BARTH HEINRICH (1821-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À trente ans, le géographe allemand Heinrich Barth, qui parlait anglais, français, espagnol, italien et arabe, avait visité plusieurs pays du Proche-Orient, la Tunisie et la Libye. L'explorateur anglais James Richardson, chargé par des sociétés protestantes anglaises d'étudier la piste de Tripoli au Soudan, ne trouvant aucun compatriote pour l'accompagner, fit appel à Barth et à Adolf Overweg, un géologue allemand. Partis de Tripoli le 25 mars 1850, ils atteignent Mourzouk, un marché d'esclaves au Fezzan, puis Rhat au Tassili, la ville des Touaregs qui leur sont hostiles pendant la traversée du Ténéré. Ils passent à Agadès. À Zinder, les explorateurs se séparent. Ils doivent faire leur jonction au bord du lac Tchad. Richardson n'y arrivera pas et Overweg mourra quelque temps après avoir recueilli des indications sur les crues et sur les parties navigables du lac. Entre-temps, Barth étudie les cours du Logone et du Chari, tous deux tributaires du lac Tchad. Il rejoint la Bénoué, affluent du Niger, à Yola, apportant ainsi des informations indispensables à une première explication du système hydrographique de la région.

Ses compagnons ayant disparu, il renonce à l'Afrique orientale et décide d'étudier le cours du Niger. Il rejoint celui-ci à Say et, passant par Hombori, atteint Tombouctou. Il y séjourne pendant six mois et écrit les premiers éléments d'une histoire des Songhaï à partir de manuscrits arabes. Il redescend le Niger jusqu'à Say, atteint le Tchad en passant par Sokoto et Kano, au Nigeria. Sur la route du retour, dans le massif du Bornou, il rencontre Vogel, un astronome allemand parti à sa recherche ; ce dernier, continuera le travail de Barth mais sera assassiné dans le massif du Ouaddaï.

Barth rejoint l'Angleterre par Tripoli (1855). Son voyage aura duré cinq ans, mais les informations ethnologiques, linguistiques, historiques et géographiques (relevé cartographique de 20 000 km2) qu'il rapporte sont les premières qui soient aussi rigoureuses et précises ; elles seront souvent confirmées par la suite. Il publia cinq volumes Reisen und Entdeckungen in Nord- und Central-Afrika (1857) qui furent traduits en anglais et en français : Voyages et découvertes dans l'Afrique septentrionale et centrale pendant les années 1849 à 1855 (1861), et obtint, seulement en 1863, une chaire à titre provisoire à l'université de Berlin. Jusqu'à sa mort, son pays refusa de reconnaître la valeur du premier explorateur scientifique du continent africain.

—  Bernard NANTET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARTH HEINRICH (1821-1865)  » est également traité dans :

NIGER

  • Écrit par 
  • Mamoudou GAZIBO, 
  • Sadou GAZIBO, 
  • Emmanuel GRÉGOIRE
  • , Universalis
  •  • 7 487 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La conquête de l'espace nigérien par la France »  : […] Les explorations de l'espace nigérien débutent dès le milieu du xix e  siècle. Trois zones vont les attirer : la région du fleuve (voie naturelle de communication), le désert (zone mystérieuse) et le lac Tchad (porte d'accès à l'intérieur de l'Afrique). Une des plus célèbres est celle de l'Allemand Heinrich Barth qui, de 1850 à 1855, parcourut le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niger/#i_80114

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 698 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Classification et datation »  : […] Les premières publications de « fresques » du Tassili suscitèrent un important mouvement d'intérêt de la part des préhistoriens et du grand public : on pensait qu'enfin se dévoilaient des témoignages de première main sur la vie quotidienne, les croyances et la culture matérielle de peintres et de graveurs ayant vécu « au temps où le Sahara verdoyait », et que les œuvres allaient nous livrer d'irre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique/#i_80114

Pour citer l’article

Bernard NANTET, « BARTH HEINRICH - (1821-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-barth/