Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUILLAUME LE CONQUÉRANT (1027 env.-1087)

L'œuvre

Guillaume le Conquérant est de ces hommes qui ont marqué profondément leur temps et laissé après eux une œuvre capitale. La sienne semble être d'abord l'union qu'il a réalisée de la Normandie et de l'Angleterre, union d'ailleurs préparée depuis cent ans par les rapports constants qu'entretenaient ces deux pays. Mais surtout, Guillaume a fait de ses États des ensembles organisés ; il a durement guerroyé pour assurer la sécurité des frontières normandes et pour asseoir son autorité en Normandie, dans le Maine et en Angleterre. Il s'est senti, tant en Angleterre qu'en Normandie, investi par Dieu de la mission de faire régner la paix, c'est-à-dire l'ordre, et de veiller à ce que les droits de tous, et surtout ceux de l'Église, pussent s'exercer librement. Il avait épousé en 1053 une princesse flamande, la reine Mathilde, qui devait mourir en 1083, et ce couple royal de vie exemplaire se plut à fonder des abbayes comme l'abbaye aux Hommes et l'abbaye aux Dames de Caen, et l'abbaye de Battle, au lieu même de sa victoire. Guillaume a certainement eu en vue le bien spirituel de ses sujets, comme en témoignent ses efforts pour réformer l'Église normande et organiser l'Église anglaise. Il stimula un immense mouvement de rénovation de la société, tant religieuse que séculière, et il aboutit à des résultats positifs.

Pourtant, il ne considérait l'union des deux couronnes que comme passagère et personnelle. Il ne songea pas à la rendre durable. À sa mort, il partagea ses États comme un patrimoine, ainsi qu'aurait pu le faire deux siècles plus tôt un souverain carolingien : la Normandie, considérée comme son bien propre, devait devenir l'héritage de son fils aîné, Robert Courte-Heuse (mort en 1134) ; l'Angleterre, traitée en acquêt, revenait au cadet, Guillaume le Roux (mort en 1100) ; son troisième fils, Henri Beauclerc, devenu Henri Ier (mort en 1135), devait se contenter d'une somme d'argent et du comté de Mortain. Ce fut pourtant ce dernier qui acheva et perpétua l'œuvre paternelle. L'union de la Normandie et de l'Angleterre, rompue en 1087, fut rétablie en 1106 par ce prince astucieux et calculateur qui avait profité, pour devenir roi, de la mort de Guillaume le Roux et, pour devenir duc, de l'anarchie que Robert avait laissé se développer dans son duché ; alors, Henri intervint, vainquit son frère à Tinchebray et le garda captif sa vie durant. L'État anglo-normand ainsi reconstitué, prolongement direct de l'œuvre de Guillaume le Conquérant, devait s'accroître encore au xiie siècle des terres d'Anjou et d'Aquitaine et devenir une grave menace pour le roi de France. Il subsista jusqu'en 1204. C'est sous le règne d'Henri Ier que commença la fusion entre éléments saxons et éléments normands qui créa la nation anglaise.

— Jacques BOUSSARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Poitiers

Classification

Pour citer cet article

Jacques BOUSSARD. GUILLAUME LE CONQUÉRANT (1027 env.-1087) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Guillaume le Conquérant - crédits : VCG Wilson/ Corbis/ Getty Images

Guillaume le Conquérant

1000 à 1100. Seldjoukides - crédits : Encyclopædia Universalis France

1000 à 1100. Seldjoukides

Autres références

  • ANGEVIN EMPIRE

    • Écrit par Roland MARX
    • 1 510 mots
    • 4 médias
    Au lendemain de la mort de Guillaume le Conquérant, l'Angleterre entre dans l'ère des affrontements dynastiques et, avec elle, les fiefs continentaux auxquels ne renoncent ni ses rois ni leurs barons. Les Capétiens jugent habile de diviser les forces de leurs redoutables vassaux. Louis...
  • CONQUÊTE DE L'ANGLETERRE PAR LES NORMANDS

    • Écrit par Pascal BURESI
    • 249 mots
    • 1 média

    Guillaume, duc de Normandie (1035-1087), envahit l'Angleterre en 1066 parce qu'il refuse que le comte Harold de Wessex soit couronné roi d'Angleterre à sa place. En effet, le roi Édouard le Confesseur (1005-1066), fils de sa grand-tante, lui avait promis le trône en 1064....

  • DOMESDAY BOOK

    • Écrit par Roland MARX
    • 415 mots
    • 1 média

    Document cadastral du début de l'époque normande en Angleterre, le Domesday Book — ou simplement le Domesday — fut dressé par Guillaume le Conquérant. Devenu roi d'Angleterre après la défaite d'Harold à Hastings (1066), Guillaume voulut connaître, de façon précise, les biens et ressources...

  • EDGAR L'ATHELING (1057-1125)

    • Écrit par Universalis
    • 263 mots

    Prince anglo-saxon, comme l'indique le titre d'Atheling (attribué principalement à l'héritier présomptif), et petit-fils du roi anglais Edmond Côtes de Fer, Edgar ne put faire valoir ses droits à la couronne après la mort de Harold II (à la bataille d'Hastings en 1066), puisque...

  • Afficher les 12 références

Voir aussi