MIRON GASTON (1928-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les écrivains québécois, Gaston Miron n'est pas le plus connu (du moins hors du Québec), ni celui dont l'œuvre est la plus abondante, ni le plus novateur, le plus « sauvage » ou le plus débridé, mais il est peut-être le plus poète et le plus québécois. Car son œuvre, ainsi que la trajectoire de son existence et même sa présence physique, se sont confondues avec l'affirmation de l'identité québécoise. Sa poésie est reconquête d'un pays, invention d'une patrie.

Né à Sainte-Agathe-des-Monts, « dans les vieilles montagnes râpées du Nord », issu d'une famille de ce Québec rural où l'on était traditionnellement paysan, trappeur, bûcheron, Gaston Miron a été, comme beaucoup de sa génération, attiré par la grande ville, et il est venu, en 1947, s'installer à Montréal pour y exercer divers métiers et, peu à peu, y découvrir sa voie, dans un double engagement dont les deux composantes, politique et poétique, sont intimement associées. Ses premiers poèmes sont publiés dans des journaux et des revues comme Le Devoir ou Amérique française. Surtout, il devient, en 1953, l'un des fondateurs et le principal animateur des éditions de l'Hexagone (le nom n'a évidemment aucun rapport avec la forme de la carte de France : il évoque l'égalité de principe des six cofondateurs). Très rapidement, l'Hexagone rassemble autour d'un projet commun (fonder le pays québécois, inventer une parole québécoise) les poètes qui veulent agir par la poésie et participer aux luttes militantes. Son influence a été déterminante pour donner cohérence et ampleur à la jeune littérature québécoise. Miron y publie, en collaboration avec Olivier Marchand, un premier recueil : Deux Sangs. Il commence aussi la rédaction de grands cycles poétiques (La Batêche, La Marche à l'Amour, La Vie agonique) dont il détache des fragments qui paraissent en revue (notamment dans Liberté et Parti pris) et qu'il fait connaître par des récitals et des lectures publiques. En même temps, on le rencontre dans pratiquement tous les mouvements politiques de tendance indépendantiste (Rassemblement pour l'indépendance nationale ; Mouvement de libération populaire ; Parti socialiste québécois ; etc.). Militant séparatiste légendaire à Montréal, poète reconnu par un public chaleureux, il construit cette figure que célèbre le poète Jacques Brault dans une conférence mémorable de 1966 : Miron le Magnifique. Volubile, gesticulant, prompt à se répandre en imprécations, laissant déferler un rire qui balaie toute opposition, Miron incarne, dans sa personne même, la vitalité des Québécois et leur volonté de s'affirmer. Il est emprisonné au moment de la grave crise d'octobre 1970, quand le Front de libération québécois passe à l'action violente. Mais cette même année, le rassemblement dans L'Homme rapaillé de ses poèmes éparpillés et de proses de réflexion et de combat confirme sa stature de poète québécois majeur. Un second recueil poétique, Courtepointes, paraît en 1975. Une édition française de L'Homme rapaillé, en 1981, rencontre une audience remarquable.

Gaston Miron

Photographie : Gaston Miron

En 1970, la publication de L'Homme rapaillé consacre Gaston Miron comme un poète de première importance. « Rapailler », c'est-à-dire rassembler, semble bien avoir été le souci premier de l'écrivain qui, en fondant les éditions de l'Hexagone, ne contribua pas peu à l'affirmation de... 

Crédits : Jean Pol Stercq/ Opale/ Leemage

Afficher

La poésie de Gaston Miron est parole arrachée vive à l'action, insurrection du langage contre le sentiment de la dépossession de soi-même. Elle ne vise pas à produire une œuvre achevée. Elle cherche à rassembler, à réunifier des éléments qui ont été dissociés, partagés, dispersés, aliénés. Ce qu'indiquent clairement les titres des deux recueils. Car « rapailler », c'est rassembler des éléments épars, refaire ce qui a été détérioré. Et les « courtepointes » du Québec sont couvertures de lit, somptueuses parfois, mais fabriquées traditionnellement en cousant ensemble des pièces plus ou moins disparates.

Le disparate des recueils s'explique par les nécessités de l'action : il s'agit de rassembler l'effort collectif d'un peuple pour récupérer son identité. Poésie agissante donc, orientée vers un avenir qu'elle entend mettre au monde (Gaston Miron préfère se définir comme un agitateur plutôt que comme un poète). Poésie efficace, parce qu'elle tient encore fortement à l'oralité. Parole mobile, toujours en gestation : il lui est difficile de s'en tenir à une forme définitive. Les poèmes publiés ne sont que des fragments arrachés, éparpillés aux quatre vents de l'histoire, fixés au hasard de l'écriture.

Une telle poésie est nécessairement autobiographique. L'Homme rapaillé parcourt les éta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MIRON GASTON (1928-1996)  » est également traité dans :

L'HOMME RAPAILLÉ, Gaston Miron - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 1 248 mots

C'est en 1970 que Gaston Miron (1928-1996), lauréat du prix littéraire de la revue montréalaise Études françaises, accepte de laisser réunir en un volume des poèmes et des textes jusqu'alors dispersés dans des plaquettes ou des publications devenues introuvables. Ainsi, à un moment crucial dans […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 233 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 4 989 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une esthétique de la résistance »  : […] Nombre d’auteurs postcoloniaux refusent l’idée de l’art pour l’art. Ils pratiquent une esthétique de la résistance, appuyée tant sur des essais de combat (Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme , 1950 [puis 1955 chez Présence Africaine pour l’édition que l’on peut considérer comme définitive] ; Albert Memmi, Portrait du colonisé , 1957 ; Frantz Fanon, Les Damnés de la terre , 1961) que sur la […] Lire la suite

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 458 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une poésie de résistance »  : […] La poésie du Québec procède du mouvement de résistance à la suprématie anglo-américaine : elle est parole d'affirmation, de reprise de possession de soi-même et de son pays. Sensible déjà dans l'œuvre des « quatre grands aînés » (Saint-Denys Garneau, Alain Grandbois, Anne Hébert, Rina Lasnier), découvreurs d'une modernité poétique tournant le dos au conformisme social, la volonté d'inventer un nou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « MIRON GASTON - (1928-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-miron/