AMY GILBERT (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La poésie avant tout

Avec Triade, Strophe et Chant, Trajectoires forme une série d'œuvres où la recherche formelle recoupe la réflexion poétique qui en constitue le point de départ (Michaux, Char, Mallarmé).

Le 17 octobre 1968, Chant, pour grand orchestre, est créé au festival de Donaueschingen. Prolongement d'un procédé annoncé dans Strophe, cette pièce divisée en deux grandes parties enchaînées se présente comme une véritable cantilation, à mi-chemin entre la déclamation et le chant. La fin de la première partie divise l'orchestre en deux sections distinctes et qui se répondent dans un style antiphonique. Cette idée sera réutilisée dans D'un espace déployé, pour soprano lyrique, deux pianos et deux orchestres (1972), d'après Mallarmé, qui met à profit toutes les forces d'un grand orchestre symphonique inégalement partagé, suivant une vieille idée antiphonique ; lors de la création, le 10 mars 1973, les deux « orchestres » (issus de l'Orchestre de Paris) étaient dirigés par Georg Solti et le compositeur lui-même. Poursuivant l'idée antiphonique, Gilbert Amy composera ensuite Sonata Pian'e Forte, pour soprano, mezzo-soprano et douze instruments divisés en trois groupes (1974) : les deux voix de femmes et deux groupes instrumentaux se répondent, dialoguant parfois ensemble mais toujours très brièvement.

Les années 1970 voient s'assouplir le style de Gilbert Amy, qui parvient à une force incantatoire rendant son œuvre plus « immédiate ». De cette époque, il faut citer : Cette étoile enseigne à s'incliner, pour chœur d'hommes, deux pianos, ensemble instrumental et bande magnétique, à partir de La Divine Comédie de Dante (1970) ; Récitatif, air et variation, pour douze voix mixtes a cappella (1971) ; ... D'un désastre obscur, pour mezzo-soprano et clarinette en la (1971) – à la mémoire de Jean-Pierre Guézec ; D'un espace déployé (1972) ; Échos XIII, pour quatre solistes et neuf instrumentistes (1976) ; Chin'Amin Cha'Anamin, pour voix et petit ensemble (1979), d'après Gabirol. Dans Échos XII [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)
  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  AMY GILBERT (1936- )  » est également traité dans :

DOMAINE MUSICAL

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 254 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Boulez, inventeur de la musique contemporaine »  : […] Gilbert Amy ne poursuivit pas l'œuvre de son créateur. Il ouvrit en effet les portes du Domaine à un très grand nombre de compositeurs aux tendances stylistiques les plus variées. Le public découvrit ainsi John Cage, les compositeurs répétitifs américains, les compositeurs de musique électroacoustique. Il laissa également une grande place à l'improvisation, à la participation scénique des musici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domaine-musical/#i_22157

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, Alain FÉRON, « AMY GILBERT (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-amy/