HENRI IV (1553-1610) roi de France (1589-1610) et de Navarre (1572-1610)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le règne effectif

La remise en ordre

La reprise en main du royaume devait, nécessairement, s'appuyer sur un certain nombre de forces politiques. Apparemment, trois groupes coexistèrent : le parti protestant, le groupe des catholiques royalistes, celui des catholiques ligueurs ralliés à temps, composé des parlementaires parisiens et des puissances « féodales », princes et grands nobles redoutables par leurs clientèles. Il existait entre ces groupes un consensus politique (l'urgence de la paix et de la reprise des affaires) et un support social commun (propriétaires seigneuriaux et acquéreurs d'offices). Enfin, la bourgeoisie d'affaires se retrouvait à la fois dans le camp protestant, catholique et parlementaire. Les divergences de détail restaient innombrables, les oppositions fondamentales profondes. Mais, momentanément, le dénominateur commun de la paix intérieure incarnée en Henri IV, ressenti comme une nécessité étatique par tous ceux qui étaient sensibles au « bien public », allait dans le sens de l'action royale. Le gouvernement de Henri IV représente donc une coalition de riches, regroupant provisoirement tous les détenteurs de grandes fortunes, ce qui explique la présence d'un entourage des plus composites. On y trouve le fidèle Sully, entré en 1596 au Conseil des finances (en droit seulement en 1601), grand voyer et grand maître de l'artillerie en 1599. Il n'occupe pas encore la première place au Conseil. À ses côtés, l'autre personnage protestant de marque est Barthélemy de Laffemas qui, dès 1596, exposait ses vues mercantilistes à l'assemblée des notables de Rouen. Face aux protestants, Villeroy, rallié de 1594, est chargé des affaires étrangères. Il est secondé par le président Jeannin, négociateur du traité de Vervins. Ainsi s'établit un premier équilibre de forces, les catholiques détenant le gage capital de la direction de la politique extérieure, qu'ils infléchissent souvent dans un sens pro-espagnol. L'économie et les finances reviennent aux protestants. Le personnage de premier plan est Pomponne [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  HENRI IV (1553-1610) roi de France (1589-1610) et de Navarre (1572-1610)  » est également traité dans :

ALBRET LES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 271 mots

Famille gasconne qui connaît l'apogée de sa puissance aux xiv e - xvi e  siècles, les Albret tirent leur nom du petit village de Labrit, sur la route de Bordeaux à Dax et Bayonne. Des membres de la famille d'Albret prennent part à la première croisade (1096-1099), à la croisade contre les albigeo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-albret/#i_21408

BOURBONS

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 6 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la légitimité »  : […] Les Français du xvii e  siècle ne conçoivent pas l'État comme une réalité abstraite, mais comme un tout organique, comme un corps vivant : un corps mystique. Le même Guy Coquille écrit que « le roy est le chef et le peuple des trois ordres sont les membres et tous ensemble font le corps politique et mystique, dont la liaison et union est individu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourbons/#i_21408

CHALAIS HENRI DE TALLEYRAND comte de (1599-1626)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 240 mots

Issu d'une très noble famille, Henri de Talleyrand est le représentant type de cette noblesse de cour de la première moitié du xvii e siècle, aimant le duel, agitée et brouillonne, qui souffre d'avoir été écartée des responsabilités du pouvoir. Habituée à la liberté politique qu'elle avait eu l'occasion d'exercer lors des guerres de Religion, ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-chalais/#i_21408

CLÉMENT VIII, IPPOLITO ALDOBRANDINI (1536-1605) pape (1592-1605)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 377 mots

Ippolito Aldobrandini est né le 24 février 1536 à Fano (États pontificaux) et mort le 5 mars 1605 à Rome. Titulaire de nombreuses charges ecclésiastiques, il est fait cardinal en 1585 par Sixte V (1585-1590), puis élu pape le 30 janvier 1592, et intronisé le 9 février sous le nom de Clément VIII. Depuis 1562, la France est en proie aux guerres de religion opposant les Huguenots protestants aux c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ippolito-clement-viii/#i_21408

