Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÉNOMIQUE Les fusions cellulaires

Les applications médicales de la technique de fusion cellulaire

Recherche des effets de complémentation génétique

La possibilité d'obtenir des hybrides entre des cellules provenant de malades a permis de réaliser enfin chez l'homme le test de complémentation fonctionnelle et donc de démontrer qu'il existe une hétérogénéité génétique chez des malades atteints, par exemple, de galactosémie, xerodermapigmentosum ou de syndrome de Lesh-Nyan.

Cette méthode d'analyse génétique est simple, rapide et permet d'étudier la complexité de certaines maladies génétiques. Par exemple, l'analyse d'une maladie apparemment simple comme le xerodermapigmentosum (hypersensibilité aux rayons du soleil avec risque élevé de cancer cutané) a permis de découvrir que cette maladie est due à l'existence de sept différents types de mutations avec sept groupes de complémentations génétiques fonctionnelles. Il conviendra de relier ultérieurement chacune de ces mutations à un défaut biochimique afin de développer à leur sujet des thérapeutiques nouvelles.

Hybridomes et production d'anticorps monoclonaux

Hybridomes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hybridomes

Une des premières applications de l'hybridation cellulaire somatique a été la fusion entre cellules d'un myélome de souris et lymphocytes d'une souris immunisée (fig. 3). L'hybride obtenu, appelé hybridome, permet d'obtenir des clones cellulaires produisant des anticorps in vitro. Ce sont des lignées permanentes produisant des anticorps monospécifiques et homogènes en quantité illimitée. On utilise actuellement en biologie et en médecine des anticorps monoclonaux antiviraux dans un but diagnostique et thérapeutique ;

– des anticorps monoclonaux de typage de groupes sanguins ou tissulaires, qui sont des réactifs standardisés, mondialement distribués, pour le typage des transplantations d'organes ;

– des anticorps destinés aux colonnes d'affinité sur lesquelles on peut purifier des molécules biologiques d'une manière simple et rapide ;

– des anticorps monoclonaux agissant contre des antigènes de différenciation cellulaire présents sur de faibles fractions de populations cellulaires.

La méthode des hybridomes est utilisée pour fabriquer des lignées permanentes possédant des fonctions différenciées, comme des lignées T, ou des lignées hybrides produisant des hormones spécifiques, ou encore des facteurs de croissance cellulaire, du type des interleukines.

En conclusion, depuis la découverte des hybrides somatiques par Georges Barski, Serge Sorieul et Francine Cornefert, en 1960, la génétique somatique a clairement démontré la fécondité des recherches concernant l'organisation, l'expression et la régulation des gènes chez de nombreuses espèces, y compris l'homme. La possibilité de manipuler et d'introduire du matériel génétique dans des cellules en culture nous permet maintenant d'étudier l'expression des gènes au niveau de la cellule in vitro, mais aussi in vivo dans un organisme entier. Ces méthodes de génétique somatique, ainsi que leur développement moléculaire, sont des outils très importants de la biologie.

— Marc FELLOUS

— France LATRON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., chef du Laboratoire de virologie et de culture de tissus à l'Institut Gustave- Roussy, Villejuif
  • : professeur à l'Institut Pasteur, professeur de génétique à l'université de Paris-VII
  • : Biologiste, chercheur au Centre national de transfusion sanguine

Classification

Pour citer cet article

Georges BARSKI, Marc FELLOUS et France LATRON. GÉNOMIQUE - Les fusions cellulaires [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Hybridomes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hybridomes

Autres références

  • SÉQUENÇAGE DU GÉNOME HUMAIN, en bref

    • Écrit par Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS, Universalis
    • 286 mots

    Le 12 février 2001, les revues scientifiques Nature et Science publient la séquence quasi complète des trois milliards de bases du génome humain. Cette double publication conclut par un ex aequo la compétition entre un consortium international de laboratoires publics, qui a commencé ses...

  • BIOTECHNOLOGIES

    • Écrit par Pierre TAMBOURIN
    • 5 368 mots
    • 4 médias
    Des gènes responsables de la résistance aux herbicides, aux infections virales, fongiques ou bactériennes, identifiés grâce au progrès de lagénomique, sont utilisés pour transférer aux plantes ces mêmes propriétés de résistance. C'est en 1985 que les premiers essais en champ de plantes transgéniques...
  • BOTANIQUE

    • Écrit par Sophie NADOT, Hervé SAUQUET
    • 5 647 mots
    • 7 médias
    ...scientifique s'est accélérée, engendrant des bouleversements imprévisibles de notre compréhension du monde, y compris celui des plantes. La génomique, par exemple, est en train de révéler une évolution et un fonctionnement bien plus complexe des génomes d'eucaryotes (organismes pourvus d'un...
  • CANCER - Cancer et santé publique

    • Écrit par Maurice TUBIANA
    • 14 762 mots
    • 8 médias
    ... représente un autre domaine de recherche. Maintenant qu'ont été identifiés les défauts du génome caractérisant les cellules cancéreuses, il est tentant d'essayer de les corriger et de faire redevenir normales les cellules cancéreuses. Quelques résultats ont été obtenus chez l'homme dans...
  • Afficher les 27 références

Voir aussi