GUEVARA ERNESTO dit LE CHE (1928-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La figure de l'Argentin Ernesto Guevara est aujourd'hui l'objet d'un mythe puissant dont la fabrication commença au lendemain même de sa mort. L'écrivain guatemaltèque Miguel Angel Asturias déclare, en recevant le prix Nobel de littérature en octobre 1967, que « Che Guevara représente l'une de nos grandes figures romantiques », tandis que Jean-Paul Sartre célèbre quelques jours plus tard « l'homme le plus complet de notre époque ». Tout au long des années 1960 et 1970, le Che – ainsi surnommé du fait de l'usage récurrent qu'il faisait de cette interjection argentine – est à la fois une icône de la jeunesse contestataire occidentale et une idole dans le Tiers Monde, où l'on célèbre son activisme révolutionnaire, son anti-impérialisme, sa volonté radicale de changement social ou sa remise en cause du modèle soviétique. Au début du xxie siècle, son nom est encore convoqué lorsqu'il s'agit de dénoncer la politique des États-Unis en Irak ou la mondialisation néo-libérale ; mise en scène par le cinéaste brésilien Walter Salles en 2004 dans Carnets de voyage, sa traversée de l'Amérique latine à motocyclette attire des millions de spectateurs dans le monde entier ; immortalisée par le photographe cubain Alberto Korda, sa tête – coiffée d'un béret frappé d'une étoile – est devenue produit de consommation de masse et n'en finit pas d'orner affiches et tee-shirts partout sur la planète. Si Guevara apparaît ainsi comme l'une des légendes politiques les plus durables de la période contemporaine, sa postérité de révolutionnaire romantique n'en est pas moins porteuse de nombreux malentendus, en ce qu'elle occulte notamment l'autoritarisme et l'intransigeante rigueur du professionnel de l'insurrection qu'il fut.

Ernesto Guevara, dit Le Che

Photographie : Ernesto Guevara, dit Le Che

Le leader révolutionnaire argentin Ernesto Guevara, dit le Che (1928-1967). 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Né à Rosario (province de Santa Fe) le 14 juin 1928 dans une famille de la petite bourgeoisie argentine, Ernesto Guevara de la Serna suit une formation de médecin qu'il conclut avec succès en 1953, au retour d'un voyage de sept mois à travers l'Amérique latine (dont il témoigne dans Notas de viaje, diarios de motocicleta, 1993), qui est traditionnellement présenté comme le prélude de ses engagements futurs. Renonçant à la carrière qui s'offre à lui en Argentine, il gagne le Guatemala, où il assiste, en juin 1954, au renversement par les États-Unis du gouvernement réformiste de Jacobo Arbenz. Réfugié à Mexico, qui accueille de nombreux exilés politiques, Guevara rencontre des Cubains, dont les frères Castro qui préparent un nouveau soulèvement dans leur île après leur vaine tentative de 1953. En décembre 1956, il fait partie des quatre-vingt-deux insurgés qui débarquent dans le sud-est de Cuba, se réfugient dans la Sierra Maestra et participent à la chute du régime Batista en janvier 1959.

Les qualités de combattant et de stratège dont a fait preuve Guevara durant ces années de guérilla, sa bonne connaissance des théories économiques et sa familiarité avec la pensée marxiste lui confèrent un rôle primordial dans les premières années de la révolution cubaine. Sous le nouveau régime, le Che rencontre les leaders des Non-Alignés tels que Nasser, Nehru, Sukarno et Tito, auprès desquels il tente de trouver des soutiens diplomatiques. Soucieux d'exporter la révolution, il théorise l'expérience de la Sierra Maestra et appelle de ses vœux la création de multiples « foyers » révolutionnaires. Directeur du département industriel de l'Institut national de réforme agraire, directeur de la Banque centrale (1959-1961) puis ministre de l'Industrie (1961-1965), il promeut une voie cubaine de développement économique et social, censée accoucher d'un homme nouveau qui renoncerait à ses intérêts propres et serait tout entier voué à la révolution. Guevara doit toutefois composer avec les conséquences du blocus de l'île décidé par les États-Unis en 1960 et, notamment, le rapprochement avec l'U.R.S.S. que Castro conçoit comme l'unique mode de survie de la révolution. Après avoir dénoncé, en décembre 1964, à la tribune de l'O.N.U. toutes les formes d'impérialisme, Guevara quitte Cuba au printemps de 1965 sans que l'on puisse déterminer s'il rompt avec Castro ou s'il poursuit son dessein d'expansion de la révolution.

