MIRON GASTON (1928-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les écrivains québécois, Gaston Miron n'est pas le plus connu (du moins hors du Québec), ni celui dont l'œuvre est la plus abondante, ni le plus novateur, le plus « sauvage » ou le plus débridé, mais il est peut-être le plus poète et le plus québécois. Car son œuvre, ainsi que la trajectoire de son existence et même sa présence physique, se sont confondues avec l'affirmation de l'identité québécoise. Sa poésie est reconquête d'un pays, invention d'une patrie.

Né à Sainte-Agathe-des-Monts, « dans les vieilles montagnes râpées du Nord », issu d'une famille de ce Québec rural où l'on était traditionnellement paysan, trappeur, bûcheron, Gaston Miron a été, comme beaucoup de sa génération, attiré par la grande ville, et il est venu, en 1947, s'installer à Montréal pour y exercer divers métiers et, peu à peu, y découvrir sa voie, dans un double engagement dont les deux composantes, politique et poétique, sont intimement associées. Ses premiers poèmes sont publiés dans des journaux et des revues comme Le Devoir ou Amérique française. Surtout, il devient, en 1953, l'un des fondateurs et le principal animateur des éditions de l'Hexagone (le nom n'a évidemment aucun rapport avec la forme de la carte de France : il évoque l'égalité de principe des six cofondateurs). Très rapidement, l'Hexagone rassemble autour d'un projet commun (fonder le pays québécois, inventer une parole québécoise) les poètes qui veulent agir par la poésie et participer aux luttes militantes. Son influence a été déterminante pour donner cohérence et ampleur à la jeune littérature québécoise. Miron y publie, en collaboration avec Olivier Marchand, un premier recueil : Deux Sangs. Il commence aussi la rédaction de grands cycles poétiques (La Batêche, La Marche à l'Amour, La Vie agonique) dont il détache des fragments qui paraissent en revue (notamment dans Liberté et Parti pris) et qu'il fait connaître par des récitals et des lectures publiques. En même temps, on le rencontre dans pratiquement tous le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MIRON GASTON (1928-1996)  » est également traité dans :

L'HOMME RAPAILLÉ, Gaston Miron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 1 248 mots

C'est en 1970 que Gaston Miron (1928-1996), lauréat du prix littéraire de la revue montréalaise Études françaises, accepte de laisser réunir en un volume des poèmes et des textes jusqu'alors dispersés dans des plaquettes ou des publications devenues introuvables. Ainsi, à un moment crucial dans l'évolution du Québec moderne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-rapaille/#i_88455

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 457 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une poésie de résistance »  : […] Avec Gaston Miron (1928-1996), le plus écouté des poètes québécois, par son rôle d'animateur, son engagement militant et la qualité de son expérience poétique, la poésie se définit comme une « anthropologie », c'est-à-dire comme une défense et illustration d'un être collectif québécois : l'aventure personnelle, dans ce qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quebec/#i_88455

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « MIRON GASTON - (1928-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-miron/