CUVIER GEORGES (1769-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anatomie comparée comme science

Jusqu'à Cuvier, l'anatomie comparée n'était qu'un recueil de faits particuliers concernant la structure des animaux. Cuvier en fit la science des lois de l'organisation animale. Certains organes ont sur l'ensemble du fonctionnement une influence prépondérante, d'où la loi de subordination : les organes d'un animal ne sont pas simplement juxtaposés, mais agissent les uns sur les autres et coopèrent à une action commune par une réaction réciproque. Autrement dit, certains traits d'organisation s'appellent nécessairement les uns les autres, tandis qu'il en est d'autres qui s'excluent par incompatibilité physiologique, d'où la loi des corrélations organiques. En se fondant sur leur organisation interne, Cuvier allait tenter d'établir les rapports des êtres vivants entre eux, et il publiera ainsi en 1817 Le Règne animal distribué d'après son organisation.

La loi de subordination des caractères permet d'établir une classification naturelle. Le système nerveux, « qui est au fond tout l'animal », donne les embranchements ; les organes de la respiration et de la circulation donnent les classes ; des organes de plus en plus subordonnés donneront successivement les ordres, les familles, les tribus, les genres, les espèces. Cuvier devait développer surtout cette méthode dans son grand ouvrage sur l'Histoire naturelle des Poissons (1828-1831).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Georges Cuvier et la paléontologie

Georges Cuvier et la paléontologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Georges Cuvier

Georges Cuvier
Crédits : Courtesy of the Musée National d'Histoire Naturelle, Paris

photographie

Crânes de bovidés

Crânes de bovidés
Crédits : Coll. Eric Buffetaut

photographie

Ptérodactyle

Ptérodactyle
Crédits : Coll. Eric Buffetaut

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie des sciences

Classification

Autres références

«  CUVIER GEORGES (1769-1832)  » est également traité dans :

RECHERCHES SUR LES OSSEMENTS FOSSILES DE QUADRUPÈDES (G. Cuvier)

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Avec la publication, en 1812, de Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l'on rétablit les caractères de plusieurs espèces d'animaux que les révolutions du globe paraissent avoir détruites, Georges Cuvier (1769-1832) établit les principes de la […] Lire la suite

ACTUALISME ET CATASTROPHISME

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 2 436 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le catastrophisme du xixe siècle »  : […] Au xix e  siècle, des évolutions majeures se produisent dans les sciences de la Terre : la longue durée des temps géologiques est établie et la stratigraphie paléontologique se développe ; cette dernière permet des datations relatives des couches et l'identification de la succession d'événements. L'interprétation de ces « archives de la nature » – comme on les nomme à cette époque – se révèle cep […] Lire la suite

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Balzac penseur ? »  : […] Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le meilleur principe d'expl […] Lire la suite

ESPÈCE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GAYON
  •  • 4 765 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Du sens philosophique au sens biologique de la notion d'espèce »  : […] Le terme espèce hérite d'une imposante tradition philosophique qui remonte à l'Antiquité et qui a lourdement pesé sur sa définition en biologie. On peut distinguer historiquement trois grandes étapes aboutissant aux conceptions et controverses biologiques modernes. Le mot species (qui a donné espèce en français) est la traduction latine que Cicéron a proposée du terme grec eidos , peut-être le te […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Naissance de l'idée d'évolution  »  : […] Depuis que la théorie de l'évolution s'est largement répandue, à la fin du xix e  siècle, toute une littérature s'est attachée, sans doute dans un souci de légitimation, à en exhumer de supposés ancêtres depuis l'Antiquité. En fait, la pensée gréco-latine, et après elle la pensée occidentale jusqu'aux Lumières, mettra presque toujours l'accent sur la permanence des formes vivantes au fil des génér […] Lire la suite

FIXISME

  • Écrit par 
  • Hervé LE GUYADER
  •  • 994 mots

Le fixisme correspond à la vision d'une nature qui reste immuable au cours du temps, à partir d'une origine considérée comme une création. C'est pourquoi fixisme et créationnisme recouvrent en réalité une même conception du déroulement temporel de la vie sur Terre. Il est classique d'opposer fixisme et transformisme. Pourtant, beaucoup de résultats obtenus par des scientifiques fixistes seront en […] Lire la suite

FLOURENS PIERRE (1794-1867)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 349 mots

Physiologiste français dont le nom reste attaché à une série d'expériences importantes et précises. Docteur en médecine de la faculté de Montpellier à dix-neuf ans, Flourens vient à Paris travailler avec Cuvier, qui présente en 1822 à l'Académie des sciences les travaux fondamentaux de Flourens sur les fonctions des nerfs : Recherches expérimentales sur les propriétés et les fonctions du système […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les révolutions scientifiques »  : […] Les progrès techniques qui étaient au cœur de la révolution industrielle contribuèrent, par ailleurs, à bouleverser profondément les croyances et les représentations des Français. Le cas des moyens de transport est particulièrement remarquable. La navigation à vapeur et le chemin de fer jouèrent ainsi un rôle décisif dans la diffusion de l'impression selon laquelle l'inconnu allait disparaître du […] Lire la suite

GEOFFROY SAINT-HILAIRE ÉTIENNE (1772-1844)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Destiné à l'Église, Geoffroy Saint-Hilaire étudie au collège de Navarre à Paris. Il s'y lie avec le professeur de latin, Haüy, minéralogiste et botaniste passionné, ami de Daubenton, de Lavoisier et de Berthollet. La Révolution brise sa carrière ecclésiastique, mais, attiré par les sciences naturelles, Geoffroy Saint-Hilaire, fréquente les cours de Jussieu et de Daubenton. Ce dernier le fait nomm […] Lire la suite

LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Pietro CORSI
  •  • 3 181 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie du progrès organique »  : […] Si les spéculations de Lamarck sur la météorologie, la chimie et l'hydrogéologie n'ont plus qu'un intérêt historique, son œuvre dans les domaines de la botanique, de la zoologie, de la paléontologie et de l'évolution suscite une durable admiration. Lamarck a identifié, décrit et nommé, avec pénétration, de très nombreuses espèces dont la validité est encore reconnue. La classification des « anima […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PIVETEAU, « CUVIER GEORGES - (1769-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-cuvier/