HAGGADAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La définition purement formelle de l'Haggadah — à savoir la partie de l'enseignement rabbinique ne possédant pas de caractère juridique — ne rend que très imparfaitement compte du contenu positif de cet ensemble d'enseignements, dont la matière représente un tiers du Talmud de Babylone, un sixième du Talmud de Palestine et de nombreuses œuvres entrant dans le cadre du Midrash Haggadah. C'est là que l'on peut découvrir les exégèses et les interprétations homilétiques des rabbins de l'Antiquité, surtout palestiniens.

Cette immense littérature représente un univers mental où abondent allusions, jeux de mots et paradoxes. Elle fut pendant des siècles l'unique mode d'expression littéraire du peuple juif et utilise souvent les ressources du folklore, et des fables empruntées au contexte culturel de l'époque. Il y a dans l'Haggadah à la fois une liberté d'interprétation très large et une cohérence sous-jacente non moins réelle. Les interprétations, en effet, visent toutes un référentiel qui leur est commun, la Torah, laquelle exprime pour tous les docteurs la volonté de Dieu pour son monde. Les effets littéraires ou ludiques ne sont toujours que seconds par rapport à la finalité essentielle des rabbins : enseigner et faire pratiquer la Loi par les masses juives ; défendre et illustrer le judaïsme à l'égard des contestations païennes gnostiques ou chrétiennes.

L'Haggadah est moins l'expression d'individualités que d'écoles qui groupaient, autour d'un grand maître, un certain nombre de disciples. Dans chaque école, les enseignements étaient caractérisés, sur le plan de la méthode, par la valorisation de certains procédés herméneutiques et, sur le plan des idées, par l'accent mis sur telle ou telle problématique en fonction des traditions reçues et des exigences de l'actualité. L'Haggadah doit donc se définir comme un mode de pensée original à travers lequel les maîtres d'Israël n'ont cessé d'actualiser les problèmes fondamentaux de l'homme afin de lui faire adopter une conduite droite. Comme l'écrit le Sifré (sur Deut., xi, 21) : « Si tu souhaites connaître Celui par lequel le monde vint à l'être, alors étudie l'Haggadah, car par elle tu connaîtras le Saint — béni soit-Il — et tu suivras ses voies. »

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  HAGGADAH  » est également traité dans :

ABEL

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 354 mots

Selon le Livre de la Genèse, Abel, le berger, était le second fils d'Adam et d'Ève. Il fut tué par son aîné, Caïn, l'agriculteur, son sacrifice ayant été agréé par Dieu et celui de son frère refusé (iv, 1-9). Il semble qu'il ne faille plus retenir l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abel/#i_12393

BALAAM

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 317 mots

Héros de plusieurs légendes liées aux vieilles traditions israélites sur l'entrée en Canaan et entremêlées dans les récits bibliques du Livre des Nombres (xxii-xxiv). Originaire des environs de l'Euphrate, Balaam est tantôt devin étranger (Nombres, xxiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balaam/#i_12393

HÉBRAÏQUES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY, 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 8 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La renaissance : pogroms et sionisme »  : […] reprennent courage...) est dédié au premier congrès sioniste. Les trésors de la littérature classique lui sont restés chers. Avec son ami Y. H. Ravnitsky, il publie le livre de la Haggadah, anthologie des textes allégoriques, de morale, de théologie, du Talmud et du Midrash. De même que Tchernichovski, il a traduit de nombreux classiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hebraiques/#i_12393

ISMAEL BEN ELISHA (1re moitié IIe s.)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 258 mots

Tanna (docteur juif de la période dite des tannaim) Ismael ben Elisha fut, après la destruction du second Temple, alors qu'il était encore enfant, emmené en captivité à Rome. Il fut racheté par Rabbi Joshua, dont il devint l'élève. Il vécut à Kfar Aziz, au sud d'Hébron. Son collègue le plus proche était Rabbi Akiba, avec qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ismael-ben-elisha/#i_12393

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rabbins et le Talmud »  : […] l'enseignement rabbinique toujours fondées sur l'Écriture : la règle de conduite, ou loi positive (halaka), et l'homélie au sens le plus large (aggada). Cette dernière embrasse, en plus de l'enseignement religieux et moral proprement dit, la polémique, la spéculation métaphysique et mystique, et jusqu'au folklore. Au ii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-la-religion-juive/#i_12393

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 857 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge : les manuscrits à peinture »  : […] à l'art local. En Catalogne également, le rituel de la Pâque (Haggada), objet d'un livre autonome, fut volontiers décoré de peintures. Le texte du rituel était souvent précédé d'une série d'illustrations bibliques, comme dans les psautiers latins. Mais l'influence des psautiers ne concernait que l'organisation du livre, l'iconographie des scènes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-l-art-juif/#i_12393

PÂQUE LA

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 491 mots

La Pâque (en hébreu Pesaḥ) est une des trois fêtes de pèlerinage du calendrier juif. Elle débute le 15e jour du mois de nisan et se poursuit sept jours durant (huit en Diaspora). Elle célèbre la délivrance d'Israël de l'asservissement à l'Égypte. Dans le texte biblique, elle porte deux noms : le premier ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-paque/#i_12393

TALMUD

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 5 095 mots

Dans le chapitre « Halakha et Haggada »  : […] Toutes ces sentences, maximes, apophtegmes, enjolivements de récits bibliques, contes, légendes forment la Haggada (le mot 'aggada, formé sur la racine higgid, ou « raconter », signifie littéralement « narration »). Les ge‘onim, dont on reparlera, ont formellement posé le principe que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/talmud/#i_12393

TOBIT LIVRE DE

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 468 mots

Écrit biblique deutérocanonique, le livre de Tobit (souvent dit de Tobie) forme, avec les livres de Judith et d'Esther, un groupe dont la place est variable dans les grands manuscrits grecs de la version des Septante. Ce texte n'était connu que par sa traduction grecque lorsque furent découverts, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-de-tobit/#i_12393

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « HAGGADAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/haggadah/