HENRI VI (1165-1197) empereur germanique (1190-1197)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la mort de Frédéric Barberousse, en 1190, son fils Henri, déjà proclamé roi des Romains en 1169 et couronné roi d'Italie en 1186, prend le pouvoir à titre personnel, apparemment sans difficulté, malgré une certaine réticence de la part des princes.

D'un tempérament cruel, autoritaire et taciturne, Henri VI ne recule ni devant la séquestration (Richard Cœur de Lion, 1193-1194), ni devant l'assassinat politique (évêque de Liège, 1192 ; nobles siciliens après la mort de l'usurpateur sicilien Tancrède, 1194), ni devant les supplices (mutilation d'un enfant, fils de Tancrède ; mort du comte Giordano sur un trône chauffé à blanc), ni devant les crimes macabres (décapitation de cadavres inhumés).

Sa femme, Constance, fille de Roger II de Sicile, se trouvant seule héritière du royaume à la mort de son neveu Tancrède, Henri VI se fait couronner roi de Sicile en 1194 ; il est alors le plus grand souverain du monde connu. Il nomme son fils, né en 1194, Constantin mais aussi Frédéric et Roger. Par son frère, il s'allie à l'empereur de Byzance, reçoit l'hommage du roi de Jérusalem, Amaury de Lusignan, et celui du roi d'Arménie.

En Allemagne même, il ne peut maintenir dans l'obéissance de grands vassaux, comme Henri le Lion, le Welf banni, revenu récupérer ses biens. Il croit un moment obtenir que les princes acceptent l'empire héréditaire contre certains avantages familiaux, mais en vain (Erfurt, 1196). De tous ses projets, qui auraient peut-être pu conserver à l'Empire son influence s'il avait pu les mener à leur terme, il ne résulta qu'une guerre civile en Allemagne entre les Staufen et les Welf : il meurt à trente-deux ans, à Messine, alors qu'il partait pour la croisade. Sa femme garda en Sicile leur fils Frédéric afin de lui conserver au moins ce royaume et elle chassa tous les ministeriales allemands des Staufen.

—  Anne BEN KHEMIS

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de Tunis

Classification


Autres références

«  HENRI VI (1165-1197) empereur germanique (1190-1197)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Henri VI et le mirage de l'universel (1190-1197) »  : […] Par sa fin tragique dès le début de la troisième croisade, Frédéric Barberousse laissa le pouvoir à son fils, Henri VI. Ambitieux, sans scrupule, celui-ci travailla à s'assurer l'Italie du Sud. Au demeurant, ses projets étaient plus vastes, à l'échelle européenne. Lorsque l'empereur byzantin Isaac II Ange fut renversé en 1195, Henri décida de prendre la croix, pour s'emparer de Constantinople apr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-medievale/#i_10721

FRÉDÉRIC Ier BARBEROUSSE (1122 env.-1190) empereur germanique (1152-1190)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 1 257 mots

L'une des figures les plus attachantes de l'Empire germanique et de l'histoire du Moyen Âge européen. Frédéric I er Barberousse s'est laissé séduire par l'Italie, comme tous ses prédécesseurs, et s'est efforcé de reconstituer un bloc politique formé de la Lombardie et de l'Allemagne : pourtant il n'a pas compris le mouvement communal, alors très puissant dans la vallée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ier-barberousse/#i_10721

HENRI LE LION (1129-1195) duc de Saxe (1142-1180) et de Bavière (1155-1180)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 642 mots

Fils de Henri le Superbe, duc de Bavière, l'un des hommes les plus riches et les plus puissants de l'Empire germanique, et de l'unique fille de l'empereur Lothaire III, qui avait été duc de Saxe. Quand son père, manquant de peu son élection au trône d'Allemagne, se révolta et entraîna sa famille avec lui, Henri le Lion se trouva dépossédé de tous ses héritages. En 1142 le roi Conrad III lui inféod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-le-lion/#i_10721

RICHARD Ier CŒUR DE LION (1157-1199) roi d'Angleterre (1189-1199)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 604 mots
  •  • 1 média

Fils d'Henri II Plantagenêt et d'Aliénor d'Aquitaine, duc d'Aquitaine dès l'âge de onze ans, Richard Cœur de Lion participe, avec son frère aîné Henri le Jeune, à la grande révolte de 1173-1174 contre Henri II, révolte soutenue par le roi de France Louis VII. Battu, il se soumet et aide son père à mater la rébellion des seigneurs aquitains en 1183. À la mort d'Henri le Jeune (1183), il devient l'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-ier-coeur-de-lion/#i_10721

TANCRÈDE DE LECCE (mort en 1194) roi de Sicile (1190-1194)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARTIN
  •  • 296 mots

Fils bâtard de Roger, duc de Pouille (lui-même fils du roi Roger II de Sicile), et d'Emma, issue de la famille des comtes de Lecce, Tancrède est comte de Lecce en 1149. Ce grand aristocrate participe à la rébellion de 1156 contre le roi de Sicile Guillaume I er et son grand émir Maion, puis à la révolte de 1161, excitant en Sicile les Lombards contre les musulmans. Il doi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tancrede-de-lecce/#i_10721

Pour citer l’article

Anne BEN KHEMIS, « HENRI VI (1165-1197) - empereur germanique (1190-1197) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-vi-1165-1197-empereur-germanique-1190-1197/