COTON PIERRE (1564-1626)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 294 mots

Ce jésuite, confesseur de Henri IV, est entré dans l'histoire sous la forme d'une boutade : « Le roi a du coton dans les oreilles ! » Il fait partie de ce groupe de religieux qui ont dû leur célébrité à leurs prédications à la fin du xvi e siècle. Le choix d'un jésuite par Henri IV relève évidemment de la politique, le père Coton étant partisan d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-coton/#i_21408

DU BARTAS GUILLAUME DE SALLUSTE (1544-1590)

  • Écrit par 
  • James DAUPHINE
  •  • 705 mots

C'est au sein d'une famille de commerçants enrichis que naquit à Montfort (Gers), en 1544, Guillaume de Salluste du Bartas. En 1565, son père avait acheté à l'évêque de Lombez le château du Bartas. Après de bonnes humanités, Guillaume fit son droit à Toulouse où il fut reçu docteur (1567). À la mort de son père (1566), Du Bartas transforme et aménage le château, se marie — il épouse Catherine de M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-du-bartas/#i_21408

NANTES ÉDIT DE (1598)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 216 mots

Promulgué par Henri IV (1589-1610), converti depuis peu au catholicisme (1593), l'édit de Nantes accorde la liberté de culte aux protestants français. Il organise pour un siècle la coexistence forcée entre catholiques et réformés, après trente-six ans de guerre civile qui ont ruiné le royaume de France et fait vaciller la monarchie et l'État. Par les articles généraux, les protestants obtiennent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edit-de-nantes/#i_21408

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Apanages et alleux »  : […] La maison d'Alençon s'éteignit en avril 1525 avec la mort du duc Charles VIII d'Alençon, comte du Perche, époux de Marguerite d'Angoulême. Ses domaines, grossis de l'héritage de la maison d'Armagnac, allaient passer à la maison d' Albret par le mariage, en 1527, de Marguerite avec Henri d'Albret. Les Albret constituaient à cette date la seule maison féodale subsistante depuis la confiscation des b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_21408

GUERRES DE RELIGION EN FRANCE, en bref

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 220 mots
  •  • 1 média

L'essor du calvinisme durant le règne de Henri II aboutit à une crise pour la monarchie, dès lors qu'une large part de la noblesse rejoint le camp réformé et que la politique d'apaisement et de compromis religieux menée par la reine mère Catherine de Médicis et le chancelier Michel de L'Hospital échoue, au concile national de Poissy (1561). Après le massacre de villageois protestants à Wassy en 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion-en-france-en-bref/#i_21408

LAFFEMAS BARTHÉLEMY DE (1545 env.-1612)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 338 mots

Protestant, issu de la petite noblesse « pauvre » du Dauphiné, Laffemas a été l'un des fidèles compagnons d'armes du jeune Henri IV. Il devient, en récompense, le maître de la garde-robe royale et se trouve, grâce à cette fonction, en contact avec les banquiers et les marchands qui gravitent autour de la Cour. En 1601, Henri IV le nomme à la tête du bureau du commerce. Laffemas est loin d'avoir l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-de-laffemas/#i_21408

MARGUERITE DE VALOIS, dite LA REINE MARGOT (1553-1615) reine de France

  • Écrit par 
  • Michel FRANÇOIS
  •  • 360 mots
  •  • 1 média

Il est peu de princesses de France qui aient autant défrayé la chronique de leur époque et alimenté si généreusement une littérature prétendument historique que Marguerite de Valois, restée célèbre sous le nom de « reine Margot ». Fille d'Henri II et de Catherine de Médicis, elle grandit entre ses trois frères qui seront Charles IX, Henri III et François duc d'Alençon puis d'Anjou, dans une cour e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-de-valois/#i_21408

