NĀSERODDIN SHĀH (1831-1896)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quatrième souverain de la Perse qādjār, Nāseroddin Shāh (qui régna de 1848 à 1896) était le fils de Mohammad Shāh qui, durant la plus grande partie de son règne (1834-1848), avait laissé gouverner son vizir autocrate Hādji Mirzā Āqāsi. Bien qu'ayant hérité très jeune d'une situation politique et socio-économique très défavorable, il parvint, grâce à l'action de son remarquable vizir Mirzā Taqi Khān Amir Nezām (Amir Kabir), à s'assurer le pouvoir, à rétablir l'ordre et à entreprendre des réformes (finances, fiscalité, justice, armée, enseignement, économie). Mais ces réformes et la lutte contre la corruption et les privilèges attirèrent à Amir Kabir l'opposition de certains uléma et une foule d'ennemis à la cour ; une faction groupée autour de la puissante reine mère provoqua sa destitution (nov. 1851), puis son exécution (janv. 1852). Mirzā Āqā Khān Nuri, un des principaux artisans de sa chute, lui succéda comme vizir. Obligé de louvoyer entre les intrigues courtisanes (manigancées par la favorite) et les pressions russe et anglaise sur la politique persane, celui-ci entreprit, après Fath ‘Ali Shāh et Mohammad Shāh, la conquête de Hérat, qui se solda de nouveau par un échec, et entraîna la rupture des relations diplomatiques et le conflit anglo-persan de 1856-1857. Le débarquement d'un corps expéditionnaire de l'armée des Indes dans le golfe Persique fit lâcher prise aux Persans, qui s'étaient emparés de Hérat. Par le traité de Paris (mars 1857), la Perse se voyait obligée de reconnaître l'indépendance de l'Afghanistan.

Ayant destitué son vizir (1858), Nāseroddin Shāh entreprit de gouverner lui-même et constitua le premier cabinet ministériel persan (1858-1871), qui avait un rôle surtout consultatif. Puis, ne pouvant gouverner seul, il dut confier à un vizir, Mirzā Hoseyn Khān Sepahsālār (1871-1873), le soin de réformer l'État. Mais les initiatives de celui-ci se heurtèrent à nouveau aux factions courtisanes. De plus, sa politique de renforcement de l'État sur le modèle européen et de concessions à des financiers occidentaux développa la corruption et renouvela l'opposition des uléma. Cette opposition s'accrut considérablement après les voyages dispendieux du Shāh en Europe (1873, 1878, 1889).

Malgré les efforts de modernisation (création du Dār al-fonun, sorte d'école polytechnique, en 1851 ; introduction progressive du télégraphe dans les années 1860 ; ouverture de la rivière Kārun à la navigation à vapeur en 1888 ; construction de routes au nord par les Russes, au centre et au sud par les Anglais à partir des années 1890), le pays reste arriéré. De plus, le redressement économique relatif noté depuis le début des années 1860 est arrêté par diverses calamités ou circonstances néfastes : la fréquence des épidémies de choléra, qui s'accroît avec la plus grande rapidité de déplacements des personnes ; la muscardine, maladie du vers à soie, qui réduit considérablement la production séricole ; la dévaluation de l'argent (métal) à la fin des années 1860 ; la chute des prix mondiaux des matières premières dans les années 1870 ; la série de périodes de sécheresse qui eut pour résultat la grande famine de 1872. Tous ces facteurs contribuent à affaiblir l'économie de la Perse et à la livrer aux mains des étrangers.

