AMY GILBERT (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Abstraction et lyrisme

En Gilbert Amy cohabitent deux natures d'artiste : d'une part, le créateur rigoureux et lucide, héritier de Pierre Boulez, d'autre part, le grand explorateur de l'alchimie des timbres, avec une prédilection pour les registres graves. La première nature domine au début de sa carrière : « Je n'ai pas évité la radicalisation systématique de l'harmonie dodécaphonique dans mes premières œuvres : surabondance d'intervalles “tendus”, utilisation des registres extrêmes, inflexions mélodiques “dissonantes”, etc. » (Gilbert Amy en 1996). En témoignent des pièces comme les cinq mélodies atonales constituant Œil de fumée, pour soprano et piano, sur des poèmes de Louis Parrot (1956), Variations, pour flûte, clarinette, violoncelle et piano (1956) – de facture strictement sérielle, à l'instrumentation raffinée, avec des réminiscences de Messiaen –, Cantate brève, pour soprano, flûte, vibraphone et xylomarimba, sur quatre poèmes de Federico García Lorca (1957) – œuvre qui, avec ses relations complexes entre la voix et les instruments, reflète l'influence du Marteau sans maître de Boulez (1955) –, Mouvements, pour 17 instruments (1958), aux tempos extrêmement complexes.

Marquée par les leçons de Pierre Boulez, Épigrammes, pour piano (1961), est une pièce dont la forme est sans cesse remise en question. Puis, Gilbert Amy commence à se détourner du sérialisme strict avec Diaphonies, pour deux ensembles de douze instruments disposés symétriquement et un seul chef (1962), et, plus encore, avec Cahiers d'épigrammes, pour piano (1964). Il explore ensuite les raffinements du grand orchestre, travaillant plus précisément sur la spatialisation du son, abordée dans Diaphonies. Avec ses deux orchestres dirigés chacun par un chef et un concertino faisant office de médiateur, Antiphonies (1960-1963) reflète l'influence de Gruppen de Stockhausen, entendu lors de sa création, en 1958. Triade (1965) est composé pour un orchestre divisé en trois groupes (d'où le titre) comportant chacun un élément fixe de cordes (4 violons, 4 altos, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio
  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  AMY GILBERT (1936- )  » est également traité dans :

DOMAINE MUSICAL

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 254 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Boulez, inventeur de la musique contemporaine »  : […] Gilbert Amy ne poursuivit pas l'œuvre de son créateur. Il ouvrit en effet les portes du Domaine à un très grand nombre de compositeurs aux tendances stylistiques les plus variées. Le public découvrit ainsi John Cage, les compositeurs répétitifs américains, les compositeurs de musique électroacoustique. Il laissa également une grande place à l'improvisation, à la participation scénique des musici […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain FÉRON, Juliette GARRIGUES, « AMY GILBERT (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-amy/