles (notamment minières) sont peu exploitées. Au sud et au sud-est, la proximité de la grande dépression saline centrale (le Kawīr) rend la mise en valeur plus difficile.

L'occupation ancienne est attestée par l'archéologie. Cette région joue un rôle important dans l'Irān ancien, surtout sous les sṢasānides qui y fondent Nishapūr et d'autres cités. Mais c'est à l'époque islamique qu'elle connaît le plus grand rayonnement avec ses centres de culture brillants, ruinés tour à tour par les invasions, les factions ou les éléments naturels (Balkh, Nishapūr, Marv, Tūs, Sabzawār, Hārat, etc.). Elle est aussi la première région d'Irān à retrouver son autonomie au ixe siècle. Malgré les ruines causées par les invasions centre-asiatiques, la civilisation islamique continue à briller à Hārat sous les derniers Ṭimūrides (xve s.), et la ville sainte shī‘ite de Mechhed est la capitale de Nādir shāh au xviiie siècle.

— Jean CALMARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Agriculture traditionnelle en Iran - crédits : G. Pavia/ De Agostini/ Getty Images

Agriculture traditionnelle en Iran

Autres références

  • ‘ABBĀSIDES

    • Écrit par Maxime RODINSON
    • 2 088 mots
    • 4 médias
    ...d'islamisation et, pour certains peuples, d'arabisation – la dynastie omeyyade mettant davantage l'accent sur le pouvoir arabe que sur la foi musulmane. Au Khorassān, les mécontentements diffus se cristallisèrent autour d'un chef militaire, Abū Muslim. Celui-ci forma un groupe révolutionnaire au nom d'Ibrāhīm...
  • ABŪ MUSLIM (mort en 755)

    • Écrit par Michèle ÉPINETTE
    • 303 mots

    Chef du mouvement révolutionnaire ‘abbāside qui éclata dans le Khurāsān en 747, Abū Muslim joue un rôle important dans la chute de la dynastie umayyade. Abū Muslim serait un esclave d'origine persane. Il entre au service des Banū ‘Idjl à Kūfa, où il aura son premier contact avec le shī‘isme. Emprisonné...

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par Daniel BALLAND, Gilles DORRONSORO, Universalis, Mir Mohammad Sediq FARHANG, Pierre GENTELLE, Sayed Qassem RESHTIA, Olivier ROY, Francine TISSOT
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ...Par conséquent, au début du xiiie siècle, alors qu'une des plus effroyables invasions de l'histoire se préparait en Mongolie, sous la direction du terrible Gengis khan, leKhorassan faisait partie de l'empire de Khorezm, qui fut le premier à subir le choc de la nouvelle avalanche.
  • ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

    • Écrit par Pierre CARRIÈRE, Jean DELVERT, Xavier de PLANHOL
    • 34 872 mots
    • 8 médias
    ...vers l'est, tombant entre 200 et 400 mm dans les massifs à l'est du Fārs et dans les chaînons du Baloutchistan qui sont franchement arides, alors que dans l'arc septentrional la diminution, sensible dès les monts du Khorassan, est beaucoup moins brutale, de larges secteurs de l' Hindou Kouch devant recevoir...
  • Afficher les 18 références

Voir aussi