Le Che ne parvient toutefois pas à « créer deux, trois, de nombreux Vietnam » comme il l'avait prophétisé. Il échoue en 1965-1966 à implanter une guérilla dans l'ancien Congo belge qui lui paraissait une terre d'élection de la révolution. Il se replie temporairement à La Havane, d'où il forme le projet d'une guérilla en Bolivie – pays pauvre, majoritairement rural et indien, dont la topographie semble propice à une insurrection. Formée d'une cinquantaine d'hommes, son expédition, qu'il relate dans Diario del Che en Bolivia (1968), prend pied dans les Andes en novembre 1966, mais ne parvient pas à rallier à elle les paysans boliviens et s'épuise rapidement face au harcèlement de l'armée bolivienne épaulée par les États-Unis. Capturé le 8 octobre 1967 dans le village de La Higuera, le Che est exécuté le lendemain par un sous-officier de l'armée bolivienne. Trente ans plus tard, son corps est rapatrié à Cuba où il est enterré en grande pompe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine, université Sorbonne nouvelle, Institut des hautes études de l'Amérique latine

Classification

Autres références

«  GUEVARA ERNESTO dit LE CHE (1928-1967)  » est également traité dans :

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'emprise militaire »  : […] En novembre 1964, l'armée, encouragée et réorganisée grâce aux appuis techniques et aux subsides des États-Unis, généreusement dispensés à la suite de la révolution cubaine, revient au pouvoir par un coup d'État. Elle y reste pendant dix-huit années, qui sont marquées par une instabilité permanente puisque dix-sept présidents se succèdent durant cette période. La première junte militaire du génér […] Lire la suite

CASTRO FIDEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY
  •  • 2 546 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le leader révolutionnaire »  : […] En 1959, Castro affirme à Jules Dubois, journaliste au Chicago Tribune , qu'il n'est pas et n'a jamais été communiste. Mais le 16 avril 1961, il proclame le caractère socialiste de la révolution. Il se dit également marxiste-léniniste et assure qu'il l'a toujours été et le sera jusqu'à sa mort. Reconstruction a posteriori ou vérité cachée par tactique politique, les biographes sont en désaccord. I […] Lire la suite

CASTRO RAÚL (1931- )

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY
  •  • 1 428 mots
  •  • 2 médias

Raúl Modesto Castro Ruz, président de Cuba de 2008 à 2018, ne surgit sur la scène politique internationale qu'à partir du 31 juillet 2006, lorsqu'il succède à son frère Fidel, malade, comme chef de l'État par intérim. Numéro deux du régime depuis la révolution cubaine, ministre de la Défense depuis 1959, vice-président du Conseil des ministres et du Conseil d'État depuis 1962, et deuxième secré […] Lire la suite

KORDA ALBERTO (1928-2001)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 761 mots

Le photographe cubain Alberto Díaz Guttierez, dit Alberto Korda, est né le 14 septembre 1928 à La Havane. Malgré quatre années d'études, de 1946 à 1950, au Candler College et à la Havana Business Academy, Alberto Díaz Guttierez renonce à faire une carrière commerciale pour devenir l'assistant d'un photographe publicitaire de La Havane. En 1953, il ouvre son propre studio dans le quartier de Vedad […] Lire la suite

RÉVOLUTION CUBAINE (1959)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Le 2 janvier 1959, à Cuba, quelques heures après la fuite à l'étranger du général Batista qui tenait l'île depuis le milieu des années 1930, les troupes castristes, emmenées par Ernesto Guevara et Camilo Cienfuegos, entrent dans La Havane. Cette victoire militaire est l'aboutissement d'un processus insurrectionnel lancé par Fidel Castro en juillet 1953 avec l'attaque manquée contre la caserne Monc […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier COMPAGNON, « GUEVARA ERNESTO dit LE CHE (1928-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guevara-le-che/