BROWN GORDON (1951- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

le 20 février 1951 à Glasgow, James Gordon Brown a été le Premier ministre du Royaume-Uni du 28 juin 2007 au 11 mai 2010. Il a succédé à Tony Blair, dont il fut l'inamovible chancelier de l'Échiquier. Cette fonction a couronné une brillante carrière au sein du Parti travailliste, en dépit d'un certain nombre d'obstacles et de rivalités politiques.

Cadet d'une famille de trois enfants, fils d'un pasteur de l'Église presbytérienne, le jeune Gordon a eu très tôt le goût du sport (le football, le rugby, où il perd l'usage d'un œil en 1967) et surtout des études. Surdoué, il brûle les étapes : étudiant en histoire à Édimbourg à l'âge de seize ans, il est « recteur » des étudiants de l'université de 1972 à 1975 et obtient son doctorat en 1982 sur l'histoire du Labour écossais dans les années 1920. Maître de conférences dans cette même université puis professeur à Glasgow, il travaille ensuite pour Scottish T.V. jusqu'à son élection en 1983 à la Chambre des communes.

Son engagement politique date de ses années étudiantes et repose sur une conscience aiguë de la pauvreté et des inégalités, ce qu'il synthétise dans le livre Scotland, The Real Divide : Poverty and Deprivation in Scotland, écrit en 1983 avec Robin Cook, futur titulaire du Foreign Office (1997-2001) dans le gouvernement travailliste. En pleine période thatchérienne, il se lie d'amitié avec un autre jeune parlementaire, Tony Blair : on les appelle alors « les frères jumeaux », tant ils paraissent inséparables. Gordon Brown devient l'un des artisans de la rénovation du Labour, sous la direction de Neil Kinnock, puis de John Smith. Converti au libéralisme social de la « troisième voie », il opère un recentrage du parti et un dépoussiérage idéologique : il réactualise des thèmes abandonnés aux conservateurs, comme l'insécurité, l'identité nationale, l'immigration, la mondialisation. Il fait ses classes au sein du « cabinet fantôme » comme secrétaire d'État (au Trésor, au Commerce et à l'Industrie), puis comme chancelier de l'Échiquier (en 1992), où il rassure, par son pragmatisme, les milieux économiques et financiers. À la mort brutale de John Smith en 1994, il apparaît comme un leader naturel. On a beaucoup glosé sur un hypothétique accord (dit de Granita, du nom d'un restaurant londonien) passé avec son ami Tony Blair sur le partage des rôles dans la conquête du pouvoir. Quoi qu'il en soit, la victoire électorale de 1997 doit beaucoup à ce travailleur infatigable, bon connaisseur des dossiers, qui va se révéler un rouage indispensable de la politique travailliste des « années Blair ».

Ce qui frappe en effet chez Gordon Brown, ce sont ses capacités de travail hors du commun : son exceptionnelle longévité au poste de chancelier de l'Échiquier constitue aussi la preuve qu'il a su se rendre indispensable. En dix années de ministère, il a non seulement imposé un style, mais une vision globale de l'économie, où l'État se veut à la fois l'arbitre impartial des relations sociales et le moteur d'un libéralisme régulé. Son bilan apparaît impressionnant avec un chômage au plus bas, une inflation maîtrisée, une dette publique apurée et une croissance soutenue. Pour les milieux d'affaires, les années Brown constituent une période de prospérité sans précédent depuis 1945, qui permet notamment à la City de s'imposer comme la première place financière d'Europe. Attaché à la livre sterling et refusant d'adopter l'euro, le chancelier qui a rendu l'indépendance à la Banque d'Angleterre promeut une culture du résultat, qui vise à l'efficacité et au contrôle étroit des dépenses publiques. Le « miracle anglais » a son revers : développement de bulles spéculatives (notamment dans l'immobilier), coût de la vie exorbitant dans les régions les plus dynamiques, inégalités sociales et régionales en net accroissement, services publics en déshérence malgré l'argent injecté depuis 2002, disparition de pans entiers de l'industrie nationale.

La synergie Brown-Blair fonctionne admirablement de 1997 à 2001, mais se heurte aux ambitions de pouvoir du premier et à la volonté du second de ne pas abandonner la place. Si Gordon Brown ne devient pas Premier m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur en histoire, professeur de chaire supérieure au lycée Louis-le-Grand, Paris

Classification

Autres références

«  BROWN GORDON (1951- )  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Un pouvoir fragilisé par le désastre irakien  »  : […] La période 2001-2007 est toutefois marquée par nombre de crises intérieures et par la prééminence des enjeux internationaux. Face à la fronde de la gauche travailliste qui dénonce les insuffisances de la politique sociale et la paupérisation de l' underclass (notamment issue de l'immigration), face aux impatiences de son successeur annoncé Gordon Brown, face aux progrès des libéraux-démocrates, T […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Économie

  • Écrit par 
  • Emmanuel HACHE
  •  • 7 982 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un nouveau cadre de politique monétaire et budgétaire »  : […] Le gouvernement Blair poursuit l'effort de transparence de la politique économique en clarifiant les objectifs de moyen terme, notamment en termes d'inflation et de gestion des finances publiques. En mai 1997, Gordon Brown, alors ministre des Finances, donne son indépendance à la Banque d'Angleterre. Cette mesure améliore la crédibilité de la politique monétaire, notamment dans sa gestion de l'in […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bertrand LEMONNIER, « BROWN GORDON (1951- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gordon-brown/