CHALANDON ALBIN (1920-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Haut fonctionnaire, homme d’affaires et homme politique français, ancien résistant, gaulliste de la première heure, Albin Chalandon a dirigé plusieurs ministères avant de devenir P-DG d’Elf-Aquitaine, puis d’occuper le poste de garde des Sceaux de 1986 à 1988.

Né le 11 juin 1920 dans la commune de Reyrieux (Ain), dont son père, un industriel, était le maire, Albin Chalandon fait ses études au lycée Condorcet à Paris, avant d’obtenir une licence ès lettres et un diplôme d’études de philosophie. Mais la guerre le rattrape et, très jeune, à l’âge de vingt-trois ans, il s’engage dans la Résistance, rejoint un maquis dans la forêt d’Orléans, prend le commandement d’une compagnie, avant d’être blessé au cours d’un affrontement avec un régiment SS. Il participe néanmoins à la libération de Paris, notamment à la prise du Palais-Bourbon et du Quai d’Orsay.

Albin Chalandon est reçu dès le mois d’avril 1945 à l’Inspection des finances. Il intègre bientôt les cabinets ministériels des gouvernements provisoires, puis ceux de la IVe République : il est chargé de mission auprès de deux présidents du Conseil socialistes, Léon Blum et Paul Ramadier, puis auprès du ministre radical des Finances, René Mayer. Ce qui ne l’empêche pas d’adhérer, en 1948, au Rassemblement du peuple français (RPF) que vient de fonder le général de Gaulle et dont il devient le délégué général adjoint à l’action ouvrière et professionnelle.

C’est le début d’une longue carrière, qui sera marquée par des allers-retours entre une vie professionnelle dans le monde économique et son engagement politique, quand il ne mène pas les deux de pair. En 1952, Albin Chalandon crée, au côté de Marcel Dassault, la Banque commerciale de Paris, dont il sera le P-DG entre 1964 et 1968. Après avoir démissionné, en 1955, de l’Inspection des finances, le voici trésorier (1958), puis sec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Autres références

«  CHALANDON ALBIN (1920-2020)  » est également traité dans :

URBANISME - L'urbanisme en France au XXe siècle

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 10 183 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la ville à l'urbain »  : […] Le 21 mars 1973, une directive ministérielle met fin à la construction des grands ensembles. Les mesures adoptées par la suite, notamment par le ministre de l'Équipement et du Logement Albin Chalandon, mettront l'accent sur les programmes de construction de maisons individuelles et de petits immeubles collectifs. Cette incitation à l'urbanisme pavillonnaire aura pour conséquence un étalement de p […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Procès successifs des membres d'Action directe. 12-25 février 1988

d'assises spéciale de Paris, composée de sept magistrats professionnels, alors que se multiplient les motions de soutien à l'égard du mouvement de grève de la faim demandant l'amélioration de leurs conditions de détention. Cependant le gouvernement reste intransigeant, Albin Chalandon, ministre […] Lire la suite

France. Rapport sur le Code de la nationalité. 7 janvier 1988

de seize membres, vont à l'encontre de ce que prévoyait le projet de loi, présenté par Albin Chalandon et approuvé par le Conseil des ministres du 12 novembre 1986, qui avait suscité une vive opposition : elles suggèrent de faciliter l'accession à la citoyenneté française des jeunes étrangers nés […] Lire la suite

France. Intrusion des « affaires » dans la vie politique. 8-29 octobre 1987

son innocence. Après le vote de la résolution, le 10 décembre, par le Sénat, le dossier sera transmis à une commission d'instruction composée de cinq magistrats membres de la Cour de cassation. Le 12, le journal Le Monde révèle qu'Albin Chalandon possédait un compte courant rémunéré à […] Lire la suite

France. Faillite frauduleuse de la joaillerie Chaumet. 10 juin - 10 juillet 1987

de ses activités, le célèbre joaillier de la place Vendôme compte parmi ses créanciers plusieurs personnalités, dont le président zaïrois Mobutu, le roi Hassan II du Maroc, ainsi que le garde des Sceaux Albin Chalandon. Le 13, les frères Jacques et Pierre Chaumet, propriétaires de la joaillerie, sont incarcérés […] Lire la suite

France. Mise en accusation de Christian Nucci devant la Haute Cour de justice se précise. 6-27 mai 1987

ministre socialiste de la Coopération, accusé d'avoir détourné « à son profit [...] une somme globale minimum de 7 048 490 F ». Le 12, Albin Chalandon transmet officiellement au Parlement le dossier judiciaire de Christian Nucci. LeR.P.R. rédige le jour même un projet de saisine qu'il transmet aux […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « CHALANDON ALBIN - (1920-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albin-chalandon/