LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence de Leopardi, que les Italiens tiennent à juste titre pour leur plus grand poète après Dante, fut médiocre pendant le xixe siècle, d'abord à cause de l'éclosion des nouveautés romantiques, ensuite lorsque s'affirmèrent des poètes aussi différents de lui que Carducci, D'Annunzio et Pascoli. Il faut attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour que Leopardi devienne un levain actif de la poésie nouvelle. On peut dire la même chose de sa pensée ; avec le déclin du néo-idéalisme, et dans une époque de crise et de bouleversements, elle acquiert enfin son actualité ; sa richesse prismatique de motifs et de points de vue se prête, chez quelques jeunes critiques et philosophes, à une façon de symbiose avec les courants nouveaux, du marxisme à l'existentialisme. Par sa poésie essentielle et décharnée, son pessimisme héroïque, Leopardi devient un inspirateur et comme un modèle de mieux en mieux adapté à l'actif désespoir des modernes.

Le comte Leopardi

Giacomo Leopardi naît à Recanati, petite ville perdue dans les Marches (qui faisaient alors partie des États de l'Église). Il se forme dans un milieu de petite noblesse papiste et légitimiste, loin des centres intellectuels où, malgré l'atmosphère morne qui pesait sur l'Europe après le déchirement produit par la Révolution française et les guerres napoléoniennes, devaient se dessiner, dans le climat de la Sainte-Alliance, les lignes de l'avenir.

La situation existentielle de Leopardi peut se résumer ainsi : santé extrêmement délicate (vers dix-sept ans, une scoliose dorsale et peu après une ophtalmie qui l'empêchera de lire pendant certaines périodes, et le lui interdira tout à fait dans ses dernières années) ; au commencement, solitude presque absolue, avec des relations circonscrites au milieu familial ; précocité exceptionnelle, qui, grâce à la bibliothèque paternelle très riche, produira des années d'« étude folle et désespérée » (origine, à l'en croire, de son infirmité physique). À dix ans, il apprendra sans maîtres le grec et l'hébreu, ainsi que le français, l'espagn [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEOPARDI GIACOMO (1798-1837)  » est également traité dans :

ZIBALDONE (G. Leopardi)

  • Écrit par 
  • Pascal GABELLONE
  •  • 983 mots

Si la grandeur de l'œuvre poétique de Giacomo Leopardi (1798-1837) commence à être reconnue en France, son œuvre philosophique est loin d'avoir trouvé une écoute à la hauteur de son importance et de ses véritables enjeux. Dispersée, non systématique, souvent paradoxale, empruntant parfois une forme narrative ou dialoguée comme dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zibaldone/#i_940

CHANTS, Giacomo Leopardi - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SIMEONE
  •  • 797 mots

Le recueil des trente-six poèmes et cinq fragments poétiques de Giacomo Leopardi (1798-1837), publié à Florence en 1831 puis, augmenté, à Naples en 1835, ne parut sous sa forme définitive, posthume, que dix ans plus tard. Sa rédaction s'étendit, de manière discontinue, de 1818 à 1836. La place même de la poésie dans l'œuvre de Leopardi évolua selon l'espace que semble lui avoir laissé, dans son e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chants/#i_940

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le masochisme »  : […] À côté de la solution utopique (Dante), de la solution réaliste (Machiavel), il existe une troisième manière de conjurer le sentiment précaire de la vie. Elle consiste à tirer une jouissance du sein même du malheur, à se délecter de ce qui fait souffrir. Le masochisme est le trait le plus spécifique de la grande culture italienne. En plein milieu du xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_940

LEOPARDI, IL GIOVANE FAVOLOSO (M. Martone)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Recanati, Florence, Naples »  : […] Après avoir, en 2011, porté au théâtre les Petites œ uvres morales de Giacomo Leopardi, Martone raconte donc la vie du poète dans Leopardi, il giovane favoloso (2014) , filmant en décors naturels, avec la collaboration de Ippolita di Majo au s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopardi-il-giovane-favoloso/#i_940

RANIERI ANTONIO (1806-1888)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 89 mots

Homme de lettres napolitain, Ranieri fut l'ami du poète Giacomo Leopardi, qui passa en sa compagnie les dernières années de son existence. Après la mort de ce dernier, en 1837, il prépara l'édition de ses œuvres. Il écrira lui-même divers ouvrages, notamment un livre de souvenirs, où les biographes de Leopardi l'accuseront de sombrer parfois dans le commérage, et un roman « social » de piètre vale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-ranieri/#i_940

Pour citer l’article

Sergio SOLMI, « LEOPARDI GIACOMO - (1798-1837) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-leopardi/