MOORE GEORGE EDWARD (1873-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Amitiés et influences

Russell et Moore ont été liés d'une longue amitié. Si Moore doit à Russell d'être devenu philosophe, Russell doit à Moore d'avoir été arraché à l'« ensorcellement » de la philosophie moniste idéaliste des dernières années du xixe siècle. Il lui doit aussi les concepts et les doctrines philosophiques qui étayèrent son analyse logique ; dans la préface aux Principles of Mathematics, il reconnaît un triple emprunt : le pluralisme des choses existantes et des entités, la nature non existentielle des propositions, l'indépendance des propositions par rapport à la connaissance que nous en avons. La théorie du jugement a aussi influé sur la théorie de la dénotation de Russell. Si l'on excepte l'article critique de Moore sur « La Théorie des descriptions » de Russell publié dans The Philosophy of B. Russell, là s'arrête la collaboration de Russell et de Moore. Ce dernier n'est pas un logicien et n'a ni l'ambition de rationalité systématique du premier ni sa nostalgie d'un langage idéal.

Wittgenstein fut l'élève de Moore en 1912. Il partage son attitude face au paradoxe philosophique et cherche à savoir pourquoi le paradoxe le plus criant caractérise l'argumentation philosophique ; Moore se contentait de s'étonner, Wittgenstein en fera une symptomatologie spécifique. Tous deux assignent encore une même tâche de clarification à la philosophie : « Lutter contre l'ensorcellement de notre intelligence par le langage. » Et, si le Tractatus exprime une mentalité russellienne, logico-mathématique et réductionniste, le Wittgenstein des Investigations, qui abandonne les schèmes logiques et les limitations ontologiques, semblera plus proche de Moore.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  MOORE GEORGE EDWARD (1873-1958)  » est également traité dans :

BLOOMSBURY GROUPE DE

  • Écrit par 
  • André TOPIA
  •  • 800 mots
  •  • 1 média

Cénacle d'intellectuels et d'artistes liés à Cambridge, coterie d'esthètes londoniens ou confrérie secrète, le groupe de Bloomsbury fut une nébuleuse insaisissable qui, pendant les dix années précédant la Première Guerre mondiale, eut une influence déterminante sur la vie culturelle anglaise. Littérature, biographie, peinture, économie, sciences sociales, politique, journalisme, peu de domaines lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-de-bloomsbury/#i_22518

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 080 mots

Dans le chapitre « Nom propre et invocation »  : […] Il est facile de se divertir avec Montaigne sur le peu de propriété et le peu d'unicité dont nous gratifie la possession de notre nom. Ou de faire le perplexe, avec Moore, sur le peu d'unité et le peu d'identité à soi que nous concéderait la prolifération plurielle de nos noms :  Mon nom est «  George Edward Moore », mais on m' appelle rarement par ce nom. Je puis dire aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_22518

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des origines aux commencements »  : […] C'est en Angleterre que le mouvement de la « philosophie analytique » se fit reconnaître comme tel, se signalant dès son apparition comme une rupture et une réaction à l'égard d'une école philosophique. Pourtant, les origines sont ailleurs. L'approche analytique et linguistique en philosophie, qui s'annonçait chez Locke et se retrouvait chez Condillac, supposait une nouvelle approche du langage qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_22518

RELATION

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 7 662 mots

Dans le chapitre « Les relations selon Bertrand Russell »  : […] C'est surtout dans l'œuvre de Bertrand Russell (1872-1970) que la théorie moderne des relations prend tout son essor. On peut discerner deux étapes dans l'élaboration de la doctrine russellienne des relations : celle des Principles of Mathematics (1903) et celle des Principia Mathematica (publiés par Russell, en collaboration avec Alfred North Whitehea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relation/#i_22518

SENS COMMUN

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 1 181 mots

La langue ordinaire assimile bon sens et sens commun : une même faculté de juger avec pertinence des situations concrètes, une même estimation de ce qui est réel et de ce que le réel rend possible ; également une mesure de ce qui « fait sens », selon des critères psychologiques et sociologiques implicites. La tradition philosophique tantôt les distingue (Descartes), tantôt préserve l'assimilation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sens-commun/#i_22518

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le système des valeurs, une construction plausible ? »  : […] On peut cependant justifier cette séparation entre faits et valeurs par l'argument de George Edward Moore, dit de « la question ouverte » : si on définit telle situation comme bonne en fonction de traits factuels, comment répondre à la question : « pourquoi ces faits sont-ils bons ? » Moore avait utilisé cet argument pour récuser par avance ce qu'il appelait le « sophisme naturaliste » consistant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_22518

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « MOORE GEORGE EDWARD - (1873-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-edward-moore/