LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète de la douleur maîtrisée

Comme pour beaucoup de grands esprits, la poésie et la pensée de Leopardi naissent sous le signe de la contradiction. Poète, il apparaît lié à la tradition néo-classique de son temps et prévenu contre les nouveautés romantiques. Le classicisme gréco-romain se présente au jeune Leopardi comme un « surmonde » mythique, caractérisé par des perfections à jamais disparues, et dont les modernes ne pourraient que donner nostalgiquement un faible reflet. Dans ses premières Canzoni (1824), rares sont les vers qui ne résonnent d'échos classiques (de Virgile à Pétrarque).

Aujourd'hui, cette poésie nous révèle pourtant un accent d'intimité alors neuf, presque sauvage, qui fait de Leopardi – et non seulement par ses dates – le plus moderne des classiques italiens. Dès le début s'affirme chez lui comme essentielle une tendance à isoler la secrète substance de la réalité sentimentale, à la réduire au pur dessin ou diagramme des mouvements de l'âme. Dans les premières « idylles », dans ce qu'on appelle « nouvelles idylles » et jusque dans les Canti (1835) de la dernière période, les mots dans l'harmonie complexe de leur syntaxe semblent se dépouiller de toute pesanteur rhétoricienne ou sensuelle, de toute référence historique insistante. C'est pourquoi, presque sans utiliser couleurs et métaphores, les détails relatifs aux saisons acquièrent pour le lecteur la vivacité, l'éclat des choses vues et entendues : dans l'Infinito, la haie « qui d'une si grande part de l'extrême horizon exclut le regard », ou, dans Silvia, les « routes dorées et les vergers » d'un paysage ensoleillé.

Ce mouvement « centripète » d'intériorisation, qui exprime dans ses architectures mélodiques le cours même de l'émotion, correspond au mouvement « centrifuge » qui tend à rassembler, avec du reste la même authenticité affective, tous les éléments étrangers à la biographie intime du poète, c'est-à-dire les efforts pour donner de l'homme et de la nature une explication intellectuelle, les considérations sur la société et sur l'histoire, les emportements satiriques et polémiques. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)  » est également traité dans :

ZIBALDONE (G. Leopardi)

  • Écrit par 
  • Pascal GABELLONE
  •  • 983 mots

Si la grandeur de l'œuvre poétique de Giacomo Leopardi (1798-1837) commence à être reconnue en France, son œuvre philosophique est loin d'avoir trouvé une écoute à la hauteur de son importance et de ses véritables enjeux. Dispersée, non systématique, souvent paradoxale, empruntant parfois une forme narrative ou dialoguée comme dans les […] Lire la suite

CHANTS, Giacomo Leopardi - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 797 mots

Le recueil des trente-six poèmes et cinq fragments poétiques de Giacomo Leopardi (1798-1837), publié à Florence en 1831 puis, augmenté, à Naples en 1835, ne parut sous sa forme définitive, posthume, que dix ans plus tard. Sa rédaction s'étendit, de manière discontinue, de 1818 à 1836. La place même de la poésie dans l'œuvre de Leopardi évolua selon l'espace que semble lui avoir laissé, dans son e […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le masochisme »  : […] À côté de la solution utopique (Dante), de la solution réaliste (Machiavel), il existe une troisième manière de conjurer le sentiment précaire de la vie. Elle consiste à tirer une jouissance du sein même du malheur, à se délecter de ce qui fait souffrir. Le masochisme est le trait le plus spécifique de la grande culture italienne. En plein milieu du xiv e  siècle, Pétrarque inaugure, dans un peti […] Lire la suite

LEOPARDI, IL GIOVANE FAVOLOSO (M. Martone)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Recanati, Florence, Naples »  : […] Après avoir, en 2011, porté au théâtre les Petites œ uvres morales de Giacomo Leopardi, Martone raconte donc la vie du poète dans Leopardi, il giovane favoloso (2014) , filmant en décors naturels, avec la collaboration de Ippolita di Majo au scénario et, pour la deuxième fois, de Renato Berta comme chef-opérateur. La musique est l'œuvre d'un auteur de la scène électronique berlinoise, Sascha Ri […] Lire la suite

RANIERI ANTONIO (1806-1888)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 89 mots

Homme de lettres napolitain, Ranieri fut l'ami du poète Giacomo Leopardi, qui passa en sa compagnie les dernières années de son existence. Après la mort de ce dernier, en 1837, il prépara l'édition de ses œuvres. Il écrira lui-même divers ouvrages, notamment un livre de souvenirs, où les biographes de Leopardi l'accuseront de sombrer parfois dans le commérage, et un roman « social » de piètre vale […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sergio SOLMI, « LEOPARDI GIACOMO - (1798-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-leopardi/