PÉLITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme « pélite » (du grec pelos, boue) désigne traditionnellement une grande variété de roches sédimentaires formées d'éléments fins. Certains auteurs, cependant, le réservent aux sédiments meubles (poudres ou argiles, limons ou silts) constitués par ces éléments ; d'autres appellent au contraire pélites les seules roches issues de la consolidation de ces sédiments, comme on le fera dans cet article, et préfèrent désigner l'ensemble des roches à grains fins (diamètre inférieur à 50 μm), consolidées ou non, du nom de « lutites » (lutum, boue).

La présence éventuelle de micro-organismes ou de débris végétaux ou animaux peut conférer aux pélites un grand intérêt stratigraphique. On rencontre ces roches dans de nombreux niveaux de la série géologique, où elles représentent généralement d'anciennes boues ayant évolué en milieu lacustre ou marin. Bien souvent, les pélites entrent dans la constitution d'ensembles sédimentaires, soit sous forme de ciment comme dans les molasses ou dans les tillites, soit en tant que composant d'une séquence comme dans les flyschs. À ce dernier titre, elles jouent un rôle important dans la morphologie des régions montagneuses.

Terminologie

De même que l'opinion des auteurs diverge sur l'attribution du mot « pélite » à des lutites consolidées ou non, de même il existe des nuances concernant la limite granulométrique supérieure à leur attribuer (50 ou 64 μm). On appelle « microgrès » les roches intermédiaires entre les pélites et les grès. Le terme « pélite » a, par ailleurs, divers synonymes. C'est ainsi que l'on appelle parfois les roches fines consolidées des « aleurolites », les roches meubles correspondantes étant nommées des « aleurites » (aleuros, poussière). Les auteurs anglo-saxons introduisent une distinction en appelant « silt-stones » les pélites à grains de la classe des silts (diamètre compris entre 50 et 2 μm) et « claystones » ou « mudstones » celles à grains de la classe des poudres (< 2 μm), pour lesquelles les auteurs français emploient aussi le m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  PÉLITES  » est également traité dans :

GRANULOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Fernand VERGER
  •  • 2 948 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Classifications granulométriques »  : […] De très nombreuses classifications granulométriques ont été proposées, notamment par A. Atterberg, F. Rinne, J. Bourcart. Les limites entre les catégories distinguées correspondent en général à des changements des propriétés mécaniques et physiques des grains. La plupart des auteurs admettent la limite de 2 mm, et celles de 1 μm, 2 μm, 20 μm, 40 μm, 50 μm, 200 μm, 2 cm, 20 cm, 100 cm apparaissent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granulometrie/#i_39425

MARNES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 988 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractères et typologie »  : […] Les marnes sont intermédiaires entre les calcaires et les argiles, et le terme « marne » ne désigne pas une espèce pétrographique bien définie. On passe ainsi des calcaires marneux, qui ne contiennent que 5 à 35 p. 100 d'argile, aux marnes argileuses (de 65 à 95 p. 100 d'argile) par l'intermédiaire des marnes sensu stricto (de 35 à 65 p. 100). Comme les argiles, les marnes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marnes/#i_39425

PLOMB

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 741 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les gisements sans relation directe avec le volcanisme dans un environnement sédimentaire chimico-pélitique fin »  : […] Il s'agit de ce type de gisements que l'on nomme couramment dans la littérature géologique actuelle « sédimentaire-exhalatif » (ou sedex ). Cette dénomination a l'inconvénient de présumer de la genèse du gisement, et les hypothèses génétiques changent vite. On y a fait entrer des minéralisations très diverses : amas lenticulaires de plomb-zinc dans les calcaires dolomitiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plomb/#i_39425

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles POMEROL, « PÉLITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelites/