GIORGIONE (1477-1510)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Les Trois Philosophes, Giorgione

Les Trois Philosophes, Giorgione
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vénus endormie, Giorgione

Vénus endormie, Giorgione
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des bergers, Giorgione

L'Adoration des bergers, Giorgione
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait de Francesco Maria della Rovere, Giorgione

Portrait de Francesco Maria della Rovere, Giorgione
Crédits : Electa/ AKG

photographie


Giorgione et Titien

Les deux dernières années de Giorgione sont marquées de maintes hésitations et de retours stylistiques ; il faut en chercher la cause dans la tension que provoqua chez Giorgione la confrontation avec le progrès de Titien, étoile de première grandeur en constante ascension. Giorgione fait alterner des œuvres comme la Madone d'Oxford, archaïsante, malgré l'intense palpitation vitale du coloris, avec des peintures très élaborées et riches de signification spirituelle, comme Les Trois Philosophes de Vienne. C'est alors que le peintre paraît atteindre son projet le plus ambitieux : insérer le module monumental des figures, inauguré au Fondaco, dans l'espace harmoniquement nuancé du « paese con figure ». La lumière est modulée jusque dans les moindres détails, tout en maintenant l'unité plastique de la composition, grâce à la douceur des nuances qui fondent les figures dans le paysage. On peut penser qu'elles signifient les trois âges de la philosophie, l'antique, la médiévale et l'humaniste, les deux premières étant représentées peut-être par Aristote et Averroès.

Dans le champ de cette sensibilité renaissante à l'art du paysage, Giorgione produisit d'autres chefs-d'œuvre, comme le Crépuscule de Londres et la Vénus couchée de Dresde. Avec ce dernier tableau, que les sources désignent comme « achevé par Titien » dans ses parties secondaires, Giorgione semble avoir donné forme à son idéal lyrique de beauté, une beauté tendrement humanisée, classique et contenue cependant, avec une touche de douceur mélancolique qui rappelle l'œuvre poétique de son ami Pietro Bembo.

La mystérieuse intervention de Titien sur la Vénus jette un jour furtif sur la crise qui, sans conteste, affecta Giorgione dans les derniers temps de sa vie. Une autre œuvre de cette époque, Le Christ Vendramin de New York, fut vraisemblablement laissée inachevée par Giorgione et complétée par Titien. Pourtant, plusieurs autres œuvres, comme le Berger de Hampton Court, la Vieille de l'Académie, Les Trois Âges du palais Pitti, le Portement de croix de San Rocco, donnent à penser que Giorgione a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art moderne, faculté des Belles-Lettres, université de Venise

Classification


Autres références

«  GIORGIONE (1477-1510)  » est également traité dans :

BORDONE PARIS (1500-1571)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 316 mots
  •  • 1 média

Né à Trévise, Bordone eut Titien pour premier maître, mais le quitta très vite, déçu du peu d'intérêt que celui-ci portait à ses élèves, écrit Vasari, qui ajoute : « Désespéré de la mort de Giorgione, dont la manière lui plaisait plus que tout, et qui, en outre, avait la réputation d'enseigner avec amour tout ce qu'il savait, [...] il se mit en tête d'étudier ses œuvres et de les copier, en sorte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris-bordone/#i_13224

LUMINISME, peinture

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 426 mots

La première intuition du luminisme, c'est-à-dire du rôle de la lumière dans l'organisation cohérente des formes par le jeu des valeurs tonales, s'exprime à Venise à partir des leçons recueillies par Antonello de Messine chez les Flamands. Si Léonard de Vinci sait exploiter avec une géniale aisance les mystérieux pouvoirs de l'ombre et de la lumière — du noir et du blanc —, c'est dans l'œuvre de Gi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luminisme-peinture/#i_13224

NU

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le nu féminin »  : […] Après des préludes grotesques qui accentuaient l'aspect de la fécondité, le nu féminin se place sur un plan idéal bien plus tard que le nu masculin, à partir du iv e  siècle avant J.-C. Kenneth Clark a distingué deux types de Vénus, le végétal et le cristallin, qui correspondent à la Venus naturalis et à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nu/#i_13224

PALMA LE VIEUX JACOPO NEGRETTI dit (1480 env.-1528)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 753 mots

Les documents sur Palma le Vieux sont rares : il est cité à Venise en 1510 seulement, la première commande dont on garde la trace est de 1520 et elle concerne une œuvre perdue, Le Mariage de la Vierge , peinte pour Sant'Antonio di Castello. Pourtant, malgré les divergences de la critique sur le nom de ses premiers maîtres ou sur la paternité de plusieurs œuvres importantes (a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palma-le-vieux/#i_13224

TITIEN (1488 env.-1576)

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI
  •  • 3 109 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le peintre des princes »  : […] Titien (Tiziano Vecellio) naquit à Pieve di Cadore vers 1488-1490, ainsi que permettent de le préciser les reconstructions ; en effet, on le trouve, en 1508, occupé à la décoration du Fondaco dei Tedeschi à Venise, alors que, selon le témoignage de ses contemporains Dolce (1557) et Vasari (1568), il n'a pas encore vingt ans. Il acquit les premiers rudiments du métier dans l'atelier de Gentile Bell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titien/#i_13224

Pour citer l’article

Terisio PIGNATTI, « GIORGIONE (1477-1510) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgione/