BÉARN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Province du sud-ouest de la France qui a formé plus de la moitié est du département des Pyrénées-Atlantiques (chef-lieu, Pau). La vicomté de Béarn, créée au ixe siècle, fut l'un de ces États pyrénéens qui associaient la montagne pastorale à un piémont agricole. Cinq dynasties se succédèrent à sa tête : les Centulle (jusqu'en 1134), les Gabarret (1134-1173), les Moncade (1173-1290), les comtes de Foix-Béarn (1290-1472) et les rois de Navarre (1472-1572). La situation du Béarn, entre la Gascogne et l'Aragon, permit à ses vicomtes de mener une heureuse politique de bascule à partir du xie siècle, pour accéder à une souveraineté de fait au début du xive siècle. De plus, par une série de mariages, ils acquirent de nombreux fiefs : Gabardan (xiie s.), Marsan et Foix (xiiie s.), Bigorre et Albret (xve s.), devenant ainsi la plus grande maison des marches méridionales.

Nouvelle-Aquitaine : carte physique

Carte : Nouvelle-Aquitaine : carte physique

Carte physique de la région Nouvelle-Aquitaine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le règne de Gaston Phœbus (1343-1391) illustre la politique dictée dès 1290 par l'union du Béarn au comté de Foix aux dépens de l'Armagnac. Une « guerre de Cent Ans pyrénéenne » s'ensuivit, marquée par la brillante victoire de Phœbus à Launac (1362) qui consacrait l'hégémonie béarnaise sur le Sud-Ouest pyrénéen, de Foix à Orthez, la capitale. En même temps, Phœbus profita du conflit franco-anglais, puisqu'il possédait des territoires dans les deux zones d'influence, pour refuser de prêter l'hommage pour le Béarn « car il le tenait de nulluys ». À l'intérieur, il ignora les deux assemblées consultatives (grands vassaux et représentants des villes) et le For général, charte des libertés béarnaises de 1188 ; il centralisa l'administration, rendit la taille permanente, réorganisa l'armée et la justice et s'entoura d'une cour brillante. À sa mort cependant, les deux assemblées fusionnèrent dans les états de Béarn pour désigner son successeur ; leur pouvoir croîtra jusqu'à équilibrer celui du vicomte à la fin du xve siècle. Pays rural, la vicomté avait une faible densité de population (10 à 12 hab. au km2). À partir du xve siècle cependant, Pau prit son essor et devint la capitale. Les marchands et les rouliers béarnais, profitant de l'insécurité sur la Garonne, détournèrent le commerce de Toulouse vers Bayonne. Ils échangeaient les textiles flamands et anglais contre le pastel languedocien ou les laines espagnoles.

Bien que prise en tenaille entre France et Espagne, la souveraineté béarnaise se maintint au xvie siècle. Elle fit se cristalliser un véritable nationalisme qui trouva dans la Réforme une alliée. Les nombreux protestants furent protégés par Marguerite d'Angoulême et sa fameuse cour, par sa fille surtout, l'énergique Jeanne d'Albret qui, selon Agrippa d'Aubigné, « n'avait de femme que le sexe ». Mais on sait qu'Henri de Navarre devint roi de France en 1589 ; il pouvait déclarer : « Je donne la France au Béarn. » Louis XIII, devant le refus du Conseil souverain de rétablir le catholicisme, n'en imposa pas moins l'annexion en 1620. Et, bien qu'il eût promis de respecter les fors (privilèges), la centralisation royale élimina peu à peu le particularisme local. Le Béarn fut rattaché suivant l'époque à différentes généralités. Il conserva cependant ses états, une certaine autonomie financière (traites, gabelle) et l'usage du gascon pour les actes publics. Il eut même son parlement, issu de l'ancien Conseil souverain et de l'ancienne chancellerie de Navarre. Aux xviie et xviiie siècles, une forte poussée démographique provoqua l'émigration de nombreux « cadets de Gascogne », malgré la prospérité due surtout au maïs, au fourrage et à l'industrie textile.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification

Autres références

«  BÉARN  » est également traité dans :

BIGORRE COMTÉ DE

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 226 mots

Ancienne province de dialecte gascon qui a formé la majeure partie du département des Hautes-Pyrénées (chef-lieu : Tarbes). Peuplé par les Gaulois Bigerriones, il s'étendait à la fois dans la montagne et sur le piémont. Son premier comte connu apparaît vers 945. Dès 1097, précocité remarquable, le comte Bernard II octroya à la haute Bigorre une charte de coutumes ou for , et plusieurs villes obtin […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 875 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Apanages et alleux »  : […] La maison d'Alençon s'éteignit en avril 1525 avec la mort du duc Charles VIII d'Alençon, comte du Perche, époux de Marguerite d'Angoulême. Ses domaines, grossis de l'héritage de la maison d'Armagnac, allaient passer à la maison d' Albret par le mariage, en 1527, de Marguerite avec Henri d'Albret. Les Albret constituaient à cette date la seule maison féodale subsistante depuis la confiscation des b […] Lire la suite

GASCOGNE

  • Écrit par 
  • Charles HIGOUNET
  •  • 942 mots
  •  • 1 média

La principale originalité de la Gascogne est, peut-être, la difficulté qu'il y a à la définir. Son nom, Vasconia, attesté pour la première fois en 602, lui vient des Vascons, originaires des montagnes cantabriques, qui l'envahirent à la fin du vi e siècle. Pourtant, avant même cet événement, le pays entre Garonne et Pyrénées avait bien un particularisme ethnique, puisque l'ordre romain l'avait re […] Lire la suite

PAU

  • Écrit par 
  • Aude GASTILLEUR
  •  • 762 mots
  •  • 2 médias

Pau, chef-lieu des Pyrénées-Atlantiques, rayonne sur une partie du piémont pyrénéen. La ville centre compte 79 260 habitants et son aire urbaine 240 850 habitants en 2012. Pau doit sa situation de préfecture à son histoire et à son statut de capitale du Béarn, province à l'identité ancienne et marquée qui, au cours des siècles, a joui d'une certaine autonomie. Mais la ville ne joue que tardivement […] Lire la suite

Les derniers événements

3 octobre 2004 France. Arrestation de dirigeants de l'E.T.A.

Une opération de police menée dans les Pyrénées-Atlantiques permet l'arrestation, à Salies-de-Béarn, de deux dirigeants historiques espagnols de l'organisation séparatiste basque E.T.A., Mikel Iriarte, dit « Antza », et sa compagne Soledad Goenetxea dite « Anboto ». Dix-sept personnes, pour la plupart françaises, sont également interpellées et sept caches contenant des armes, des munitions et des explosifs sont découvertes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel LLOBET, « BÉARN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bearn/