FAURÉ GABRIEL (1845-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier parmi les mélodistes français

Le premier recueil de mélodies paraît chez Choudens en 1879 ; il sera suivi de deux autres recueils et de cinq grands cycles s'échelonnant jusqu'en 1921. Peu distincte en ses débuts de la romance, la mélodie a une vocation de divertissement, de mise en valeur des voix féminines, d'exaltation des sentiments romantiques. Elle n'atteindra sa dignité d'œuvre à part entière qu'avec Fauré et Duparc entre les années 1870 et 1890 et sous l'impulsion des mouvements poétiques parnassien et symboliste. Fauré conçoit la mélodie comme une lecture en musique du texte littéraire, privilégiant intelligibilité et expression. Toutefois, le respect du texte n'entraîne jamais ni convention ni superficialité. On s'aperçoit à l'analyse que la part créatrice du musicien reste paradoxalement très grande et que la mélodie qui en résulte n'est plus ni vraiment le texte poétique ni réellement de la musique, mais une œuvre entièrement nouvelle née d'une fusion mystérieuse des deux langages. Une des grandes réussites de la maturité de Fauré demeure le cycle de La Bonne Chanson, neuf mélodies d'après Verlaine (1892-1894). L'harmonie fauréenne s'y définit pleinement dans sa qualité la plus précieuse : l'ambiguïté. En effet, pour traduire la sensualité et la richesse des poèmes verlainiens, Fauré élabore un style fondé sur des éléments stables et connus mais dont il organise une instabilité artificielle due au mouvement des éléments dans une perpétuelle fuite en avant. L'entendant pour la première fois, Saint-Saëns se serait écrié : « Fauré est devenu complètement fou. »

Les œuvres qui suivirent La Bonne Chanson seront influencées par la création de Pelléas et Mélisande de Debussy (1902), dont le langage vocal très « récité » devait bouleverser la musique chantée. Fauré s'en souviendra dans Accompagnement et les mélodies qui terminent le troisième recueil. C'est également à cette période que le musicien ressent les premières atteintes de la surdité. Son style en est profondément modifié et s'infléchit vers plus d'austérité, voire d'ascétisme (Mirages, quatr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille III-Charles-de-Gaulle, directeur de recherche à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  FAURÉ GABRIEL (1845-1924)  » est également traité dans :

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Fauré »  : […] C'est avec Gabriel Fauré qu'apparaît le compositeur de lieder le plus fécond de l'histoire musicale française. Ses lieder sont très spécifiquement français par le jeu harmonique qui les commande de la première à la dernière mesure. Fauré se plaît à enchaîner les uns aux autres des accords dissonants. C'est dire qu'il résout les tensions impliquées dans une harmonie en en créant de nouvelles dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lied/#i_13919

NOCTURNE, musique

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 502 mots
  •  • 1 média

Le mot nocturne, en musique, désigne moins une forme spécifique qu'un instant poétique, un « moment musical », dont la nuit est le prétexte. Certes, au xviii e siècle, on rencontre le mot notturno ou Nacht-Musik appliqué à des suites instrumentales, divertissements ou cassations, musiques décoratives conçues pour la délectation plus ou moins attentive de la haute société, telle la célèbre Peti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nocturne-musique/#i_13919

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Musique française et écoles nationales »  : […] Sans ignorer l'apport lisztien, l'école française s'oriente au xix e siècle dans des voies différentes : Alkan choisit la description, Saint-Saëns les lignes dépouillées du classicisme et la virtuosité à l'état pur, Franck transpose au piano la richesse polyphonique de l'orgue en conservant l'écriture cyclique qui lui est chère ( Prélude, choral et fugue ), Chabrier préfère la truculence et l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_13919

Pour citer l’article

Marie-Claire BELTRANDO-PATIER, « FAURÉ GABRIEL - (1845-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-faure/