GÉDÉON, juge d'Israël (XIIIe ou XIIe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus célèbres des grands juges d'Israël durant la période qui sépare la conquête de la Palestine des premiers essais de royauté, Gédéon (en hébreu, Gideôn) est l'auteur de faits de guerre éclatants qui sont racontés dans le Livre biblique des Juges. Il y est surnommé Yerub-baal (« Que Baal se montre grand », Juges, vi, 32 ; vii, 1) ; dans II Samuel, xi, 21, ce surnom est déformé en Yerub-boshet, afin d'éviter le nom de Baal.

Comme celle d'autres juges (même si la tradition deutéronomiste a voulu voir en ces chefs inspirés les représentants d'un pouvoir souverain sur tout Israël), l'influence de Gédéon se limitait au plan régional : il était de la tribu de Manassé. Il est appelé par l'Ange de Dieu à combattre les Madianites qui ravagent sans cesse les régions habitées par les Israélites. Sa réponse à l'appel de Dieu est extrêmement hésitante et il lui faudra plusieurs signes pour s'engager. Enfin, la veille de la bataille, Gédéon, manifestant son attachement à son dieu Yahvé, détruit de nuit l'autel de Baal que son père avait érigé. Mais il lui faudra encore un dernier signe qui lui sera donné par l'épreuve de la toison (source abondante d'inspiration pour la symbolique et l'iconographie médiévales). Gédéon attaque alors l'ennemi par ruse et avec peu d'hommes. Le camp des Madianites est dispersé et le butin pris aux fuyards est considérable. Les habitants de la région proposent au héros d'être leur roi, mais celui-ci refuse pour que Yahvé reste seul roi en Israël. À la mort de Gédéon, Israël fera un essai de royauté avec Abimélek, un des fils du juge et d'une concubine de Sichem, mais la tentative avortera au bout de trois ans. L'intention antimonarchique de l'auteur des chapitres consacrés à Gédéon est évidente.

La figure de Gédéon est celle du personnage charismatique classique de l'ancien Israël : médiateur d'un acte politique de libération que Yahvé en personne était dit opérer entièrement par son action directe. Avec la guerre de Gédéon contre Madian, la conception de l'entière suffisance des interventions de Yahvé est poussée à l'extrême. Le nombre infime des combattants (Juges, vii, 7) et le fait qu'ils n'aient même pas eu à intervenir (Juges, vii, 16-22) s'inscrivent dans cette vue théologique de l'histoire : l'action divine exclut toute opération humaine.

L'histoire biblique de Gédéon est la compilation de deux sources qui n'avaient d'abord aucun lien entre elles : le récit rapporté dans Juges, viii, 4-21, qui a perdu son début, est en fait étranger au récit bien plus long contenu dans Juges, vi, 1-viii, 3 et viii, 22-34 (encore ce dernier passage ne possède-t-il pas une unité totale).

L'exploit de Gédéon contre Madian marque fortement la conscience israélite. Le Livre d'Isaïe, xi, 3, parlant du « jour de Madian », présente cette victoire comme l'exemple d'un succès typique particulièrement brillant. Gédéon est mentionné en compagnie d'autres chefs célèbres d'Israël dans l'Épître aux Hébreux, xi, 32-34, comme modèle de l'homme qui se rend victorieux, par la foi, des obstacles les plus irrésistibles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GÉDÉON, juge d'Israël ( XIII e ou XII e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La conquête de Canaan, les Juges (1272-1020) »  : […] Canaan n'est plus le territoire faiblement peuplé de la période patriarcale. Géographiquement, c'est bien le pays de montagnes et de vallées promis par Dieu ; ses collines sillonnées de ruisseaux multiples en font une terre arrosée par les eaux du ciel. Mais Canaan abrite une civilisation parvenue à maturité à l'époque du bronze récent ; des cités-États, places fortes entourées de puissantes murai […] Lire la suite

OPHRAH

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 242 mots

Sanctuaire traditionnel de la tribu de Manassé et du clan d'Abiézer situé au cœur de la montagne de Cisjordanie. D'après les traditions bibliques, Gédéon détruit l'autel et le pieu sacré du sanctuaire cananéen d'Ophrah dédié à Baal (Jug., vi , 25-32) et y bâtit un nouvel autel à côté de l'arbre sacré (Jug., vi , 11-24), de telle façon que ce sanctuaire soit désormais dédié à Yahvé, Dieu d'Israël. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « GÉDÉON, juge d'Israël (XIIIe ou XIIe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gedeon-juge-d-israel/