TARBES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Préfecture des Hautes-Pyrénées, Tarbes comptait 42 870 habitants (en 2013) et forme, avec quatorze communes voisines, une communauté d’agglomération de près de 80 000 habitants. Dans la région Midi-Pyrénées (intégrée depuis 2016 dans la nouvelle région Occitanie), Tarbes se situait au deuxième rang, loin toutefois derrière Toulouse, près de dix fois plus peuplée. Son pôle urbain rayonne sur 84 communes où réside une partie de sa population active. L'ensemble forme ainsi une aire urbaine de plus de 115 000 habitants, deux fois moins peuplée que celle de Pau, sa concurrente, rattachée administrativement à la région Nouvelle-Aquitaine voisine, alors que leurs deux villes-centres sont éloignées de 45 kilomètres seulement.

Tarbes : le musée Massey

Photographie : Tarbes : le musée Massey

Le musée Massey se situe dans le centre de Tarbes, au cœur d'un parc à l'anglaise du XIXe siècle. Créé par Placide Massey, horticulteur tarbais, ce jardin offre une végétation très riche composée d'essences variées, certains arbres datant de 1830. Le musée, consacré aux Beaux-Arts,... 

Crédits : C. Desroches

Afficher

Occitanie : carte administrative

Carte : Occitanie : carte administrative

Carte administrative de la région Occitanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Dans la plaine de l'Adour, la capitale de la Bigorre est l'une des grandes villes du piémont pyrénéen, dont l'activité a longtemps été fondée sur les échanges entre la montagne proche et son avant-pays.

Ville-marché, elle bénéficie d'une excellente situation sur les grandes voies de circulation (route, autoroute A64, voie ferrée) conduisant de Toulouse à Bayonne, tracées au pied de la chaîne qui les domine brutalement au sud. À Tarbes, ou à proximité, viennent se greffer sur ces axes les routes qui pénètrent dans la montagne et desservent par Lourdes, Bagnères-de-Bigorre, Argelès-Gazost..., les stations de sports d'hiver et plusieurs vallées méridiennes (nord-sud) qui, faute d'infrastructures suffisantes et en raison de l'altitude de la ligne de crête, ne permettent pas des relations directes avec l'Espagne dans cette partie centrale de la chaîne.

Ville de garnison, dotée de haras nationaux depuis 1806, Tarbes fut, après 1871, le siège d'un important arsenal militaire qui en fit une ville ouvrière. L'équipement des Pyrénées pour la production de houille blanche et le rôle actif joué en ce domaine par la Compagnie des chemins de fer du Midi lui ont apporté de gros établissements (constructions électriques, matériel ferroviaire...) filiales de grands groupes industriels. L'éloignement du front pendant la Première Guerre mondiale a conforté cette fonction industrielle. Cette situation géographique joua à nouveau en faveur de l'agglomération de Tarbes, dans l'entre-deux-guerres, et y attira d'autres industries stratégiques (constructions aéronautiques Morane-Saulnier et moteurs d'avion Hispano-Suiza), hors de portée des bombardiers allemands.

De ce fait, Tarbes a sans doute négligé les activités tertiaires qui ont permis, dans les années 1960, à Pau de faire figure de capitale d'une entité qui ne vit jamais le jour, les « Pays de l'Adour », la division administrative rattachant les deux villes à des régions différentes. Dans le domaine universitaire, le contraste est frappant : Pau est devenu le siège d'une grande université, rapidement émancipée de la tutelle de Bordeaux, tandis que Tarbes, trop tard candidate à cette fonction, est dotée seulement d'une École d'ingénieurs depuis 1962, d'un IUT et d'antennes universitaires de Toulouse.

C'est pour la ville un sérieux handicap, d'autant plus grave que ses industries connaissent, depuis les années 1970, une très grave crise : fermetures d'usines, réductions d'effectifs... Les constructions mécaniques et électriques (Ceraver, Alstom) ont été durement affectées tandis que l'Arsenal, pilier de la vie industrielle, rattaché en 1989 à l'entreprise nationale GIAT industries (ministère de la Défense, devenue Nexter), a vu passer ses effectifs, en deux décennies, de 3 000 à quelques centaines. Des pertes que ne compense pas le maintien de la production dans la construction aéronautique (Daher, ancienne filiale d’EADS, installée à proximité de l’aéroport Tarbes-Lourdes-Pyrénées).

Une page de l'histoire de Tarbes se tourne, appelant de nouvelles stratégies de développement entre deux grands pôles urbains en expansion, Pau et Toulouse, avec lesquels des synergies nouvelles sont sans doute à inventer, transgressant clivages administratifs et politiques. Plus que jamais, la ville mesure le handicap de sa situation, adossée à une montagne-barrière qui la prive de relations économiques faciles avec l'Espagne. L'idée d'une grande traversée centrale des Pyrénées entre Tarbes et Saragosse, par un tunnel conçu pour le ferroutage, n'a pas dépassé le stade des projets et des controvers [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Tarbes : le musée Massey

Tarbes : le musée Massey
Crédits : C. Desroches

photographie

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Les derniers événements

14-15 août 2004 Vatican – France. Visite du pape Jean-Paul II à Lourdes

Le pape est accueilli à l'aéroport de Tarbes par le président Chirac et son épouse. Le 15, Jean-Paul II célèbre la messe devant trois cent mille pèlerins. Il lance notamment un appel au respect de la vie « depuis la conception jusqu'à son terme naturel », réprobation implicite de l'avortement et de l'euthanasie.  […] Lire la suite

4-20 juillet 1995 France. Polémique autour des arrêtés municipaux interdisant la mendicité

Les municipalités de Pau, de Tarbes, de Perpignan, de Valence, de Mende, de Carpentras ou d'Avignon, entre autres, l'imitent au cours du mois. Ces mesures, adoptées par d'autres municipalités au mois d'août, sont dénoncées par diverses associations de défense des exclus. Le 20, le ministre de l'Intérieur Jean-Louis Debré adresse aux préfets une circulaire qui sera rendue publique le 2 août, dans laquelle il indique que la mendicité peut faire l'objet de mesures restrictives et en précise les cadres juridiques. […] Lire la suite

14-15 août 1983 Vatican – France. Pèlerinage du pape Jean-Paul II à Lourdes

Accueilli le 14 à Tarbes par François Mitterrand, Jean-Paul II s'entretient pendant une heure avec lui des affaires internationales. À la fin de cette journée, dans l'allocution prononcée à l'occasion de la « procession aux lumières », le pape invite les fidèles à prier pour « ceux qui souffrent pour leur foi ». Dans ses homélies, il développe les thèmes de la conversion et de la réconciliation. […] Lire la suite

27-29 septembre 1982 France. Voyage du président François Mitterrand dans la région Midi-Pyrénées

À Tarbes, il réplique à l'opposition qui met en doute sa légitimité en déclarant ne pas vouloir abandonner « une once » de ses responsabilités ; à Figeac, le chef de l'État prononce un discours « de portée nationale » : afin de lutter contre l'inflation, le président de la République invite les Français à « retrouver le grand élan des moments forts de leur histoire ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert MARCONIS, « TARBES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tarbes/