BRANDES GEORG (1842-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le comparatisme, branche moderne de l'histoire littéraire, exige des esprits brillants, ouverts à toutes les influences, curieux de nouveautés, découvreurs, traducteurs et vulgarisateurs inlassables. En même temps, rien n'est plus ingrat que le rôle d'« intermédiaire », car il faut savoir s'effacer devant les théories et les œuvres divulguées. Qui se souvient en France de Xavier Marmier ? Voilà pourquoi Georg Brandes, quelles que soient ses opinions, mérite une place à part dans notre estime. Il ne suffit pas de dire qu'il est le père du comparatisme et qu'il a fait entrer d'un coup la littérature scandinave dans l'ère moderne, l'homme lui-même est fascinant.

Naissance d'un critique

Georg Harris Cohen Brandes est né à Copenhague, de parents juifs commerçants. Ses ascendances expliquent quelques-uns de ses traits marquants : son intelligence aiguë, sa passion pour les idées, sa perméabilité très grande aux influences successives, sa curiosité, ses fulgurantes intuitions. Il entreprend ses études en 1859, obtient sa licence d'esthétique en 1864. La mode étant à Hegel, tel que l'a vulgarisé Johan Ludvig Heiberg, il milite aussitôt en sa faveur, dans ses critiques dramatiques du Journal illustré, dans ses Études esthétiques (1868) et ses Critiques et portraits (1870).

Puis il découvre la pensée française, avec laquelle il se familiarise progressivement et qu'un séjour de quelques mois à Paris, en 1867, lui fait connaître de tout près. Sainte-Beuve lui enseigne à chercher l'homme derrière l'œuvre, et la psychologie dans l'homme. Taine le convertit à la célèbre théorie de la race, du milieu et du moment. Il reprend toutes ces vues dans sa thèse de doctorat, L'Esthétique française de nos jours (1870), et va chercher sur place, en 1870-1871, en Angleterre, France et Italie, les témoignages dont il a besoin. Il rencontre Taine, Renan, Ibsen et Stuart Mill dont il vient de traduire l'Assujettissement des femmes. Rentré au Danemark, sa voie est tracée pour dix ans : il se sent la mission de sortir le Danemark, et le Nord en général, de l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BRANDES GEORG (1842-1927)  » est également traité dans :

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La percée moderne et ses suites »  : […] La seconde moitié du xix e  siècle voit, dans plusieurs pays d'Europe, la montée d'un mouvement de type réaliste qui se substitue au romantisme. Ces idées nouvelles gagnent le Danemark vers 1870. Le porte-parole des temps nouveaux fut Georg Brandes (1842-1927). Dans ses célèbres conférences publiques de 1871 ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danemark/#i_11463

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Réalisme et naturalisme (1850-1890) »  : […] L'époque qui suit voit d'importants changements économiques et sociaux. Il en résulte de vives luttes politiques, paysans et classe moyenne fortement nationalistes s'opposant à une droite royaliste et unioniste. En 1884, la gauche accède au pouvoir et introduit le parlementarisme dans les mœurs. C'est aussi le moment où la Norvège s'ouvre aux influences extérieures. Positivisme, rationalisme, util […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_11463

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « BRANDES GEORG - (1842-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-brandes/