GASCOGNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La principale originalité de la Gascogne est, peut-être, la difficulté qu'il y a à la définir. Son nom, Vasconia, attesté pour la première fois en 602, lui vient des Vascons, originaires des montagnes cantabriques, qui l'envahirent à la fin du vie siècle. Pourtant, avant même cet événement, le pays entre Garonne et Pyrénées avait bien un particularisme ethnique, puisque l'ordre romain l'avait reconnu en détachant de l'Aquitaine la province de Novempopulanie.

Nouvelle-Aquitaine : carte physique

Carte : Nouvelle-Aquitaine : carte physique

Carte physique de la région Nouvelle-Aquitaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Les onze cités gallo-romaines d'Eauze, Bazas, Dax, Lectoure, Convenae (Saint-Bertrand-de-Comminges), Consoranni (Saint-Lizier), Bearnenses (Lescar), Aire, Oloron, Auch et Tarbes, devenues sièges épiscopaux, ont donc formé le premier cadre de ce pays : l'apport gascon se surajoutant à un solide peuplement indigène y a créé les conditions initiales d'une histoire longtemps en marge et d'une forte originalité linguistique. Cette province ecclésiastique d'Auch a traversé l'histoire jusqu'à la Révolution, comme entité gasconne indiscutable.

Les vicissitudes politiques ont, en revanche, souvent brouillé les cartes. Le duché de Gascogne des ixe et xe siècle s'engloba, outre les cités occidentales de la Novempopulanie, Agen et surtout Bordeaux, qui avait auparavant servi de marche défensive contre les Gascons eux-mêmes. Puis cet héritage fut uni au milieu du xie siècle au duché d'Aquitaine et, avec bien des variations territoriales, fit partie de l'État anglo-gascon de 1154 à 1453. L'administration gasconne des rois d'Angleterre s'est souvent réduite au Bordelais, au Bazadais, à une partie des Landes et à l'arrière-pays de Bayonne.

La Gascogne orientale est tombée durant ce même temps dans l'orbite politique du comté de Toulouse, et la partie centrale et méridionale s'est morcelée en petites principautés territoriales plus ou moins cohérentes et souvent rivales : vicomté de Béarn, comté d'Armagnac, comté d'Astarac, comté de Bigorre, comté de Comminges, le premier réussissant du xive au début du xviiie siècle à acquérir une exceptionnelle situation d'indépendance.

Au cours des deux derniers siècles de l'Ancien Régime, la Gascogne fut de même écartelée entre plusieurs généralités : Bordeaux, avec l'Agenais et le Bazadais ; Pau-Bayonne avec les Landes et le Béarn ; Auch et, pour partie, Montauban. Finalement, les départements et les régions actuelles ont sanctionné la partition de la Gascogne entre Bordeaux et Toulouse et la non-concordance des limites administratives avec le fait linguistique : si le Gers, les Landes, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques sont des départements gascons, la Gironde, le Lot-et-Garonne, le Tarn-et-Garonne, la Haute-Garonne et l'Ariège ne le sont que pour partie.

En fait, la Gascogne se définit aujourd'hui essentiellement comme un domaine linguistique. Le triangle entre Océan, Garonne et Pyrénées, l'enclave basque exceptée, a une langue commune, distincte du languedocien à l'est, du périgourdin au nord et du saintongeais. À vrai dire, sa limite nord a reculé depuis la recolonisation des xve-xvie siècles, et elle se subdivise elle-même en plusieurs dialectes, dont le béarnais est le principal. Cette langue d'oc a été capable de se fixer depuis le xvie siècle dans une littérature dont l'Agenais Jasmin a été un des grands représentants au xixe siècle. Avec la langue, la Gascogne se définit par le tempérament de ses habitants : fierté, jactance, bravoure, qui ont produit dans l'histoire des lignées de capitaines ; esprit vif, sceptique, sens des réalités, qui ont aussi donné pas mal d'hommes politiques.

