ALAÏA AZZEDINE (1940-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'un talent hardi et original, Azzedine Alaïa a accompli une double carrière d'exigeant technicien de la mode et de créateur adulé qui le situe parmi les grands maîtres de l'esthétique contemporaine. Il a introduit la notion d'une élégance issue d'une minutieuse construction de la silhouette féminine, épousée par des vêtements de cuir, de maille, et dont il souligne amoureusement les courbes grâce à des surpiqûres et à des fermetures à glissière, selon les lois d'une stratégie de la séduction.

Azzedine Alaïa et Farida Khelfa

Azzedine Alaïa et Farida Khelfa

Photographie

Azzedine Alaïa fut à sa manière un clandestin de la mode, se refusant à toute industrialisation et gardant un contrôle jaloux sur ses créations. On le voit ici avec Farida Khelfa lors de la présentation de la collection automne-hiver 2014-2015. 

Crédits : Bertrand Rindoff Petroff/ French Select/ Getty Images

Afficher

La virtuosité d'Alaïa se fonde sur une connaissance technique approfondie de la coupe. Né le 26 février 1940 à Tunis, il suit les cours de l'École des beaux-arts, avec l'intention d'entreprendre une carrière de sculpteur. Déjà, il consacre une partie de son temps libre à effectuer des travaux pour des ateliers de couture. C'est pour explorer plus largement le milieu de la création de mode qu'il se rend à Paris, où il passe brièvement dans l'équipe de Dior, puis, plus longuement, chez Guy Laroche. Après quelques années de « vaches maigres », pendant lesquelles Alaïa doit exécuter à peu de frais des copies de modèles de haute couture pour des clientes privées, le perfectionnisme et la virtuosité technique du couturier commencent à être appréciés d'un public d'initiés, comprenant des rédactrices de mode exigeantes (Elle, Marie-Claire), des esthètes, des photographes bien informés (Bill Cunningham). Dans la fin des années 1970, Alaïa accueille amis et clientes dans son appartement personnel mué en studio de création : il présente des robes et des blousons extrêmement structurés, qui semblent conçus tout exprès pour exalter la prestance de son mannequin, Zuleïka, une jeune femme altière, à la crinière flamboyante. Alaïa raccourcit délibérément les jupes et étoffe la carrure des blousons ; l'érotisme volontiers agressif de cette reconstruction de la silhouette est tempéré par le choix de couleurs sourdes, le brun, le lie-de-vin, le marine, le vert bouteille, et surtout le noir, qu'Alaïa décline en cuir, en lainage, en jersey, et qui commu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « ALAÏA AZZEDINE - (1940-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/azzedine-alaia/