Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GAULLISME

Post-gaullisme ou néo-gaullisme ?

Après la mort de Georges Pompidou en 1974, le destin du gaullisme apparaît moins clair. Privé d'un leader naturel en la personne du chef de l'État, puisque durant plus de vingt années l'Élysée sera occupé par le libéral Valéry Giscard d'Estaing puis par le socialiste François Mitterrand, il se réduit à la formation gaulliste. Encore celle-ci se trouve-t-elle déchirée en 1974 entre les gaullistes orthodoxes qui ont soutenu la candidature à la présidence de la République de Jacques Chaban-Delmas et les pompidoliens qui, derrière Jacques Chirac, ont fait échouer celle-ci en favorisant l'élection de Valéry Giscard d'Estaing.

La nomination de Jacques Chirac comme Premier ministre en mai 1974, sa prise d'assaut de l'U.D.R. malgré la résistance des « barons » en décembre, puis la mise à l'écart de ceux-ci, constituent clairement le gaullisme, selon la voie pompidolienne, en composante d'une droite dont elle est le centre de gravité. La rupture entre Valéry Giscard d'Estaing et son Premier ministre, marquée par la démission de ce dernier en août 1976, puis la transformation en décembre 1976 de l'U.D.R. en Rassemblement pour la République (R.P.R.), machine politique destinée à soutenir les ambitions présidentielles de Jacques Chirac, scellent le destin du gaullisme. L'histoire de celui-ci se confond désormais avec la longue liste des coups d'éclat et des échecs de Jacques Chirac, ces derniers étant suivis de crises récurrentes de la formation néo-gaulliste dont son principal dirigeant finit toujours par triompher. Son élection à la présidence de la République en 1995, puis sa réélection spectaculaire dans des circonstances pour le moins inattendues en 2002, enfin la conquête la même année d'une majorité nette aux élections législatives représentent-elles une résurrection du gaullisme absolu de l'époque du général ?

La réponse paraît clairement négative. Moins en raison d'une quelconque trahison du gaullisme par ses lointains héritiers, encore que la référence rituelle au général ait disparu à la fin du xxe siècle, que parce que ce qui rendait le gaullisme opératoire dans les années 1960 a cessé de l'être quelques décennies plus tard. Des deux axes fondamentaux que constituaient l'État fort aux tendances monarchiques et la volonté d'affirmer la grandeur de la nation, le premier a été mis à mal par les expériences de cohabitation et l'exigence par l'opinion d'une présidence modeste, attentive aux besoins des citoyens ; le second est rendu sans objet par l'inclusion de la France dans l'ensemble européen et par les effets de la mondialisation. Le gaullisme, ayant épuisé ses vertus politiques ne peut plus répondre aux problèmes de la France des débuts du xxie siècle ; il subsiste sans doute sous la forme de fidélités au niveau des hommes, des idées, des courants de droite (ou de gauche), mais a cessé d'être une culture politique opératoire. Et il est caractéristique que le parti qui en a constitué le dernier avatar se soit fondu à l'automne de 2002 au sein d'un vaste rassemblement de droite, l'Union pour un mouvement populaire (U.M.P.). Soixante ans après sa naissance, le gaullisme appartient désormais à l'histoire.

— Serge BERSTEIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Pour citer cet article

Serge BERSTEIN. GAULLISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Essais nucléaires français au Sahara algérien - crédits : CEA

Essais nucléaires français au Sahara algérien

Autres références

  • BOUCHINET-SERREULLES CLAUDE (1912-2000)

    • Écrit par
    • 679 mots

    Claude Bouchinet-Serreulles, fils d'industriel, né le 26 janvier 1912 à Paris, licencié en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, avait observé les méfaits du nazisme en 1937-1938 lorsqu'il avait été attaché du conseiller commercial à Berlin. Officier d'ordonnance...

  • CHABAN-DELMAS JACQUES (1915-2000)

    • Écrit par
    • 887 mots

    Général à vingt-neuf ans, député radical à trente et un ans, maire de Bordeaux durant quarante-sept ans, ministre de Mendès France, Premier ministre de Georges Pompidou, Jacques Chaban-Delmas a été aux premiers rangs de la vie politique durant un demi-siècle. À sa mort, survenue le 10 novembre...

  • CHALANDON ALBIN (1920-2020)

    • Écrit par
    • 1 064 mots

    Haut fonctionnaire, homme d’affaires et homme politique français, ancien résistant, gaulliste de la première heure, Albin Chalandon a dirigé plusieurs ministères avant de devenir P-DG d’Elf-Aquitaine, puis d’occuper le poste de garde des Sceaux de 1986 à 1988.

    Né le 11 juin 1920 dans la commune...

  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

    • Écrit par
    • 8 909 mots
    • 15 médias
    ...très courte campagne. Les résultats confirment ceux du référendum. L'Union pour la nouvelle République (U.N.R.), créée le 1er octobre pour rassembler les gaullistes, obtient un gros succès, avec 212 élus. Le mode de scrutin majoritaire a donné une prime très importante aux gaullistes : avec 20,3 p....
  • Afficher les 34 références