HERZOG HAÏM (1918-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique israélien, né le 17 septembre 1918 à Belfast (Irlande, auj. Irlande du Nord), mort le 17 avril 1997 à Tel-Aviv-Jaffa (Israël).

Fils du rabbin Isaac Halevi Herzog, Haïm grandit à Dublin avant d'émigrer en Palestine avec sa famille en 1935. L'année suivante, il s'engage dans la Haganah, force armée de protection des juifs émigrés en Palestine. Herzog retourne ensuite au Royaume-Uni pour étudier le droit à l'université de Londres et sert dans l'armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1947, il retourne à la Haganah et, lors de la création de l'État d'Israël en 1948, il participe à la lutte contre les pays arabes voisins durant la première guerre israélo-arabe. Il est alors nommé responsable des services de renseignement militaires du pays, poste qu'il occupe jusqu'en 1950, puis de 1959 à 1962. Il monte parallèlement dans la hiérarchie jusqu'au rang de général de division avant de quitter l'armée en 1962 pour exercer la profession de juriste et travailler dans le monde des affaires. Grâce à une série d'émissions de radio pendant la guerre de Six Jours (1967), Herzog devient l'un des commentateurs politiques et militaires les plus en vue du pays. Après l'invasion de la Cisjordanie pendant ce conflit, il est en nommé premier gouverneur militaire. Ambassadeur aux Nations unies (1975-1978), il cherche à attirer l'opinion internationale sur sa lutte contre la résolution qui assimile le sionisme au racisme, campagne passionnée qui se solde par un échec.

En 1981, il est élu à la Knesset comme membre du parti travailliste israélien. Deux ans plus tard, il est candidat à la présidence, un poste essentiellement honorifique. Bien que la Knesset soit sous le contrôle du parti rival du Likoud, la popularité de Herzog le mène, de justesse, à la victoire, et il devient en mai 1983 le sixième président de l'État d'Israël. Il est le premier président à effectuer des visites officielles dans de nombreux pays étrangers auprès desquels il travaille à améliorer l'image internationale d'Israël. Il insiste sur la tolérance, soutient les droits des Druzes et des autres Arabes et critique ouvertement le système électoral du pays. En 1988, il se présente de nouveau aux élections. Il est le seul candidat et remporte un deuxième mandat, le maximum autorisé en Israël. Assumant son poste jusqu'à la fin de son mandat en 1993, il est, à ce jour, le président qui a servi le plus longtemps Israël. Auteur reconnu, Herzog écrit beaucoup sur l'histoire de son pays. Son autobiographie, Living History : a Memoir, a été publiée en 1996.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Les derniers événements

24 mars 1993 Israël. Élection d'Ezer Weizman à la présidence

Le 24, la Knesset élit Ezer Weizman à la présidence de l'État pour un mandat de cinq ans, en remplacement de Haïm Herzog. Sioniste passé de la droite à la gauche en 1980, ce chef de guerre, artisan des accords de Camp David et plusieurs fois ministre, est favorable à un dialogue direct avec l'O.L.P. et à l'échange des territoires contre la paix.  […] Lire la suite

2-30 juillet 1992 Israël. Gestes d'apaisement du nouveau Premier ministre Yitzhak Rabin

Le 2, le président Haïm Herzog charge Yitzhak Rabin, chef du Parti travailliste qui a remporté les élections du 23 juin, de former un nouveau gouvernement. Le 13, le gouvernement présenté par Yitzhak Rabin obtient l'investiture de la Knesset, par soixante-sept voix contre cinquante-trois. Sa composition reflète la coalition de gauche sur laquelle il s'appuie – travaillistes (44 sièges), Meretz (12 sièges) et « partis arabes » (5 sièges), bien que ces derniers ne soient pas représentés au gouvernement –, étendue au parti ultra-orthodoxe sépharade Shass (4 sièges), dont le chef conserve le portefeuille de l'Intérieur. […] Lire la suite

1er-20 mars 1990 Israël. Éclatement de la coalition gouvernementale

Le 20, le président Haïm Herzog charge Shimon Peres de tenter de former le gouvernement.  […] Lire la suite

1er-14 novembre 1988 Israël. Élections législatives

Le 14, le président Haïm Herzog charge le chef du Likoud de tenter de former un gouvernement. Les obstacles sont nombreux, Itzhak Shamir étant confronté à la fois aux exigences inacceptables des partis religieux et des partis d'extrême droite et aux hésitations des travaillistes à reconduire l'union nationale. La tension reste toujours très vive dans les territoires occupés, où le soulèvement palestinien continue malgré la répression. […] Lire la suite

17-21 octobre 1988 Israël – France. Visite officielle du président Haïm Herzog en France

Du 17 au 21, Haïm Herzog, chef de l'État d'Israël, effectue une visite officielle en France. Tandis que le président François Mitterrand plaide à nouveau en faveur de la réunion d'une conférence internationale de paix sur le Proche-Orient, Haïm Herzog demande à la France d'apporter une aide humanitaire aux Palestiniens des territoires occupés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HERZOG HAÏM - (1918-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/haim-herzog/