MARIE DE MÉDICIS (1573-1642) reine de France

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 520 mots

Reine de France, née le 26 avril 1573 à Florence, morte le 3 juillet 1642 à Cologne. Fille de François de Médicis, grand duc de Toscane, et de Jeanne d'Autriche, Marie de Médicis épouse en octobre 1600 Henri IV, tout juste divorcé de Marguerite de Valois. Le roi espère ainsi mettre la main sur une dot confortable qui lui permette de rembourser ses dettes. En 1601, la nouvelle reine donne naissanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-de-medicis/#i_21408

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Une cité médiévale sous la Renaissance »  : […] Ce n'est qu'avec lenteur que la ville parvint à sortir du marasme de la guerre de Cent Ans. L'expansion économique reprit vers 1450, l'immigration provinciale vers 1500. Dans sa physionomie, Paris ne fut guère influencé par les nouvelles formes de la Renaissance italienne, dont le développement en France est lié aux résidences du roi et de la cour. Aussi le style gothique flamboyant reste-t-il lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_21408

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 619 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Catholiques et protestants en France »  : […] Au cours des guerres de religion de la seconde moitié du xvi e  siècle, gueux et réformés français s'entraidèrent souvent, la France étant, elle aussi, désolée par les troubles intérieures. Dans le royaume, les conflits armés commencèrent officiellement avec le massacre, par les gens de François de Guise, de soixante-quatorze protestants qui assis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_21408

SATIRE MÉNIPPÉE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 683 mots

« Tous ceux qui sont nourris aux lettres savent bien que le mot de satire ne signifie pas seulement un poème de médisance pour reprendre les vices publics ou particuliers de quelqu'un, comme celles de Lucilius, Horace, Juvénal et Perse, mais aussi toute sorte d'écrits remplis de diverses choses et de divers arguments, mêlés de proses et de vers entrelardés, comme entremets d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire-menippee/#i_21408

SERRES OLIVIER DE (1539-1619)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 561 mots

Diacre protestant de l'église de Berg, représentant typique de la petite noblesse méridionale, Olivier de Serres fait de son domaine du Pradel une exploitation modèle. Pendant la période des troubles religieux, l'agronome perfectionne ses cultures, surveille, non sans défiance, ses gens, remplaçant les jachères par des prairies artificielles, introduisant la garance des Flandres, le houblon d'Angl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-de-serres/#i_21408

SULLY MAXIMILIEN DE BÉTHUNE duc de (1560-1641)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 464 mots

L'une des figures les plus populaires de l'histoire française, Sully est devenu presque légendaire avec sa phrase sur le labourage et le paturage. Cadet d'une famille protestante, il prend part aux campagnes du jeune Henri IV, ce qui lui vaut une ascension politique rapide : directeur des Finances et surintendant général en 1596, grand maître de l'artillerie et des fortifications ainsi que grand v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maximilien-de-sully/#i_21408

VENDÔME LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 510 mots

Le comté de Vendôme (du nom d'une ville située dans le département actuel du Loir-et-Cher) ou de Vendômois fut entre les mains d'une lignée de féodaux très proches du roi capétien après avoir été vassaux du duc de France, le Robertien Hugues le Grand et son fils Hugues Capet : ils étaient même comtes de Paris et de Melun, seigneurs de Corbeil. Le comté de Vendôme passa par héritage aux lignées des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-vendome/#i_21408

VERVINS PAIX DE (1598)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 428 mots

Pour en arriver au statu quo de la paix de Vervins le 2 mai 1598 entre la France et l'Espagne, il aura fallu près d'un demi-siècle d'une longue guerre civile, qui n'est qu'un élément de l'affrontement européen ayant débuté avec les guerres d'Italie. L'abjuration, à Saint-Denis, de Henri IV (25 juill. 1593) est le fait décisif, mais non suffisant, qui donne au roi de France la supériorité sur la Li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paix-de-vervins/#i_21408

Pour citer l’article

Jean MEYER, « HENRI IV (1553-1610) - roi de France (1589-1610) et de Navarre (1572-1610) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-iv-1553-1610-roi-de-france-1589-1610-et-de-navarre-1572-1610/