GRECQUE GUERRE DE L'INDÉPENDANCE (1821-1830)

Issue de trois révoltes au sein de l'Empire ottoman d'Europe (celle des principautés danubiennes, celle d'Ali pacha de Ioannina et de celle du Péloponnèse et de Stéréa Hellade), la guerre de l'Indépendance grecque est encore un phénomène très controversé.

Différents facteurs y interviennent de façon déterminante : l'engouement de l'Occident pour la Grèce faisait partie des modes, comme celle de la Chine ou du Japon et plus tard celle de l'art nègre, qui précédaient les assauts expansionnistes des impérialismes européens. À cela s'ajoute l'implantation de l'idée de la « Renaissance grecque » dans certaines couches citadines grécophones de l'Empire ottoman, idée qui se lie à toute une série de tendances centrifuges, comme celles qui lièrent au catholicisme occidental les Arméniens, les Coptes et les Pauliciens de Bulgarie, comme encore celles qui lièrent les slavophones à la Russie. Le mythe de la Grèce ne fut, en fin de compte, qu'un ciment qui assemblait tant bien que mal des particularismes culturels, des intérêts économiques et des tendances politiques contradictoires. Conçue par des intellectuels anticléricaux, influencés par la Révolution française (le groupe de Rhigas Velestinlis), l'idée de la révolution grecque fut répandue par une société secrète composée de partisans modérés de la Révolution française et d'ecclésiastiques « modernistes » (Filiki Etéria), adversaires de l'Église orthodoxe officielle ; elle fut mise en œuvre par des éléments de la haute administration ottomane (phanariotes), favorables à l'idée russe de la création d'un nouvel Empire byzantin et d'un « front panorthodoxe » en Orient. Elle rallia : les gros propriétaires fonciers désireux de remplacer définitivement le système ottoman des fiefs militaires par celui de la pleine propriété foncière, privée et transmissible héréditairement ; des armateurs, anciens corsaires des îles de l'archipel, enrichis par le Blocus continental et désireux de se créer une base étatique à leur solde, qui leur procurerait facilités et exonérations fiscales ; des ligues tribalo-claniques locales, qui voulaient [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRECQUE GUERRE DE L'INDÉPENDANCE (1821-1830)  » est également traité dans :

INDÉPENDANCE DE LA GRÈCE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 214 mots

Signé le 3 février 1830, le protocole de Londres, qui décide la création d'un État grec indépendant sous la protection des puissances russe, britannique et française, et qui est entériné en 1832 par l' Empire ottoman vaincu, constitue une étape cruciale dans le lent avènement du principe des nationalités en Europe. Il en est en effet la première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/independance-de-la-grece/#i_3200

BATAILLES NAVALES (âge de la voile) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michèle BATTESTI
  •  • 1 046 mots

20 octobre 1827 Bataille de Navarin, dernière grande bataille de la marine à voile classique en bois et armée de canons à âme lisse. Elle est remportée par une escadre anglo-franco-russe sur les Turco-Égyptiens dans le cadre de la guerre d'indépendance de la Grèce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/batailles-navales-age-de-la-voile-reperes-chronologiques/#i_3200

BOTZARIS MARKOS (1789-1823)

  • Écrit par 
  • Spyros ASDRACHAS
  •  • 416 mots

Combattant de la révolution nationale grecque de 1821, un des personnages les plus exaltés par le philhellénisme, Markos Botzaris est né à Souli d'Épire, communauté guerrière d'origine albanaise et de religion orthodoxe. Il appartenait à un des clans les plus influents de sa patrie, les Botzaris, dont de nombreux membres figurent parmi les primats […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/markos-botzaris/#i_3200

CAPO D'ISTRIA JEAN comte de (1776-1831)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 532 mots

Homme d'État grec qui joua un grand rôle dans la diplomatie russe sous le règne d'Alexandre Ier et dans la lutte de la Grèce pour son indépendance. Peu après que la Russie et la Turquie eurent chassé les Français des îles Ioniennes et eurent regroupé celles-ci dans la république des îles Ioniennes ou Heptanèse (1799), Capo d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-capo-d-istria/#i_3200

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 394 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Montée du nationalisme bourgeois (1669-1821) »  : […] en régression par rapport au système du millet ottoman. On le vit bien en 1821 lorsque les deux forces sociales grecques, momentanément réunies – c'est-à-dire la bourgeoisie et la fraction de la classe phanariote liée au tsarisme – partirent à l'assaut du pouvoir ottoman, en déclenchant la révolution en Roumanie ; l'échec survint du fait que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-de-la-grece-byzantine-a-la-grece-contemporaine/#i_3200

MOUVEMENT DES NATIONALITÉS DANS L'EUROPE BALKANIQUE ET DANUBIENNE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 486 mots

1774 Le traité de Kutchuk-Kaïnardji, qui met fin à la guerre russo-turque (1768-1774), donne aux Russes un droit de protection sur les chrétiens des Balkans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-des-nationalites-dans-l-europe-balkanique-et-danubienne-reperes-chronologiques/#i_3200

NAVARIN BATAILLE DE (20 oct. 1827)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 226 mots

Cette bataille navale décisive de la guerre d'indépendance livrée par la Grèce contre la Turquie se déroula dans la baie de Navarin, au sud-ouest du Péloponnèse, et opposa une flotte égypto-turque, commandée par Tahir Pasha, à une flotte composée de navires français, britanniques et russes, commandée par l'amiral Edward […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-navarin/#i_3200

ORIENT QUESTION D'

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 6 472 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les révoltes dans les Balkans (1815-1821) »  : […] Les Grecs n'ont toutefois pas renoncé à leur lutte : le 25 mars 1821, l'archevêque de Patras, Germanos, proclame la guerre de libération nationale, qui se traduit immédiatement par des massacres de Turcs en Morée, suivis de massacres de Grecs à Constantinople. Le 12 janvier 1822, à Épidaure, l'assemblée des députés grecs proclame l'indépendance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-d-orient/#i_3200

Pour citer l’article

Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU, « GRECQUE GUERRE DE L'INDÉPENDANCE - (1821-1830) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-l-independance-grecque/