PIE VII, GREGORIO BARNABA CHIARAMONTI (1740-1823) pape (1800-1823)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bénédictin à l'âge de seize ans, abbé du monastère Saint-Calliste à Rome en 1775, évêque de Tivoli en 1782, puis d'Imola en 1785, Gregorio Chiaramonti fut nommé cardinal la même année et élu pape à Venise en 1800. Le pontificat de Pie VII fut dominé par son conflit avec Napoléon Ier. Négocié entre le Premier consul et le cardinal Consalvi, le concordat de 1801 restaurait la religion catholique en France ; mais l'addition à celui-ci, au moment de sa publication, d'un recueil d'Articles organiques, secrètement rédigés par Bonaparte et s'inspirant de tendances nettement gallicanes, raviva immédiatement le litige. Pie VII en subit le contrecoup aussi bien en Allemagne, où de nombreuses églises furent sécularisées, qu'en Italie, où un concordat avec la République fut signé en 1803. Ayant consenti à venir sacrer Napoléon empereur à Paris en 1804, le pape n'obtint pas pour autant les concessions qu'il souhaitait.

Le conflit, qui va sans cesse s'aggraver dès lors, joue sur deux plans qu'on doit distinguer. Le premier, le plus connu, le plus extérieur, porte sur les États pontificaux. Souverain temporel, le pape se refuse à s'aligner sur la politique napoléonienne, et l'empereur en tire brutalement les conséquences : occupation d'Ancône (1805), de Civitavecchia (1806), des Marches bientôt annexées (1807), de Rome enfin (1808).

Le second plan n'est pas moins important. Le concordat n'a jamais été qu'un moindre mal pour Pie VII ; il se refuse à l'étendre aux provinces nouvellement conquises (Vénétie) et à négocier un concordat analogue pour la Confédération du Rhin. Et surtout, il a une hantise : empêcher l'application à l'Italie du Code civil, qui implique la création d'un état civil, le divorce, la reconnaissance de la liberté de conscience, toutes choses abominables, inacceptables sauf pour une France déchristianisée. C'est dans cette perspective que se situent les réactions pontificales : elles se produisent toujours quand l'Empire français semble en difficu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PIE VII, GREGORIO BARNABA CHIARAMONTI (1740-1823) pape (1800-1823)  » est également traité dans :

CONCORDAT DE 1801

  • Écrit par 
  • Jean LEFLON
  •  • 4 340 mots

Il faut se replacer dans l'atmosphère du temps pour mesurer ce que comportait de nouveau le concordat conclu par Pie VII avec Bonaparte. Par la reconnaissance du gouvernement consulaire, ce traité rompait l'alliance séculaire de l'Église et de la monarchie légitime : Bonaparte, élu par le peuple, se trouvait légitimé, et, par là, étaient consacrés les principes de 1789 sur l'origine de l'autorité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concordat-de-1801/#i_22768

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les réveils nationaux »  : […] Napoléon avait abandonné, le 5 décembre, le commandement de l'armée pour regagner la France où, il venait de l'apprendre, le général Malet avait tenté de s'emparer du pouvoir en faisant croire aux autorités que l'empereur était mort devant Moscou. Mal comprise, cette affaire est inséparable de la crise économique qui secoue alors la France et du malaise religieux. Des spéculations malheureuses né […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/#i_22768

ÉTATS DU PAPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 672 mots

755-756 À l'appel du pape Étienne II, menacé par les Lombards, l'armée franque de Pépin descend en Italie. Les territoires conquis sur les Lombards, autour de Ravenne et de Rome, sont donnés au pape, sous le nom de « Patrimoine de Saint-Pierre ». 846 Les basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul-Hors-les-Murs de Rome sont pillées par les Sarrasins. En réponse, le pape Léon IV fortifie le quartier du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-du-pape-reperes-chronologiques/#i_22768

FESCH JOSEPH (1763-1830)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 276 mots

Fils d'un militaire suisse venu chercher fortune en Corse, demi-frère de Madame Mère, Fesch n'a que six ans de plus que son neveu Napoléon. Au début de la Révolution, il est déjà archidiacre et prévôt du chapitre d'Ajaccio ; les événements sans doute offrent à sa foi la matière d'une révélation inattendue, car il renonce à la prêtrise, entre sans tarder dans l'administration de la Guerre et se ret […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-fesch/#i_22768

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La fondation de l'Empire »  : […] Dans l'espoir de consolider sa nouvelle position, Fouché suggéra à Bonaparte que le meilleur moyen de décourager de nouveaux complots contre sa personne était de transformer le consulat à vie en empire héréditaire. En effet, la présence d'un héritier ôterait tout espoir de changer le régime par un assassinat. Bonaparte accepta volontiers la proposition et, le 28 mai 1804, l'Empire était proclamé. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_22768

Pour citer l’article

André DUVAL, « PIE VII, GREGORIO BARNABA CHIARAMONTI (1740-1823) - pape (1800-1823) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregorio-barnaba-pie-vii/