PECK GREGORY (1916-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand, très beau, doté d'une voix grave et chaude, ainsi que d'un fort charisme, Gregory Peck a incarné dans les années 1940 et 1950 un type possible d'Américain idéal. Au charme, il ajoutait en effet des vertus morales : droiture, intégrité, courage. Les personnages qu'il interprétait se montraient toujours, à quelques exceptions près, équilibrés et compréhensifs. Il émanait d'eux un sentiment de sérieux qui donnait confiance – à preuve le grand nombre d'hommes de loi et d'église, d'officiers supérieurs et de scientifiques que comporte sa filmographie. Toujours calmes et réservés, ne cédant pas à la colère ni à la panique, ils se révélaient déterminés, voire obstinés, quitte à se tromper, tels l'avocat du Procès Paradine d'Alfred Hitchcock (1948), ou le rancher vengeur de Bravados de Henry King (1958).

Comme l'acteur était limité dans son expression, ce dont il était conscient, qu'il manquait singulièrement de complexité et d'humour dans son jeu, il conférait à ses personnages une certaine raideur. Parce que la démesure n'était pas son fort, il échoua à traduire la névrose compulsive du joueur de Passion fatale, de Robert Siodmak (1949), ou la folie obsessionnelle d'Achab dans Moby Dick de John Huston (1956). Il n'en a pas moins donné quelques belles interprétations. Citons notamment l'amnésique inquiet et inquiétant de La Maison du docteur Edwardes d'Alfred Hitchcock (1945), le fermier chaleureux de Jody et le faon de Clarence Brown (1946), le général d'aviation contraint d'envoyer ses hommes à la mort de L'Homme de fer de Henry King (1949), le tueur fatigué de La Cible humaine, de Henry King (1952), le modeste avocat progressiste de Du silence et des ombres, de Robert Mulligan (1962), qui lui vaut un oscar, ou encore le shérif quinquagénaire amoureux d'une jeune fille dans Le Pays de la violence, de John Frankenheimer (1971).

Du silence et des ombres, de Robert Mulligan

Photographie : Du silence et des ombres, de Robert Mulligan

Gregory Peck dans To Kill a Mockingbird (Du silence et des ombres, 1962), de Robert Mulligan. 

Crédits : Universal Pictures Company, Inc./ Collection privée

Afficher

Né le 5 avril 1916 à La Jola, en Californie, d'un père pharmacien d'origine irlandaise, Eldred Gregory Peck fait ses études au lycée de San Diego, puis à l'Académie militaire Saint John à Los Angeles, à l'université d'Ètat de San Diego et enfin à l'université de Californie à Berkeley, où il commence à jouer dans des productions universitaires. À la fin des années 1930, il se rend à New York. Là, il travaille comme aboyeur à l'Exposition universelle de 1939, avant d'être accepté à la Neighborhood Playhouse où il suit, pendant deux ans, des cours d'art dramatique sous la direction de Sanford Meisner. En 1940, il fait ses débuts professionnels sur scène en Virginie, puis à New York. Il se produit ensuite, en 1941, en tournée, puis, en 1942, de nouveau à New York, à Broadway cette fois.

Remarqué par David O. Selznick, Gregory Peck est contacté pour faire du cinéma, mais refuse les propositions. À la demande du scénariste Casey Robinson, il finit par accepter de tenir, face à Tamara Toumanova, le principal rôle masculin – celui d'un partisan russe – dans Days of Glory de Jacques Tourneur (1943). Consécutivement, la plupart des sociétés de production californiennes tentent de se l'attacher sous contrat. Cependant, il refuse de se lier avec quelque studio que ce soit. Des films tels que La Vallée du jugement de Tay Garnett (1944) et La Maison du docteur Edwardes, où il est respectivement le partenaire de Greer Garson et d'Ingrid Bergman, qui sont de très grandes vedettes, renforcent son statut, de même que les citations pour l'oscar en 1945, 1946, 1947 et 1949. Gregory Peck devient en peu de temps l'un des acteurs les mieux payés et, surtout, le seul, quasiment, à pouvoir choisir les films dont il sera l'interprète. Ces choix ne sont cependant pas toujours heureux, puisqu'il lui arrive d'opter pour un film qui n'aura en fin de compte aucun succès ou se révélera raté, ou pour un rôle qui ne lui convient pas, même s'il prend parfois le risque de casser son image, ainsi lorsqu'il interprète le rôle du docteur Mengele dans Ces garçons qui venaient du Brésil, de Franklin Schaffner (1978). Son statut de « star » n'en demeure pas moins inébranlable, même [...]

Gregory Peck

Photographie : Gregory Peck

Gregory Peck en compagnie de Sophia Loren, lors du tournage de Arabesque, de Stanley Donen. 

Crédits : Worger/ Hulton Archive

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Du silence et des ombres, de Robert Mulligan

Du silence et des ombres, de Robert Mulligan
Crédits : Universal Pictures Company, Inc./ Collection privée

photographie

Gregory Peck

Gregory Peck
Crédits : Worger/ Hulton Archive

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  PECK GREGORY (1916-2003)  » est également traité dans :

WALSH RAOUL (1887-1980)

  • Écrit par 
  • Christophe MERCIER
  •  • 2 233 mots

Dans le chapitre « « Le monde lui appartient » »  : […] Ce qui fait le lien entre tous les films de Walsh, c'est son goût pour un certain type de personnages aventureux, pour des hommes qui partent à la conquête du monde. Tous ses héros sont des gagneurs, qu'il s'agisse de Jim Corbett ( Errol Flynn), qui devient champion du monde de boxe ( Gentleman Jim ), du fondateur d'un ranch, dans Silver River (Errol Flynn), du capitaine Jonathan Clark ( The Worl […] Lire la suite

Les derniers événements

7-20 février 1987 U.R.S.S. Amnistie pour des dissidents et réunion du Forum international pour un monde sans armes nucléaires

Réussissant un incontestable succès médiatique en direction des pays occidentaux, les autorités soviétiques réunissent, autour de six « tables rondes », des scientifiques, des artistes (Gregory Peck, Claudia Cardinale, Peter Ustinov, Yoko Ono), des écrivains (Norman Mailer, Graham Greene), des hommes d'affaires, des médecins. Prenant la parole le 14, Andreï Sakharov se prononce en faveur de l'« ouverture et de la démocratie » en U. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GAREL, « PECK GREGORY - (1916-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gregory-peck/