ANTHROPOCÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vue d'artiste des premiers agriculteurs indiens

Vue d'artiste des premiers agriculteurs indiens
Crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Rivage pollué de débris d’origine humaine

Rivage pollué de débris d’origine humaine
Crédits : Carlos Cazalis/ Corbis

photographie


En 2002, le chimiste et météorologue Paul Crutzen suggère une nouvelle subdivision géologique de l’ère quaternaire, caractérisée par les conséquences des activités humaines sur la planète, qu’il nomme Anthropocène. Cette proposition présente des caractéristiques inédites et la notion d’Anthropocène fait encore débat. En revanche, l’idée que l’homme est devenu une « force géologique » est loin d’être neuve.

Une question ancienne

Depuis le début du xixe siècle, la dénomination et la délimitation des subdivisions de l’ère quaternaire font l’objet de nombreux débats. Charles Lyell propose en 1839 (dans l’édition française de Nouveaux Éléments de géologie) le terme de Pléistocène pour désigner la période géologique la plus récente et qui correspond à l’ère quaternaire. Les progrès dans la compréhension des phénomènes glaciaires accomplis durant les années 1840 le conduisent une dizaine d’années plus tard à affiner cette période en la subdivisant : il utilise alors le terme « récent » pour désigner les 10 000 à 12 000 ans qui suivent la dernière glaciation et cela jusqu’à nos jours. Finalement, ce terme est remplacé par « Holocène », proposé par Paul Gervais en 1867-1869.

L’histoire de la géologie est riche de bien d’autres propositions qui s’appuient souvent sur le rôle dominant de l’homme dans le fonctionnement de la planète. C’est ainsi qu’en 1871-1872, l’Italien Antonio Stoppani propose dans son Corsa di geologia, le terme « Anthropozoïque » tandis que « Psychozoïque » est forgé par Joseph LeConte en 1879. Ces deux mots ont un succès varié et sont souvent utilisés en lieu et place de Quaternaire. L’étymologie est claire : la période la plus récente (même si ses bornes temporelles sont floues) est caractérisée par l’espèce humaine et sa capacité à transformer les milieux naturels. À l’appui de cette thèse, on signale la disparition de la mégafaune de l’âge glaciaire (mammouth, mastodonte, paresseux géant…) ou des disparitions bien plus ré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences de l'environnement, historienne des sciences et de l'environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  ANTHROPOCÈNE  » est également traité dans :

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 794 mots
  •  • 8 médias

Le climat s'est réchauffé depuis 1900, et il est certain qu'il changera encore plus au cours du xxi e  siècle. Le réchauffement planétaire en cours, dû en grande partie au renforcement anthropique de l'effet de serre, se poursuivra. Il va vraisemblablement s'accélérer pendant quelques décennies encore, même si une forte réduction des émissions de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/changement-climatique/#i_56486

ENVIRONNEMENT - Un enjeu planétaire

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 2 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Environnement et ruptures écologiques »  : […] C'est au cours du xx e  siècle que les relations entre les sociétés humaines et leur environnement planétaire ont atteint un seuil critique. Ce moment singulier marque un bouleversement tout à la fois des cycles géochimiques globaux (cf. cycles biogéochimiques ) et des conditions naturelles d'existence de l'humanité. Cert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-un-enjeu-planetaire/#i_56486

GÉOMORPHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre PECH
  •  • 4 875 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Historique et épistémologie de la géomorphologie »  : […] En dehors des récits mythologiques, comme le Déluge, dès l'Antiquité, avec Ératosthène, ou à la Renaissance, avec Léonard de Vinci, la genèse des formes du relief terrestre a fait l'objet d'hypothèses, à partir de l’observation des fossiles ou de l’étude des éruptions volcaniques, des tremblements de terre ou des catastrophes climatiques. La géomorphologie apparaît en tant que discipline scientif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geomorphologie/#i_56486

PÉTROLE - La fin du pétrole : mythes et réalités

  • Écrit par 
  • Claude JABLON
  •  • 2 351 mots

Dans le chapitre « Peak oil et changement climatique »  : […] Ce détour par l'histoire du pétrole permet de mieux appréhender les déterminants futurs. Pas plus que les deux chocs des années 1970, la récente et forte augmentation des prix du pétrole n'a pour cause l'approche d'une limitation physique définitive de la ressource, au sens où l'entendait le Club de Rome. Elle résulte d'un nouveau déséquilibre entre une demande accrue – et étonnamment non prévue – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-la-fin-du-petrole-mythes-et-realites/#i_56486

Voir aussi

Pour citer l’article

Valérie CHANSIGAUD, « ANTHROPOCÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropocene/