Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SMITH JOHN (1938-1994)

La disparition subite du leader du Parti travailliste britannique, le 12 mai 1994, a été un choc d'autant plus rude que cet homme de cinquante-six ans paraissait déjà à nombre d'observateurs, aiguillonnés par les sondages d'opinion, comme le successeur le plus probable du Premier ministre conservateur John Major, celui qui mettrait fin à la longue traversée du désert que connaît son parti depuis 1979. Il avait remplacé Neil Kinnock en juillet 1992, au lendemain des malheureuses élections générales d'avril. Cette désignation fut le fait d'un collège électoral où les syndicats lui apportèrent l'essentiel de leurs 40 p. 100 de mandats et le groupe parlementaire 91 p. 100 des siens ; elle fut celle d'un Écossais connu pour sa modération et son orthodoxie financière, et avait alors clairement signifié la volonté des travaillistes de continuer de soutenir le programme de “recentrage” du parti et son réformisme social-démocrate, selon les orientations choisies après 1983.

Avocat — profession qui n'avait plus été représentée à la tête du parti depuis 1955 —, il était venu au travaillisme, comme beaucoup de ses compatriotes écossais avant lui, par le christianisme social, et l'avait rejoint dès l'âge de seize ans. Ayant fréquenté un lycée, puis l'université de Glasgow, il n'avait aucune attache avec les prestigieux établissements scolaires et universitaires qui ont longtemps formé l'élite britannique. Élu de la circonscription de Monklands-Est, dans le Grand Glasgow, la dernière fois en 1992 avec 61 p. 100 des suffrages, il avait commencé sa carrière gouvernementale en 1974 par des postes de sous-secrétaire d'État et l'avait poursuivie sous la direction de James Callaghan, en 1978, comme ministre du Commerce avec rang dans le cabinet. En 1988, il accède, dans le cabinet fantôme travailliste, aux Affaires financières et économiques et devient donc le chancelier de l'Échiquier désigné en cas de victoire électorale. Sa compétence reconnue, il fait preuve d'autorité et n'hésite pas, en 1990, à recommander l'adhésion de son pays au système monétaire européen. Peut-être trop confiant en la victoire que la chute de Margaret Thatcher et la faiblesse de la politique conservatrice donnent à espérer, il se laisse aller, en mars 1992, à un dangereux simulacre : pour la première fois dans l'histoire du pays, il présente un budget travailliste alors que le parti se trouve dans l'opposition, et le fait en usant des mêmes symboles que le véritable chancelier de l'Échiquier, du costume rayé au porte-documents ; il y fixe les principes d'une redistribution des revenus par l'aggravation du fardeau fiscal des plus aisés, l'augmentation des allocations familiales et des retraites, et précise par ailleurs des mesures de relance économique, incitations à l'investissement, aides aux petites et moyennes entreprises, mesures en faveur du bâtiment. Il expose ainsi son parti à des attaques virulentes et, dans les classes moyennes, excite la crainte d'une fiscalité excessive et d'une croissance des prélèvements obligatoires. En ce sens, on lui a parfois attribué, dans son propre parti, une responsabilité dans la défaite de 1992.

On s'expliquera dès lors son arrivée à la tête du Labour Party par ses liens étroits avec le leader sortant, Neil Kinnock, par la force des convictions socialistes que ce membre de l'une des plus puissantes formations syndicales britanniques, la G.M.B. (General, Municipal Boilermakers and Allied Trades Union), rend attrayantes, par un message pourtant réaliste, modernisateur, orienté vers la promotion des femmes (il en nommera cinq dans son cabinet fantôme), par sa ferme volonté aussi de réduire le rôle des syndicats dans la vie même du parti.

En moins de deux années, John Smith[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • TRAVAILLISME

    • Écrit par Monica CHARLOT
    • 4 629 mots
    • 1 média
    Le parti élit alors un nouveau leader, John Smith, qui semble décidé à faire aboutir la réforme entamée par son prédécesseur. Au congrès de 1993, il fait adopter la proposition de réduction des mandats syndicaux de 90 p. 100 des voix du congrès à 70 p. 100 et remplace le vote bloqué syndical par un...

Voir aussi