JONAS HANS (1903-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le trajet philosophique de Hans Jonas a connu une ligne de développement sinueuse, sur laquelle on peut distinguer au moins trois étapes. Si les recherches sur la gnose et le gnosticisme ont dominé au début de son activité théorique, il s'est orienté, à partir de la Seconde Guerre mondiale, vers les questions d'ontologie, pour se concentrer finalement sur les questions d'éthique.

Profondément marqué à ses débuts par la philosophie de l'existence de Heidegger, dont il fut l'étudiant dans les années vingt, Jonas s'est éloigné progressivement de la pensée de son maître pour arriver à une position très critique ; l'adhésion de l'auteur de Sein und Zeit au national-socialisme a servi, en l'occurrence, de catalyseur.

Né en 1903 à Mönchengladbach, ville industrielle du sud de la Rhénanie, où son père possédait une entreprise textile, Hans Jonas adhère très jeune au mouvement sioniste, la lecture des livres de Martin Buber l'y ayant préparé. Il fait des études successivement à Fribourg, où il participe en 1921 aux séminaires de Husserl et du jeune privatdozent Martin Heidegger, à Berlin où il suit, entre autres, l'enseignement d'Ernst Troeltsch et, finalement, à Marbourg, où il achève sa formation sous la direction de ses deux maîtres à penser : le théologien protestant Rudolf Bultmann et Martin Heidegger. L'amitié avec Hannah Arendt, qui va se prolonger pendant des décennies, date de cette période.

Les premiers travaux de Jonas portent sur Le Concept de gnose (titre de la dissertation avec laquelle il obtient le titre de docteur en philosophie) et sur Augustin et le problème paulinien de la liberté (1930), mais son premier grand livre est Gnosis und spätantiker Geist (La Gnose et l'es [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  JONAS HANS (1903-1993)  » est également traité dans :

LE PRINCIPE RESPONSABILITÉ, Hans Jonas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 802 mots

Œuvre de maturité, Le Principe Responsabilité, paru en Allemagne en 1979, a reçu une audience qui dépasse de beaucoup celle des autres travaux de son auteur, Hans Jonas (1903-1993), élève de Husserl, Heidegger et Bultmann, d'abord spécialiste de La Religion gnostique (1930, trad. franç. 1978), qui enseigna à Jérusal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-principe-responsabilite/#i_22788

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux positions divergentes : Jonas et Engelhardt »  : […] Des philosophes contemporains ont entrepris d’élaborer une éthique systématique en réponse aux défis de la biomédecine et, plus généralement, des technosciences contemporaines. C’est notamment le cas de Hans Jonas dans Das Prinzip Verantwortung . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_22788

DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie HARRIBEY
  •  • 5 097 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La décroissance au fondement de l'écologie politique »  : […] Les théories actuelles de la décroissance trouvent également leur source chez quelques ancêtres de l'écologie politique et, pour une part, sont plus ou moins influencées par le courant de l'« écologie profonde » ( deep ecology ). Sur le plan philosophique, l'auteur majeur est sans conteste Hans Jonas, qui a théorisé en 1979 le « principe de responsabilité » à l'égard des gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance-critique-de-la/#i_22788

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La vague éthique »  : […] C'est probablement le champ normatif de l'éthique et du politique qui tend à dominer la scène de la philosophie, tant dans son histoire académique que dans sa réception culturelle. L'éthique est devenue, après l'effondrement des grandes idéologies sociopolitiques, un point de passage obligé, quand elle ne tient pas lieu de slogan pour nos sociétés. De nombreux travaux continuent de faire un état d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_22788

RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 7 658 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Qui est responsable ? Et de quoi ? »  : […] Le modèle scientifique créé au xx e  siècle impliquait un lien étroit entre recherche publique d'État, investigations à visée cognitive et contributions au progrès économique et social, grâce à la mise à disposition des connaissances. Depuis la fin des années 1980, ce modèle a été ébranlé par la multiplication des contrats industriels, par la créa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-sociale-des-scientifiques/#i_22788

TÉMOINS DU FUTUR. PHILOSOPHIE ET MESSIANISME (P. Bouretz) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 010 mots

Pierre Bouretz nous offre un prolongement de la somme de Julius Guttmann ( Histoire des philosophies juives. De l'époque biblique à Franz Rosenzweig , 1996) en regroupant neuf philosophes juifs, de culture allemande, nés entre 1842 et 1905, à l'aube d'un xx e  siècle apocalyptique : Hermann Cohen, Franz Rosenzweig, Walter Ben […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temoins-du-futur-philosophie-et-messianisme/#i_22788

Pour citer l’article

Nicolas TERTULIAN, « JONAS HANS - (1903-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-jonas/