NIEDERMEYER LOUIS (1802-1861)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur et pédagogue suisse naturalisé français. Né à Nyon, Niedermeyer travaille à Vienne le piano et la composition, avec Moscheles et E. A. Förster ; puis il se rend en Italie, où il donne son premier opéra, le Roi par amour (Il re per amore, Naples, 1820). Fixé à Paris en 1823, il n'obtient qu'un succès limité pour ses ouvrages dramatiques. Il se tourne alors vers la musique d'église, fait revivre l'institut de musique religieuse jadis créé par Choron, et fonde l'école Niedermeyer, qui se développera rapidement, et d'où sortiront notamment E. Gigout, G. Fauré et A. Messager. En même temps, il écrit un Traité théorique et pratique de l'accompagnement du plain-chant (Paris, 1857), qui fait époque tout en révélant les lacunes de l'auteur en la matière, et fonde la Maîtrise, journal de musique religieuse avec suppléments musicaux. Comme compositeur, on lui doit encore des messes et de nombreux motets, ainsi que plusieurs mélodies sur des poèmes de Lamartine ou de Victor Hugo.

—  Marc VIGNAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NIEDERMEYER LOUIS (1802-1861)  » est également traité dans :

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 385 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La dissolution du système tonal classique »  : […] Le système modal (ancien) et le système tonal (classique) sont fondés sur une véritable hiérarchie des degrés de la gamme, hiérarchie dans laquelle la note dite tonique (celle qui donne son nom au ton) joue le rôle principal. Une autre note, le cinquième degré de la gamme (par exemple, sol dans la tonalité d' ut ), dite dominante, était également très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atonalite/#i_4315

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « NIEDERMEYER LOUIS - (1802-1861) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-niedermeyer/