HARKIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme harkis, tiré de l'arabe harka (mouvement), s'applique aux soldats de certaines unités supplétives autochtones d'Algérie engagées avec l'armée française contre la rébellion indépendantiste, de 1954 à 1962. Cette appellation s'est étendue abusivement à tout autochtone ayant pris le parti de la France durant la guerre d'Algérie, qu'il soit civil ou armé, ainsi qu'à sa famille.

Depuis des siècles, la France armait pour son compte des ressortissants locaux dans les pays où elle exerçait son autorité. Selon cet usage, en Algérie, dès le début de la rébellion, les représentants des autorités françaises recherchèrent l'adhésion des musulmans à la lutte contre la subversion. Se fiant aux promesses des dirigeants de l'État, dont celles que fit le général de Gaulle jusqu'en 1960, ces représentants crurent que la France resterait durablement en Algérie. Ils transmirent cette conviction aux musulmans algériens qu'ils enrôlaient. S'ajoutant aux unités d'autodéfense de villages et aux musulmans appelés ou engagés dans l'armée, trois corps d'autochtones furent créés : les harkas, unités mobiles responsables d'un secteur, jumelées avec les compagnies françaises, les maghzens, groupes statiques de moghaznis (sorte de gendarmes ruraux) placés sous l'autorité des Sections administratives spécialisées de l'armée chargées du développement rural (S.A.S.), et les Groupes mobiles de sécurité (G.M.S.) assimilés aux C.R.S. Le recrutement fut surtout collectif dans les villages ; parfois il s'opérait parmi des déserteurs de l'A.L.N (Armée de libération nationale). Les engagements étaient le plus souvent volontaires. Les motivations furent variées, selon le sociologue Mohand Hamoumou : patriotiques ou économiques pour certains, elles furent surtout d'ordre sécuritaire, les chefs de village voulant protéger la population contre les opérations de l'armée, et plus encore contre les incursions du F.L.N.

Les supplétifs furent surtout enrôlés de 1957 à 1960. Face aux succès français contre la rébellion interne, dont une partie voulut négocier (la wilay [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HARKIS  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les deux premiers mandats d'Abdelaziz Bouteflika »  : […] Le président Bouteflika tente d'améliorer l'image de l'Algérie à l'étranger. Les 12 et 13 juillet 2001, il se rend en visite aux États-Unis, l'un des principaux partenaires économiques du pays. Un mois après les attentats du 11 septembre 2001, lors d'une visite d'État en Afrique du Sud, il apporte un soutien « sans réserve à l'action des États-Unis contre le terrorisme ». Le 20 décembre, il effe […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Décolonisation et fin de la guerre d'Algérie »  : […] Le problème le plus urgent à régler était bien sûr celui de l'Algérie mais c'était aussi le plus explosif et le plus difficile à traiter. Le général ne semble d'ailleurs pas avoir eu à l'époque une position très arrêtée. Lors de son voyage en Algérie au début de juin 1958, il reste d'une grande prudence, même si ses propos sont interprétés comme étant favorables à la solution militaire de pacifica […] Lire la suite

RAPATRIÉS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 8 350 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les indigènes auxiliaires »  : […] Les auxiliaires de la colonisation sont inexorablement entraînés dans le reflux des communautés européennes. Les plus compromis avec l'ancienne puissance étaient les militaires de carrière et surtout les supplétifs, hâtivement recrutés pour combattre les guérillas et le terrorisme, prélude aux décolonisations. Le problème se posa d'abord pour les éléments indigènes de la K.N.I.L. (Forces armées ro […] Lire la suite

Les derniers événements

France – Algérie. Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie. 6 décembre 2017

Macron exprime, notamment en direction des jeunes, sa volonté de « tourner la page du passé » colonial et appelle le pays à « ouvrir davantage » son économie. Il demande que les Français nés en Algérie puissent y retourner, évoquant les harkis et leurs enfants. […] Lire la suite

France. Reconnaissance de la responsabilité de la France dans le drame des harkis. 25 septembre 2016

À l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux harkis, le président François Hollande reconnaît dans un discours à l’hôtel des Invalides, à Paris, « la responsabilité des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil […] Lire la suite

France. Commémoration controversée de fin de la guerre d’Algérie. 19 mars 2016

et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc a été instituée par une loi de décembre 2012. Un décret de décembre 2003 fixait au 5 décembre une autre date d’hommage aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord. L’initiative du chef de l’État est critiquée par la droite et l’extrême droite, ainsi que par les associations de rapatriés et de harkis qui dénoncent les accords d’Évian. […] Lire la suite

Algérie – France. Visite du président Nicolas Sarkozy en Algérie. 3-5 décembre 2007

des personnes, il ne se satisfait pas du taux de délivrance des visas français. Le 5, à son retour en France, Nicolas Sarkozy reçoit les représentants des associations de harkis et de rapatriés à l'occasion de la Journée nationale des combattants morts pour la France pendant la guerre d'Algérie. […] Lire la suite

France. Relaxe en appel de George Frêche. 13 septembre 2007

La cour d'appel de Montpellier relaxe le président de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche (P.S.), condamné en première instance à une amende pour avoir traité des harkis de «sous-hommes» en février 2006. La cour relève que les propos «ne s'adressaient d'aucune manière à la communauté harkie mais à deux individus» dont l'attitude était, en l'occurrence, jugée contraire à l'honneur de leur communauté. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DENOIX, « HARKIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/harkis/