PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution du style de la musique d'église

Il est préférable de parler d'évolution plutôt que de révolution à propos des changements survenus dans la musique sacrée au temps de Palestrina. On a certes surestimé l'importance du concile de Trente (1545-1563) à ce propos. En fait, l'autorité ecclésiastique s'était émue de certains abus : l'usage de chansons profanes comme cantus firmus, l'abondance des éléments purement décoratifs et l'étalage de science gratuite de la part de musiciens plus soucieux de briller que de servir Dieu. À cet égard, le concile confirma les recommandations du pape Marcel aux chanteurs de la Sixtine. Après la clôture du concile, des commissions spécialisées eurent la charge de veiller à l'application des décrets. Les cardinaux Charles Borromée et Vitelli notamment supervisèrent l'administration de la chapelle pontificale et invitèrent les chanteurs à exécuter devant eux des messes conformes au nouvel idéal. Palestrina ayant été le premier à appliquer les consignes, son style devint le style officiel de l'Église romaine.

En 1577, le pape Grégoire XIII chargea Palestrina et Annibale Zoilo de réviser le chant liturgique grégorien, afin que les missels et bréviaires soient purgés de tous « barbarismes, obscurités, contradictions et superfluités ». Trop habitués à utiliser les mélodies grégoriennes comme matière première de leurs constructions polyphoniques, les deux musiciens se laissèrent entraîner par leur zèle au point d'élaguer outre mesure les antiques cantilènes. Certains spécialistes s'en émurent et un mémoire de protestation fut remis au pape, appuyé par le roi d'Espagne Philippe II. Palestrina abandonna sagement cette entreprise hasardeuse pour revenir à la composition.

La véritable importance de Palestrina ressort de l'étude de son œuvre et, plus particulièrement, de ses messes polyphoniques, forme qu'il a traitée plus de cent fois.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA (1525 env.-1594)  » est également traité dans :

PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 383 mots
  •  • 6 médias

Entre le 3 février 1525 et le 2 février 1526 Naissance de Giovani Pierluigi, probablement à Palestrina, petite bourgade située non loin de Rome.Octobre 1537 Un document mentionne son nom parmi les chanteurs de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome.28 octobre 1544 Il est engagé comme organiste et maître de […] Lire la suite

MESSE DU PAPE MARCEL (G. P. da Palestrina)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 258 mots
  •  • 1 média

On a longtemps pensé que l'œuvre la plus célèbre de Giovanni Pierluigi da Palestrina, la Messe du pape Marcel, avait été exécutée en 1555, pendant le très bref pontificat – trois semaines – de Marcel II. Mais il est désormais pratiquement acquis que Palestrina aurait en fait composé cette messe durant l'été de 156 […] Lire la suite

ANERIO FELICE (1560 env.-1614)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 204 mots

Un des principaux compositeurs romains de son temps, l'Italien Felice Anerio succède en 1594 à son maître Giovanni Pierluigi da Palestrina au poste de compositeur de la Chapelle papale. Si ses œuvres de jeunesse sont pour la plupart profanes, il se tourne vers la musique sacrée après sa nomination au service du Saint-Père. Né vers 1560 à Rome, Felice Anerio chante dans les chœurs de la chapelle Gi […] Lire la suite

CHORALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 3 109 mots

Dans le chapitre « Moyen Âge »  : […] La pratique romaine, en musique comme ailleurs, n'ajoute rien à celle de la Grèce. Le christianisme remet bientôt tout en cause en plaçant l'office, et surtout l'office psalmodique, au centre des préoccupations. Dès le début, la détermination des rôles respectifs du soliste et du chœur, considéré comme l'ensemble des fidèles, constitue le problème majeur. D'abord, l'un et l'autre alternent (chant […] Lire la suite

VICTORIA ou VITTORIA TOMÁS LUIS DE (1548 env.-1611)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « Un Espagnol en Italie »  : […] C'est à Ávila, où il est né, que Victoria est enfant de chœur à la cathédrale, y apprenant vraisemblablement le contrepoint en chantant la polyphonie de ce temps. Il part pour Rome parfaire ses études de théologie et de musique ; en 1565, il est admis au Collegium germanicum où il reste jusqu'en 1568 ou 1569. Il est l'élève de Palestrina et peut-être, selon l'opinion d'Higinio Anglés, de Jacobus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-pierluigi-da-palestrina/