BRANDES GEORG (1842-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les orientations nouvelles

Malheureusement, de telles prises de position n'allaient pas sans revers. Au Danemark même, cet iconoclaste était mal vu de la « réaction ». On s'en prit, comme toujours, aux résonances morales que pouvait avoir cette œuvre fracassante. Accusé de pervertir la jeunesse, de chercher à dissoudre la société et de vanter l'immoralisme, Brandes se voit refuser la chaire d'esthétique qui lui revenait de droit à l'université, et doit s'exiler. De 1877 à 1882, il s'établit à Berlin où il va faire la découverte de Nietzsche qu'il contribuera, par ses études écrites directement en allemand, à faire connaître en Allemagne même. Il publie de nombreuses monographies pendant cette période.

L'influence capitale qu'il a subie est celle de Nietzsche. Désormais, il vivra sous l'emprise du culte du « surhomme », à quoi tendait une disposition profonde de son être. Il cherche, de plus en plus, à défendre les droits d'une aristocratie de l'esprit et à remplacer la religion par le culte des héros. Rentré à Copenhague en 1882, il y publie des études nombreuses et variées où se confirment son cosmopolitisme intellectuel, son esprit critique et sa nouvelle orientation nietzschéenne.

Et pourtant, il n'est pas heureux. Est-ce l'influence de Nietzsche ? Est-ce le phénomène banal qui veut qu'en matière d'art et de politique les prophètes d'hier deviennent la piétaille d'aujourd'hui, les événements se chargeant vite d'incarner leurs prédictions, voire de les dépasser, faisant alors passer le « mage » de naguère de l'avant-garde au gros de la troupe ? Toujours est-il qu'il développe à cette époque un curieux mépris de l'humain, une tendance, fâcheuse chez cet entraîneur, au pessimisme vaticinateur, une sympathie boudeuse pour ceux qui se tiennent à l'écart de la foule. Il se met à écrire ses souvenirs : Enfance et jeunesse (1905), Une décennie (1907), Prisons et horizons (1908). La guerre éclatant, il cherchera, après une vaine polémique avec Clemenceau, le compagnon d'autrefois, à adopter une attitude à la Romain Rolland, à se tenir « au-dessus de la mêlée » (La Guerre m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BRANDES GEORG (1842-1927)  » est également traité dans :

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La percée moderne et ses suites »  : […] La seconde moitié du xix e  siècle voit, dans plusieurs pays d'Europe, la montée d'un mouvement de type réaliste qui se substitue au romantisme. Ces idées nouvelles gagnent le Danemark vers 1870. Le porte-parole des temps nouveaux fut Georg Brandes (1842-1927). Dans ses célèbres conférences publiques de 1871 ( Les Grands Courants de la littérature européenne ), il déclara la guerre aux traditions […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Réalisme et naturalisme (1850-1890) »  : […] L'époque qui suit voit d'importants changements économiques et sociaux. Il en résulte de vives luttes politiques, paysans et classe moyenne fortement nationalistes s'opposant à une droite royaliste et unioniste. En 1884, la gauche accède au pouvoir et introduit le parlementarisme dans les mœurs. C'est aussi le moment où la Norvège s'ouvre aux influences extérieures. Positivisme, rationalisme, util […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « BRANDES GEORG - (1842-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-brandes/