Alors qu'il avait pu paraître relativement éclairé et libéral dans la première partie de son règne, Nāseroddin Shāh s'effraie de la pénétration des idées nouvelles et est alarmé par l'échec de la tentative d'instauration d'un régime constitutionnel en Turquie (1876). Des réformistes tels que Mirzā Hoseyn Khān Sepahsālār A'zam, Mirzā Malkom Khān et Djamāloddin Asadābādi « al-Afghāni » tenteront vainement de le persuader d'introduire des réformes. Avec les concessions accordées à des hommes d'affaires occidentaux lors du voyage de 1889, l'agitation monte. Entretenue par les uléma, elle aboutit à la révolte contre la concession du monopole des tabacs persans à un sujet britannique (1891-1892). L'association marchands-uléma obtient l'annulation de la concession (contre paiement d'un lourd dédit) ; c'est le premier recul important du pouvoir qādjār devant les forces d'opposition. Alors que Nāseroddin Shāh s'apprêtait à fêter le jubilé de son règne (cinquante années lunaires), il fut assassiné par un disciple de Djamāloddin al-Afghāni (1er mai 1896).

En dépit de ses aspects rétrogrades, le règne de Nāseroddin Shāh ne fut pas entièrement négatif pour la Perse qui — malgré l'inévitable avance russe en Asie centrale (conquête [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  NASERODDIN SHAH (1831-1896)  » est également traité dans :

AMIR KABIR, MIRZĀ TAQĪ KHAN NEZĀM dit (1804/05 env.-1852)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 762 mots

Issu d'une famille modeste, Mirzā Mohammad Taqi Khān Amir Nezām, plus connu sous le nom de Amir Kabir (le « Grand Émir »), est l'un des hommes politiques les plus remarquables de la Perse qādjār ; il est considéré comme un précurseur du mouvement constitutionnel et l'un des fondateurs de l'Iran moderne. Né vers 1804-1805, dans un village du Farahān (au nord de Arak), il était le fils d'un cuisinie […] Lire la suite

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  La monarchie iranienne »  : […] La situation géographique de l'Iran entre le Proche-Orient et l'Inde d'une part, entre l'océan Indien et la Russie d'autre part a valu à ce pays, à partir de la fin du xviii e  siècle – qui voit l'avènement de la dynastie des Qadjar (1794-1925) et l'établissement de la capitale à Téhéran – d'être l'un des théâtres de la rivalité anglo-russe ; les Russes souhaitaient, à travers l'Iran, atteindre l […] Lire la suite

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 045 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'isolationnisme séfévide et qādjār »  : […] Les Qïzïlbash étaient commandés par shāh Ismā‘īl, chef de la confrérie des Safavīya d'Ardébil (Azerbaïdjan) passés du sunnisme au shī‘īsme extrémiste dans le courant du xv e  siècle. Bien que se prétendant d'origine alide, cette famille turcophone était probablement d'ascendance kurde. Après avoir pris Tabriz sur les Moutons-Blancs en 1502, shāh Ismā‘īl conquit l'Iran et l'Irak et y imposa le shī […] Lire la suite

QĀDJĀR LES (1794-1925)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 306 mots

C'est avec cette dernière grande dynastie turkmène que l'Iran entre dans le monde moderne et dans le jeu des intérêts stratégiques et économiques des grandes puissances. Ayant pénétré très tôt en Perse (probablement dès l'époque mongole), comme d'autres tribus turkmènes, les Qādjār s'étaient établis en Asie Mineure. Ils firent partie du groupe des Qizilbash qui portèrent les Séfévides au pouvoir. […] Lire la suite

TÉHÉRAN

  • Écrit par 
  • Bernard HOURCADE
  •  • 3 103 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Téhéran capitale bicentenaire »  : […] Située sur un vaste glacis au sud de l'Alborz (ou Elbourz), la ville est séparée du désert tout proche par les riches plaines agricoles de Karaj, Rey et Varāmin. Les différences biogéographiques entre le nord de la ville (1 500-1 700 m d'altitude), frais, arboré, riche en ressources en eau, lieu de villégiature estival, et le sud (1 200-1 000 m) très chaud en été, proche du désert, où se trouvent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « NĀSERODDIN SHĀH (1831-1896) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/naseroddin-shah/