Dans le peuplement et l'économie de la France, la Gascogne est toujours restée un pays de faible densité humaine et d'activité rurale. Les immenses étendues des Landes, les collines gersoises, les terrasses et plateaux boisés n'avaient avant le xiiie siècle qu'un habitat très clairsemé. La politique des officiers royaux de France et d'Angleterre, de seigneurs locaux et d'abbayes y a créé, du xiie au xive siècle, un grand [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Bordeaux

Classification

Autres références

«  GASCOGNE  » est également traité dans :

AQUITAINE

  • Écrit par 
  • Jean DUMAS, 
  • Charles HIGOUNET
  •  • 7 520 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Variations territoriales et politiques »  : […] Avant la conquête romaine (56 av. J.-C.), les peuples « aquitains » occupaient l'espace compris entre la Garonne et les Pyrénées. C'est l'administration impériale sous Auguste, puis au iii e  siècle, qui fit passer à l'ancienne Celtique – qui couvrait le vaste ensemble de pays entre Loire, Garonne et bordure orientale du Massif central – la dénomination d'Aquitaine ; ainsi fut constituée une provi […] Lire la suite

ARMAGNAC

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 473 mots

Grand fief de Gascogne, l'Armagnac correspond approximativement à l'actuel département du Gers. Issu du démembrement du diocèse d'Eauze-Auch, il fut érigé en comté vers 960. L'acquisition du comté de Fezensac avec Auch, vers 1140, l'agrandit considérablement. Lorsque les rois d'Angleterre et de France contrôlèrent respectivement le duché d'Aquitaine et le comté de Toulouse ( xiii e -XV e s.), la […] Lire la suite

AUCH

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 468 mots
  •  • 2 médias

La préfecture du Gers, Auch, compte 23 226 habitants (recensement de 2012) et forme, avec deux petites communes voisines, une agglomération de 25 213 habitants. Ce pôle urbain rayonne sur trente-six communes où réside une partie de sa population active. L'ensemble forme une aire urbaine de 41 523 habitants. Dans la structure urbaine s'opposent nettement la ville ancienne, construite sur un site d' […] Lire la suite

BÉARN

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 655 mots
  •  • 1 média

Province du sud-ouest de la France qui a formé plus de la moitié est du département des Pyrénées-Atlantiques (chef-lieu, Pau). La vicomté de Béarn, créée au ix e  siècle, fut l'un de ces États pyrénéens qui associaient la montagne pastorale à un piémont agricole. Cinq dynasties se succédèrent à sa tête : les Centulle (jusqu'en 1134), les Gabarret (1134-1173), les Moncade (1173-1290), les comtes de […] Lire la suite

BIGORRE COMTÉ DE

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 226 mots

Ancienne province de dialecte gascon qui a formé la majeure partie du département des Hautes-Pyrénées (chef-lieu : Tarbes). Peuplé par les Gaulois Bigerriones, il s'étendait à la fois dans la montagne et sur le piémont. Son premier comte connu apparaît vers 945. Dès 1097, précocité remarquable, le comte Bernard II octroya à la haute Bigorre une charte de coutumes ou for , et plusieurs villes obtin […] Lire la suite

GUYENNE

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 284 mots

Altération du mot Aquitaine qu'elle a remplacé au xiii e siècle. Le traité de Paris de 1259 désigna ainsi tout le territoire qui, au sud-ouest de la France, était tenu en fief par les Plantagenêt. Ce duché de Guyenne, successeur lointain de l'antique Aquitaine seconde, avait pour cœur la région bordelaise et, au sud, longeait l'océan jusqu'à la Navarre (approximativement les départements actuels […] Lire la suite

Les derniers événements

7-10 mars 1984 France – Espagne. Conflit de la pêche et tension franco-espagnole

Le 7, deux chalutiers espagnols, qui pêchaient illégalement dans la zone économique française du golfe de Gascogne, sont arraisonnés par des bâtiments de la marine nationale qui, après plusieurs sommations et coups de semonce, tirent sur eux au canon, blessant neuf marins dont deux grièvement. Ces chalutiers n'en étaient pas à leur première infraction, malgré les accords de pêche signés par Madrid avec la Communauté européenne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles HIGOUNET, « GASCOGNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gascogne/