PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La messe palestrinienne

Palestrina avait d'abord subi l'influence des maîtres franco-flamands et avait pratiquement assimilé leur technique. Il la domina bientôt avec aisance, transcendant les procédés d'écriture, pour atteindre à un style fluide, clair et bien ordonné. Ses dons mélodiques naturels, une liberté rythmique issue de la fréquentation assidue des cantilènes grégoriennes, une harmonie fondée sur les accords parfaits, enrichis de notes de passage, retards et autres broderies qui lui confèrent une allure moderne tendant vers le mode majeur classique, enfin et surtout un sens aigu de ce que l'on peut appeler « l'orchestration vocale », c'est-à-dire une judicieuse répartition des voix solistes et des masses chorales (effets de « registration » analogues à ceux des organistes), tout concourt à faire de la messe palestrinienne le modèle achevé de la forme polyphonique.

D'une façon générale, les messes de Palestrina obéissent au schéma suivant : un Kyrie lyrique, dont la souple écriture reste fidèle aux principes de l'ancienne école ; un Gloria triomphant, avec des effets de contraste et de longs passages homophones ; un Credo, épuré de tout élément ornemental superflu (ici la déclamation syllabique propice à l'intelligibilité du texte prévaut dans l'ensemble du morceau, seul l'Amen final voyant se déployer d'amples vocalises) ; un Sanctus puissant et joyeux, où, dit Raugel, « le fleuve de la polyphonie coule à pleins bords » ; un Benedictus recueilli, le plus souvent confié aux seules voix aiguës ; un Agnus suave avec un second Agnus, conforme à l'ancien usage des Flamands qui y faisaient volontiers étalage de leur science contrapuntique en réalisant des canons énigmatiques.

Certains sommets émergent de cette « production fleuve ». Les messes du premier livre (Ecce sacerdos magnus ; L'Homme armé ; Repleatur os meum ; Ad fugam) s'apparentent encore au vieux style et se soumettent au principe du cantus firmus.

Mais, dès la Messe du pape Marcel, à six voix, les conceptions purement palestriennes s'affirment : le mode choisi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA (1525 env.-1594)  » est également traité dans :

PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 383 mots
  •  • 6 médias

Entre le 3 février 1525 et le 2 février 1526 Naissance de Giovani Pierluigi, probablement à Palestrina, petite bourgade située non loin de Rome.Octobre 1537 Un document mentionne son nom parmi les chanteurs de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome.28 octobre 1544 Il est engagé comme organiste et maître de […] Lire la suite

MESSE DU PAPE MARCEL (G. P. da Palestrina)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 258 mots
  •  • 1 média

On a longtemps pensé que l'œuvre la plus célèbre de Giovanni Pierluigi da Palestrina, la Messe du pape Marcel, avait été exécutée en 1555, pendant le très bref pontificat – trois semaines – de Marcel II. Mais il est désormais pratiquement acquis que Palestrina aurait en fait composé cette messe durant l'été de 156 […] Lire la suite

ANERIO FELICE (1560 env.-1614)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 204 mots

Un des principaux compositeurs romains de son temps, l'Italien Felice Anerio succède en 1594 à son maître Giovanni Pierluigi da Palestrina au poste de compositeur de la Chapelle papale. Si ses œuvres de jeunesse sont pour la plupart profanes, il se tourne vers la musique sacrée après sa nomination au service du Saint-Père. Né vers 1560 à Rome, Felice Anerio chante dans les chœurs de la chapelle Gi […] Lire la suite

CHORALE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Universalis
  •  • 3 109 mots

Dans le chapitre « Moyen Âge »  : […] La pratique romaine, en musique comme ailleurs, n'ajoute rien à celle de la Grèce. Le christianisme remet bientôt tout en cause en plaçant l'office, et surtout l'office psalmodique, au centre des préoccupations. Dès le début, la détermination des rôles respectifs du soliste et du chœur, considéré comme l'ensemble des fidèles, constitue le problème majeur. D'abord, l'un et l'autre alternent (chant […] Lire la suite

VICTORIA ou VITTORIA TOMÁS LUIS DE (1548 env.-1611)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « Un Espagnol en Italie »  : […] C'est à Ávila, où il est né, que Victoria est enfant de chœur à la cathédrale, y apprenant vraisemblablement le contrepoint en chantant la polyphonie de ce temps. Il part pour Rome parfaire ses études de théologie et de musique ; en 1565, il est admis au Collegium germanicum où il reste jusqu'en 1568 ou 1569. Il est l'élève de Palestrina et peut-être, selon l'opinion d'Higinio Anglés, de Jacobus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « PALESTRINA GIOVANNI PIERLUIGI DA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-pierluigi-da-palestrina/