CASANOVA GIACOMO (1725-1798)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des  Mémoires  au destin mouvementé

À la fin de sa vie, lorsque la carrière amoureuse lui est désormais interdite, Casanova invente une reconversion littéraire qui l'aide à combattre un mortel ennui. C'est une des raisons pour lesquelles on l'a comparé à Stendhal, écrivant ses plus belles pages pendant l'exil à Civitavecchia. Il dit à propos de la rédaction de ses Mémoires : « En écrivant dix à douze heures par jour, j'ai empêché le noir chagrin de dévorer ma pauvre existence ou de me faire perdre la raison. » Vers 1785, il s'était installé au château de Dux en Bohême, chez le comte Waldstein, neveu du prince de Ligne et seigneur franc-maçon, en qualité de bibliothécaire ; il y vécut jusqu'à sa mort.

Histoire de ma vie est rédigé en français, non sans italianismes et barbarismes divers. Casanova leur avait donné successivement deux titres : Histoire de ma vie jusqu'en 1797, et Mémoires de Jean-Jacques Casanova de Seingalt, contenant ses voyages et ses aventures galantes et politiques en Italie, en France, en Espagne, en Angleterre, en Russie, en Pologne et en Allemagne. C’est le premier titre qui fut choisi pour l’édition qui fait désormais autorité.

Après la mort de Casanova, le manuscrit fut vendu en 1820 par son petit-neveu Carlo Angiolini à l’éditeur de Leipzig Friedrich Arnold Brockhaus. À partir d’une première édition en allemand, un nombre considérable d’éditions en toutes langues verra le jour sans qu’il soit possible de se référer au manuscrit original. Jusqu’en 1960, où la maison Brockhaus, avec les éditions Plon, donne enfin à lire le manuscrit authentique, favorisant un renouveau des études casanoviennes. C’est en 2010 que la Bibliothèque nationale de France acquiert le manuscrit, suscitant des expositions et permettant enfin l’établissement d’une édition critique véritable.

Les jugements sur l'homme et l'œuvre furent longtemps contradictoires. Tandis que Blaise Cendrars voit dans les mémoires de Casanova « la véritable encyclopédie du xviiie siècle », Claude Roy lui reproche son « absence d'inquiétude », [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, professeure agrégée des Universités (littérature comparée), université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  CASANOVA GIACOMO (1725-1798)  » est également traité dans :

HISTOIRE DE MA VIE, Giacomo Casanova - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 160 mots

Intitulées Histoire de ma vie, les Mémoires de Giacomo Casanova (1725-1798) ont été rédigés de 1789 à sa mort. Le manuscrit a été acheté au fils d'une nièce de l'auteur par l'éditeur allemand Brockhaus en 1820, publié en traduction allemande (1822-1828), puis dans une version française édu […] Lire la suite

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle typologie du libertinage »  : […] Dans le langage courant du xviii e siècle, le mot de libertinage renvoie à des sens aussi divers que partie de plaisir, plaisir, sensualité, principes de dévergondage et de dissipation, liberté de ton et de parole, etc. Le libertin est l'homme à bonnes fortunes, du coquin au débauché, du polisson au licencieux. C'est Crébillon fils (1707-1777) qui, le premier, a proposé une définition précise et […] Lire la suite

LOTO

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 316 mots

Dans le chapitre « Gênes et la naissance du loto »  : […] Le goût du pari poussait depuis longtemps les Italiens à jouer sur les résultats des changements politiques ou ecclésiastiques. Les Génois s'en étaient fait une spécialité. Si Gênes était, comme Venise, une république souveraine, la stabilité politique n'y était pas de mise et, après bien des troubles, il avait fallu, en 1576, imposer une réforme politique : la république était désormais dirigée […] Lire la suite

THOMAS CHANTAL (1945- )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 993 mots
  •  • 1 média

Chantal Thomas est née en 1945 à Lyon. Directrice de recherche au CNRS, spécialiste du xviii e  siècle, elle est essayiste ( La Reine scélérate. Marie-Antoinette dans les pamphlets , 1989 ; Thomas Bernhard , 1990), romancière, auteure de pièces de théâtre et fait de son érudition une promenade élégante et souriante tournée vers le siècle des Lumières, en compagnie des grands libertins, comme Sade […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Denise BRAHIMI, « CASANOVA GIACOMO - (1725-1798) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-casanova/