Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HAUTE COUTURE (repères chronologiques)

1858 Ouverture de la maison Worth & Bobergh à Paris.

1868 Création à Paris de la Chambre syndicale de la couture et de la confection pour dames.

1895 À la mort de son fondateur, la maison Worth emploie plus d'un millier de personnes.

1905 Lady Duff-Gordon crée à Londres la maison Lucile, dont les présentations de collections, à date fixe, sont conçues comme des spectacles. Ces présentations peuvent durer jusqu'à trois heures.

1910 Création de la Chambre syndicale de la couture, qui dissocie définitivement les maisons de couture, qui habillent les femmes sur mesures, et les maisons de confection.

1924 Six des 32 mannequins de Jean Patou sont américains, plus longues, plus minces que les Françaises et chargées de séduire l'importante clientèle d'outre-Atlantique de la couture parisienne.

1925 La couture représente 15 p. 100 des exportations françaises.

1930 Au début des années 1930, la Chambre syndicale de la couture met en place un « calendrier » des présentations et les 400 modèles habituellement présentés par chaque maison sont réduits à une centaine.

1946 La France compte 106 maisons de haute couture, mais ce chiffre est dès lors en déclin : 60 maisons en 1952, 36 en 1958 et 19 en 1967.

1947 L'arrêté du 30 juin 1947, dans la droite ligne des règles instituées par le régime de Vichy, prévoit qu'une maison de « couture-création » doit, entre autres obligations, employer au moins 20 ouvriers dans ses ateliers, présenter un minimum de 75 modèles deux fois par an et disposer d'une cabine de 3 mannequins au moins pour les présentations privées à la clientèle.

1950 La haute couture parisienne réalise les deux tiers de son chiffre d'affaires à l'étranger, auprès d'une clientèle privée mais surtout professionnelle (grands magasins et confectionneurs étrangers, en particulier américains).

1952 Instauration d'une « Aide textile » de l'État français à la haute couture, couvrant 50 p. 100 de ses dépenses en tissu. Elle est supprimée en 1959.

1997 Présentation par Jean-Paul Gaultier de sa première collection de haute couture (printemps-été 1997). Elle inaugure, dans une discipline de la mode sur le déclin, l'arrivée de la génération des « créateurs » des années 1980. Une génération qui a insufflé un « esprit couture » dans le prêt-à-porter, alors que la haute couture en était devenue incapable dans ses propres collections, à l'exception d'Yves Saint Laurent, Chanel et quelques rares autres couturiers.

2002 Yves Saint Laurent abandonne la haute couture. Les grandes griffes de la haute couture appartiennent désormais à des groupes qui placent à leur tête des directeurs artistiques « mercenaires », parfois détenteurs par ailleurs de leur propre marque, à l'exemple de John Galliano chez Christian Dior ou Julien MacDonald chez Givenchy.

1er juin 2008 Mort d’Yves Saint Laurent.

— Farid CHENOUNE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Farid CHENOUNE. HAUTE COUTURE - (repères chronologiques) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ALAÏA AZZEDINE (1940-2017)

    • Écrit par
    • 890 mots
    • 1 média

    D'un talent hardi et original, Azzedine Alaïa a accompli une double carrière d'exigeant technicien de la mode et de créateur adulé qui le situe parmi les grands maîtres de l'esthétique contemporaine. Il a introduit la notion d'une élégance issue d'une minutieuse construction de la silhouette féminine,...

  • BALENCIAGA CRISTOBAL (1895-1972)

    • Écrit par
    • 1 003 mots

    Issu d'un modeste village de pêcheurs en Espagne, Balenciaga, « le couturier des couturiers », est devenu l'arbitre de l'élégance parisienne. Soucieux de rejeter les effets faciles alors que dans le contexte de l'après-guerre la mode se livre à des jeux frivoles, Balenciaga donne une vision très structurée...

  • BALMAIN PIERRE (1914-1982)

    • Écrit par
    • 764 mots
    • 2 médias

    Créateur réputé de la « Jolie Madame », Pierre Balmain symbolise la haute couture de l'après-guerre dans ce qu'elle eut de raffiné, de parisien. Né à Saint-Jean de Maurienne, il vient à Paris effectuer des études d'architecture en 1933, mais sa vraie vocation est la couture : engagé dans l'équipe...

  • BERGÉ PIERRE (1930-2017)

    • Écrit par
    • 1 015 mots
    • 1 média

    Personnage de la mode et du monde parisien parmi les plus en vue, Pierre Bergé a marqué son temps par la création de la maison de couture Yves Saint Laurent aux côtés du célèbre styliste en 1961, un sens aigu des affaires et une implication indirecte, mais bien réelle dans la vie politique du pays....

  • Afficher les 55 références