Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BUFFON GEORGES LOUIS LECLERC comte de (1707-1788)

Buffon n'a pas pris une part active au combat philosophique du xviiie siècle, mais il y a joué son rôle, en donnant l'exemple d'une science débarrassée des influences religieuses, en affirmant l'unité de l'espèce humaine, en parsemant son œuvre de remarques inspirées de l'esprit philosophique.

C'est un écrivain dont le style noble et grave, précis et coloré, a assuré le succès. Il a donné la théorie de son art dans son célèbre Discours sur le style prononcé lors de sa réception à l'Académie française.

Des talents multiples

Buffon - crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Buffon

Naturaliste, philosophe et écrivain français, Buffon est né à Montbard en Bourgogne, et il est mort à Paris.

Fils aîné de Benjamin François Leclerc (1683-1775), qui devient en 1717 seigneur de Buffon et de Montbard et conseiller au Parlement de Bourgogne, Georges Louis Leclerc fait ses études secondaires au collège des jésuites de Dijon (1717-1723), puis étudie le droit (1723-1726). Attiré par les sciences, il va étudier la botanique et les mathématiques à Angers (1728-1730), puis, après un voyage en Italie, s'installe à Paris (1732). Ses premiers travaux le font entrer à l'Académie des sciences comme « adjoint-mécanicien » (1734). En 1739, il passe dans la section de botanique, et succède à Dufay comme intendant du Jardin du roi.

Il commence alors à travailler à son Histoire naturelle, tâche qu'il poursuivra jusqu'à sa mort ; les trois premiers volumes paraissent en 1749, et obtiennent un succès considérable. Excellent administrateur, Buffon agrandit et enrichit le Jardin du roi, tout en amassant une grande fortune personnelle. Membre de l'Académie française (1753) et de toutes les grandes académies européennes, devenu comte de Buffon par la grâce de Louis XV, il est à sa mort le plus célèbre naturaliste de son temps. Marié en 1752, il avait perdu sa femme en 1769. Son fils unique devait mourir guillotiné sous la Terreur.

L'œuvre de Buffon comporte, d'une part, les Mémoires présentés à l'Académie des sciences de 1734 à 1752 (réédités dans les tomes I, II et IV du Supplément à l'Histoire naturelle), d'autre part, deux traductions de l'anglais : la Statique des végétaux (Vegetable Staticks) de Stephen Hales, 1734, et la Méthode des fluxions et des suites infinies (Fluxions) de Newton, 1740, enfin l'Histoire naturelle. Celle-ci se divise elle-même en quatre ensembles : Histoire naturelle, générale et particulière publiée à Paris (1749-1767), en 15 volumes ; Histoire naturelle des Oiseaux, Paris (1770-1783), en 9 volumes ; Supplément à l'Histoire naturelle, Paris (1774-1789), en 7 volumes ; Histoire naturelle des minéraux et Traité de l'aimant, Paris (1783-1788), en 5 volumes.

Buffon n'a pas rédigé seul les 36 volumes de son Histoire naturelle. L'Histoire des Quadrupèdes, qui forme l'essentiel des quinze premiers volumes, comporte des descriptions anatomiques rédigées par le médecin Daubenton. L'Histoire des Oiseaux a été écrite avec la collaboration de Guéneau de Montbeillard et de l'abbé Bexon. L'unité de l'œuvre n'en a d'ailleurs pas souffert.

Les premiers travaux de Buffon ont été consacrés aux mathématiques. Il faut surtout signaler le Mémoire sur le jeu de franc carreau, qui présente l'originalité de faire intervenir le calcul infinitésimal dans le calcul des probabilités. Par la suite, Buffon utilisera les mathématiques dans ses recherches sur la résistance du bois et sur le refroidissement des planètes, ainsi que dans son Essai d'arithmétique morale (Supplément, t. IV, 1777), mais ces travaux montrent que, pour lui, les mathématiques ne sont qu'un moyen de préciser l'idée qu'il peut avoir des choses, et non une discipline autonome. Il est ingénieur plus que mathématicien.

Par contre, il est philosophe de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire des sciences à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Jacques ROGER. BUFFON GEORGES LOUIS LECLERC comte de (1707-1788) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Buffon - crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Buffon

Autres références

  • HISTOIRE NATURELLE (Buffon)

    • Écrit par
    • 252 mots
    • 1 média

    Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), intendant du Jardin du roi à Paris, est l'auteur d'une monumentale Histoire naturelle en 36 volumes dont les trois premiers paraissent en 1749. Cette collection se compose de quatre parties : l'Histoire naturelle, générale et...

  • ÂGE DE LA TERRE

    • Écrit par
    • 5 143 mots
    • 5 médias
    La lointaine origine de ce débat remontait à des réflexions de Georges Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), qui s’était lui-même inspiré de René Descartes (1596-1650) et de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) pour postuler que la Terre avait initialement été une masse en fusion arrachée...
  • BALZAC HONORÉ DE (1799-1850)

    • Écrit par
    • 15 001 mots
    • 3 médias
    ...ses personnages en genres et en espèces, en types dûment inventoriés, différenciés et apparentés. Premier à tous égards des naturalistes inspirateurs : Buffon. Chez Buffon, Balzac s'attache à l'idée de l'homo duplex, qu'il fera sienne. Et Buffon, pour reprendre les termes de Goethe dans...
  • CLASSIFICATION DU VIVANT

    • Écrit par et
    • 7 201 mots
    • 6 médias
    ...Bien qu'elle marque un tournant dans l'histoire de la taxinomie, l'entreprise classificatoire et nomenclaturale linnéenne aura de nombreux détracteurs. Georges-Louis Leclerc, comte de Buffon, intendant du Jardin du roi à Paris, en est le chef de file. Selon lui, « on peut descendre par des degrés presque...
  • DAUBENTON LOUIS JEAN-MARIE D'AUBENTON dit (1716-1800)

    • Écrit par
    • 398 mots

    Venu à Paris étudier la théologie, Louis Daubenton se passionne pour l'histoire naturelle. Docteur de la faculté de médecine à Reims, il s'installe à Montbard, sa ville natale. Son compatriote Buffon, à la recherche d'un anatomiste pour collaborer à l'Histoire naturelle...

  • Afficher les 27 références