LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le penseur

Bien que, sous les apparences d'un jeu fantastique et parfois humoristique, Leopardi ait voulu exposer sa propre « philosophie » dans les Operette morali, celle-ci ne se révèle complètement qu'avec le Zibaldone dont la publication ne commencera qu'en 1900, c'est-à-dire soixante ans après sa mort.

Le Zibaldone est une sorte de journal intime intellectuel, tenu de 1817 à 1832. Il comprend deux domaines distincts (encore que mêlés) : l'un composé de notes philologiques (ce n'est toutefois que au cours des années 1960 qu'on a pu mettre au point une édition intégrale des écrits philologiques de Leopardi, lesquels valent ceux de la meilleure philologie allemande de l'époque) ; l'autre composé de notes morales ou philosophiques ; ces dernières traitent des sujets les plus variés, l'homme et ses passions, la nature et l'histoire, les sociétés anciennes et modernes, la nature de la langue et des langues, la poésie et la musique, etc.

Les sources de la pensée de Leopardi sont, d'un côté, les philosophes anciens, qui lui étaient très familiers ; de l'autre, et surtout, les philosophes des Lumières et les encyclopédistes français du xviiie siècle, qui résumaient à ses yeux toute « la philosophie moderne ». Mais la pensée de ces derniers chez lui change de signe. Tandis qu'ils se servaient du sensualisme et du matérialisme pour dissiper les préjugés et les superstitions dans une vision optimiste et progressiste de l'avenir, Leopardi parvient à des conclusions pessimistes. Précisément, parce qu'elle est « entièrement stérile d'erreur », la « philosophie moderne » augmente le malheur, en privant l'homme des illusions et méprises heureuses qui, dans le monde ancien, lui rendaient l'existence plus supportable. Dans ses notes philosophiques et psychologiques, admirables de pénétration et de rigueur, Leopardi s'en tient à une sorte d'objectivité glaciale. Ayant ramené la connaissance aux bornes de la sensation, la pensée à une simple fonction de la matière, les processus vitaux aux moules d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)  » est également traité dans :

ZIBALDONE (G. Leopardi)

  • Écrit par 
  • Pascal GABELLONE
  •  • 983 mots

Si la grandeur de l'œuvre poétique de Giacomo Leopardi (1798-1837) commence à être reconnue en France, son œuvre philosophique est loin d'avoir trouvé une écoute à la hauteur de son importance et de ses véritables enjeux. Dispersée, non systématique, souvent paradoxale, empruntant parfois une forme narrative ou dialoguée comme dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zibaldone/#i_940

CHANTS, Giacomo Leopardi - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 797 mots

Le recueil des trente-six poèmes et cinq fragments poétiques de Giacomo Leopardi (1798-1837), publié à Florence en 1831 puis, augmenté, à Naples en 1835, ne parut sous sa forme définitive, posthume, que dix ans plus tard. Sa rédaction s'étendit, de manière discontinue, de 1818 à 1836. La place même de la poésie dans l'œuvre de Leopardi évolua selon l'espace que semble lui avoir laissé, dans son e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chants/#i_940

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le masochisme »  : […] À côté de la solution utopique (Dante), de la solution réaliste (Machiavel), il existe une troisième manière de conjurer le sentiment précaire de la vie. Elle consiste à tirer une jouissance du sein même du malheur, à se délecter de ce qui fait souffrir. Le masochisme est le trait le plus spécifique de la grande culture italienne. En plein milieu du xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_940

LEOPARDI, IL GIOVANE FAVOLOSO (M. Martone)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Recanati, Florence, Naples »  : […] Après avoir, en 2011, porté au théâtre les Petites œ uvres morales de Giacomo Leopardi, Martone raconte donc la vie du poète dans Leopardi, il giovane favoloso (2014) , filmant en décors naturels, avec la collaboration de Ippolita di Majo au s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopardi-il-giovane-favoloso/#i_940

RANIERI ANTONIO (1806-1888)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 89 mots

Homme de lettres napolitain, Ranieri fut l'ami du poète Giacomo Leopardi, qui passa en sa compagnie les dernières années de son existence. Après la mort de ce dernier, en 1837, il prépara l'édition de ses œuvres. Il écrira lui-même divers ouvrages, notamment un livre de souvenirs, où les biographes de Leopardi l'accuseront de sombrer parfois dans le commérage, et un roman « social » de piètre vale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-ranieri/#i_940

Pour citer l’article

Sergio SOLMI, « LEOPARDI GIACOMO - (1798-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-leopardi/